Gods Vs. Humans

Zallag et Artefact Studios nous proposent un jeu tout public sur Nintendo Wii et PC. Gods Vs. Humans prend place dans un univers très coloré, ou les humains sont représentés par de petites créatures noires aux larges yeux et sourires alors que le joueur prend le contrôle d’un dieu mythologique aux pouvoirs divers et variés.

Des divinités à la pelle

Tout d’abord Égyptien dans la partie en solitaire, proposant plus d’une cinquantaine de niveaux, le dieu du joueur sera aussi Nordique, gréco-romain ou bien encore Japonais histoire de varier les décors et les plaisirs. Le concept du jeu est très simple, bien que mis en place à travers un tutorial pas toujours très clair. À l’écran est disposée une haute tour de plusieurs étages, construite par les humains pour se mesurer à leur dieu. Le but du joueur est alors de détruire cette tour pour leur montrer qui commande et ce qu’il en coute de se prendre pour plus supérieur qu’on ne l’est. Pour se faire, le joueur dispose de tout un panel de pouvoirs pouvant être lancés à travers les différents étages de la bâtisse. Chaque pouvoir à ses effets, qu’ils soient stratégiques, défensifs ou tout simplement d’attaque. Le concept prend alors tout son sens lorsque l’on découvre que détruire les piliers d’un étage le font s’effondrer et que, comble de machiavélisme, il abime les étages inférieurs à celui-ci. Pour gagner, il faut alors détruire les bases de la tour. Les humains fuient et on passe au niveau suivant qui n’est pas forcément plus compliqué, mais propose une configuration d’étages différents.

Car ces étages peuvent proposer quelques particularités. Tout d’abord, il y a les ceux qui sont plus résistants et ou s’empilent des tas de briques histoire de bien les différencier. Des shamans venus prêcher la bonne ou la mauvaise parole arpentent aussi les différents niveaux de la tour. Du côté des éléments perturbateurs, citons surtout le chef de chantier qui complique très largement la destruction de l’étage ou il se trouve puisque ses hommes travaillent plus vite et plus efficacement. Plus fatal encore : le forgeron. Celui-ci construit un casque tout au long du jeu qui, si la tour réussi à s’élever jusqu’au portail divin, lui permettra de prendre le pouvoir et de botter l’arrière-train du joueur en lui prenant sa place. Un Game-Over des plus énervants.

Un gameplay “trop” simple ?

Porté par des idées originales, Gods Vs. Humans est très amusant malgré sa grosse répétitivité de niveau en niveau. Peu d’éléments viennent réellement bousculer l’ordre de jeu et seuls les environnements et univers divins viennent changer quelque peu la donne. Le contenu n’est jamais le même et à force de persévérance, on tombe réellement sur des niveaux intelligemment pensés et passionnants. Néanmoins, Gods Vs. Humans est clairement le genre de petit jeu qu’on lance entre deux gros blockbusters le temps d’une petite partie rapide. Ce n’est pas une preuve de qualité incroyable, mais il y a beaucoup de fun et de facilité de prise en main dans ce titre.
On pestera quand même face à ces nombreuses combinaisons de sorts dont on ne sert jamais, la faute aux rapides habitudes que prend le joueur et à ses préférences des premières heures qui se révèlent vite efficaces. Ainsi les boules de feu (et la triple boule) sont de redoutables armes de destruction massive d’étages et combiner cela à un petit pouvoir permettant aux humains de voir ailleurs si le joueur y est, par exemple la Pin-Up qui détourne leur attention et les empêche de travailler, est le meilleur moyen d’en finir avec ces maudites fondations.

Rapide à prendre en main, amusant le temps de petites parties, Gods Vs. Humans n’a clairement pas l’étoffe des grands jeux, mais n’aura aucun mal à trouver son public parmi les joueurs les moins regardants sur la profondeur du gameplay. Les plus jeunes par exemple, qui en auront peut-être assez des minijeux qu’on leur propose à longueur de journée dans des titres censés être adaptés à leurs envies mais qui, au final, ne se jouent qu’une ou deux fois. C’est d’ailleurs en cela que l’on considérera la version Wii de Gods Vs. Humans comme la plus intéressante, de par son utilisation de la Wiimote et son habileté à facilement trouver sa place auprès du public de “nouveaux joueurs” que cette console a engendrés. Pour résumer, ce n’est clairement pas le jeu du siècle et il a ses défauts dont certains peuvent être assez rédhibitoires, mais Gods Vs. Humans mérite au moins d’être essayé car personne n’est à l’abri de tomber sous le charme de son ambiance et de sa patte graphique simple, mais clairement efficace pour beaucoup.

Une démo jouable est disponible sur PC mais aussi sur le service WiiWare de Nintendo.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire