Shift Extended

Suite ou adaptation, à votre guise, d’un jeu sorti sur les plateformes nomades d’Apple, Shift Extended se rajoute à la liste des Minis inventifs et pleins de bons sentiments mais finalement desservis par leur manque de moyen et d’ambition.

Noir c’est noir !

Shift Extended tient sa plus grande force dans son concept. Vous incarnez le sujet 12378, apparemment au centre d’expériences étranges menés par une organisation secrète. Un petit côté Portal renforcé par les nombreuses phrases cyniques et noires à l’écran. Une influence de qualité donc mais qui au final n’est pas parfaitement menée, puisqu’à part avec ces quelques inscriptions à l’écran le jeu ne développe pas un univers inconfortable comme Portal. Il est quand même difficile de lui reprocher un univers peu fouillé, puisque Shift Extended se veut avant tout être un jeu de réflexion. Vous évoluerez donc dans des décors monochromes, fait de noir et de blanc uniquement, à part pour le sang, avec de votre côté le pouvoir du Shift qui vous permet d’inverser les niveau pour les voir à dominance blanc ou au contraire à dominance noir. Le concept, original et très inventif pouvait laisser présager un jeu extrêmement casse-tête qui vous retourne le cerveau en même temps que vous retournez les niveaux. Nous verrons plus tard que le contrat n’est pas vraiment rempli sur ce point malgré quelques petites trouvailles appréciables.

Le grand problème de Shift est qu’il nous met, nous pauvres testeurs, dans une situation délicate. Comment « juger » un jeu qui ne vous coutera pas plus de 3 euros ? Avec indulgence ou en le prenant simplement pour ce qu’il est ? Nous opterons pour le deuxième option. Et à partir de ce postulat il est difficile de critiquer l’aspect graphique, extrêmement sommaire, certes lié au Gameplay mais qui manque clairement de recherche. Rien n’aurait empêcher de faire des niveaux plus longs, s’étendant horizontalement. Graphiquement le jeu n’est donc pas désagréable mais pèche par sa répétitivité qui manque d’inventivité. Même pour un Mini. Comme d’habitude il serait vain de critiquer le Gameplay d’un jeu de réflexion d’autant qu’ici il est franchement agréable et agrémenté d’un système de Shift réussi. Formellement, bien que peu ambitieux, le jeu est original et tente de trouver sa propre identité. C’est dans le fond que le bas blesse davantage .

Le complexe du Mini

Déjà, parlons de la difficulté. Le level design manque clairement d’inventivité et les légères difficultés sont souvent les mêmes, comme les mécaniques qui ne se renouvellent que trop peu durant le jeu. Trop facile, répétitif, sans génie, ce qui devrait être l’attraction principal du titre, couplé au système intéressant de Shift, est indéniablement raté et ne vous fera pas vous arracher les cheveux. Encore une fois Shift Extended subit le complexe du Mini, confiné dans sa condition qui lui empêche d’être réellement ambitieux. Et l’intérêt même du jeu s’en retrouve affecté, car même pour trois euros le jeu ne propose pas un challenge suffisant pour vous tenir en haleine. Et ce n’est pas la durée de vie, un peu courte, de 120 niveaux qui vous rassasiera. Bien que dans le dernier tiers du jeu certains pourrait un peu bloquer. Et encore. Finalement même en étant indulgent et en le prenant pour ce qu’il est, Shift Extended rate le coche sur sa qualité principale : ce qui fait la saveur d’un jeu de réflexion. A partir de là il faut se résoudre à l’évidence, le jeu ne vaut que pour tester son concept et pour passer cinq ou dix minutes sympas mais sans plus.

Le manque de moyen se fait donc sentir sur pas mal de points du jeu. Comme dans la musique, une boucle d’environ 2 minutes qui, arrivée à son terme, s’arrête tout simplement pour laisser place au silence le plus total. Cette décision clairement hallucinante renforce l’impression de jouer à un titre sans envies réelles de tenir le joueur en haleine et qui sent au final le bâclé.

Shift Extended aurait clairement pu être un excellent Mini, inventif, original et frais, offrant une petite expérience agréable et peu chère. Mais le fait est qu’en plus de souffrir d’un manque de moyen évident, le jeu subit sa difficulté trop faible, son univers peu recherché et certaines des décisions comme cette unique musique à durée de vie de deux minutes. Raté, bâclé, choisissez votre adjectif mais dans tous les cas le titre ne mérite pas vraiment qu’on s’y attarde si ce n’est peut être pour se dire qu’il y’avait moyen de faire quelque chose de beaucoup mieux. Surtout que le système de base permettrait des envolées géniales de Game Design. Pour 3 euros il est clairement possible de se faire sa propre idée sans trop le regretter.

Zade

Le petit jeune.

Les derniers articles par Zade (tout voir)

5 pensées sur “Shift Extended

  • 27/03/2011 à 22:58
    Permalink

    J’ai lu le test et regardé les images, mais j’ai toujours pas compris comment on jouait.
    Sinon, il faut combien de temps environ pour finir les 120 niveaux ? Ça me parait pas mal, mais comme ils sont apparemment faciles, je me rends pas bien compte.

    Répondre
  • 28/03/2011 à 00:23
    Permalink

    Bon, j’ai trouvé ailleurs un lien vers la version Flash pour me faire une idée du jeu (c’était gratuit, j’ai pu me faire ma propre idée sans trop regretter).
    http://armorgames.com/play/751/shift

    Et je comprends de moins en moins ce test. Attention, je suis très méchant.

    Déjà un test qui signale que le “grand problème” d’un jeu, c’est qu’il met le testeur dans une situation délicate… Si c’est ça le grand problème du jeu, c’est qu’il n’a pas grand chose à se reprocher, parce qu’en tant que joueur, perso, la situation du testeur…
    La question soulevée dans le test, faire ou non preuve d’indulgence compte tenu du prix, ne manque pas forcément de pertinence (spoiler : en fait si), mais je vois mal ce qu’elle fait là, surtout si c’est pour nous dire au final qu’on va juger le jeu sur ce qu’il est (sans blague, c’est pas comme si c’était censé être le principe de base du site, j’ai lu l’à propos). De toute façon, le paragraphe d’après décidera de le considérer “avec indulgence et en le prenant pour ce qu’il est” soit les deux options précédentes en même temps, c’était bien la peine d’y consacrer toutes ces lignes.

    Je ne vois pas non plus en quoi il serait “comme d’habitude” vain de critiquer le gameplay d’un jeu de puzzle. Ce n’est pas parce que tout repose là dessus qu’on ne peut rien en dire, au contraire je trouve.
    Cette décision est surement à l’origine de la séparation un peu déroutante que le test fait entre un concept/gameplay qui serait très inventif, original, réussi, et même franchement agréable et un level design manquant d’inventivité, répétitif, trop facile, sans génie et même indéniablement raté. Comme le jeu est noté 4 en gameplay et 3 en fun, ma confusion ne s’arrange pas vraiment. Mais on me dit que le jeu rate le coche sur “ce qui fait la saveur d’un jeu de réflexion”. Rien que ça.

    Et je ne parle pas du mystère de la “boucle” de 2 minutes qui au final n’est pas une boucle.

    La conclusion revient sur le manque de moyen évident (explicité au paraphe précédent par l’infamante boucle musicale), la difficulté trop faible, l’univers peu recherché (alors même que le test dit que ça pousse un peu le truc pour un puzzle game, et que c’est loin d’être très pertinent) et remet un coup sur la musique (ça au moins on a compris).

    Avec le fameux complexe du Minis, du jeu qui, confiné dans sa condition n’arrive pas à être réellement ambitieux, j’en serai presque à me dire que c’est un hommage à Kendy ^^.

    Désolé d’être méchant, j’aime beaucoup l’ambition que vous avez pour votre site, et vous vous donnez visiblement à fond (avec du très bon contenu, des interviews très intéressantes), mais je ne trouve pas ce test au niveau des ambitions affichées.

    Répondre
  • 28/03/2011 à 11:41
    Permalink

    Upselo : Ah ouais quand même :p Bon j’en prends pas mal dans la tronche mais j’avoue que c’est pas forcément immérité. Evidemment je ne suis pas satisfait de tout dans mon test d’autant que c’était le premier que j’écrivais depuis très longtemps (ce qui n’est absolument pas une excuse). Mais même avec le recul je me dis que je n’aurais pas changé mon avis global sur le jeu mais je vais tenter de répondre à ta critique (pertinente au demeurant) point par point :

    – Effectivement je reconnais que parler de ma situation de testeur dans mon article est peut être déplacé et sans grand intérêt, je l’avais fait à l’époque sur le test de Final Fantasy 7 Crisis Core et j’avais déjà eu des critiques. Mais j’ai rajouté ce petit paragraphe surtout pour dire comment j’en suis arrivé à cet avis après des hésitations.

    – Pour ce qui est de l’indulgence ou non je pense qu’il fallait le préciser puisque j’ai ma propre sensibilité qui va au-delà de l’A Propos. Alors bien-sur je bosse pour Game Side Story et c’est Sky le rédac’ chef’ mais je pense que j’aurais pu être indulgent et juger le jeu pour son prix sans problème. Le fait est que si je suis ici c’est que je partage les idées et la ligne éditorial du site qui veut mettre au même niveau les jeux indépendants et les gros jeux. J’ai donc jugé Shift comme tel.

    – Voilà le seul point ou je ne suis pas du tout d’accord avec toi. Je trouve qu’il est vain de critiquer le gameplay d’un jeu de Puzzle. Surtout quand comme ici on essaye de s’éloigner un peu du côté bêtement analytique des autres sites. Au final qu’est-ce qui différencie le Gameplay de Limbo et celui de Shift en dehors de leur propre originalité dans le CONCEPT. Rien sinon que le personnage dans Limbo est plus lourd que dans Shift est plus léger que dans Braid. Dans un jeu de plates-formes ça compte, pas dans un puzzle.

    – Oui clairement il y’a deux parties dans le test. La première qui dit que le jeu aurait pu être très bon vu son super concept et la deuxième qui dit que finalement le Game Design étant raté et la difficulté trop faible on fini par s’ennuyer. Donc oui le jeu rate le coche de ce qui aurait pu faire sa saveur. Mais ça n’en fait pas un mauvais jeu, ça en fait un jeu moyen qui aurait pu être franchement très bon.

    – Bah je sais pas pour la version flash mais sur PS3 la musique est une boucle de 2 minutes qui s’arrête après que ce temps soit écoulé.

    – Et non ce n’est pas un hommage à Kendy même si je l’aime beaucoup ^^

    Bon bah voilà je crois que t’as pas aimé mon test. J’espère que t’as plus apprécié celui sur Super Meat Boy parce que si ce n’est pas le cas tu vas me maudire vu que j’ai pas mal de tests qui arrivent et beaucoup qui vont arriver. N’empêche que je comprends ton avis, il me fait pas super plaisir soyons clairs, mais il est respectable. On a toujours moyen de s’améliorer même si après 4 ans à écrire un peu partout j’ai toujours assumé mes avis ce qui est encore le cas ici.

    Répondre
  • 28/03/2011 à 12:18
    Permalink

    Merci pour la réponse.
    Pour ce qui est du gameplay, on a du mal se comprendre. Je ne parlais pas des contrôles, ça avait plus trait au game design, à son concept en fait. Mais apparemment, sur ces termes là non plus on n’a pas la même acception ^^.

    Disons que je n’ai pas trop aimé ton test, parce qu’à la première lecture, je n’avais pas compris le principe du jeu, et donc quand tu parlais du game design, du gameplay, du level design, ça ne me parlait pas du tout.
    Et quand j’ai joué au jeu, j’ai mieux compris ton jugement, mais pas tellement mieux tes arguments. Plus que ton avis, c’est la façon de le présenter qui m’a dérangé. Je cherche pas à défendre le jeu.

    En tout cas, j’ai mieux compris ce que tu voulais dire avec ta réponse (au niveau de la maniabilité, et ton laius sur là façon de juger le jeu notamment).

    Répondre
  • 17/05/2011 à 20:09
    Permalink

    Je viens de tester la version Flash du jeu, et d’accord avec ce qui est dit dans le test, je trouve qu’il y a vraiment pas lieu de s’enflammer comme l’a fait upselo… (et j’avoue que je ne suis pas sûr d’avoir compris le fond de ces critiques, c’est très confus).

    Le coup du concept gâché par la réalisation, je suis 100% d’accord, quand j’ai compris qu’on pouvait inverser la gravité je me suis dit “trop cool !”, mais 5 niveaux plus tard j’avais l’impression de ne plus rien avoir à découvrir du jeu… très dommage, en effet.

    La musique est insupportable, d’accord aussi sur ce point (et franchement, on s’en fiche que ce soit une vraie boucle ou non, ce qui est à retenir c’est qu’elle est ultra répétitive).

    La question du “doit-on rester indulgent au vu du prix ?” est également pertinente selon moi… bien que je choisirais de ne pas regarder le prix du tout ^^

    Si j’avais une critique à formuler pour ce test, ce serait peut-être sa longueur (surtout pour un mini-jeu), les quelques fautes qui traînent, et certaines tournures de phrases un peu maladroites, mais dans l’ensemble il remplit son rôle je trouve.

    — Je voulais juste équilibrer un peu les commentaires, car à mon sens ce test ne mérite pas du tout celui d’upselo.

    Répondre

Laisser un commentaire