Lame Castle

En plein développement de Serious Sam : Kamikaze Attack, le studio de développement Be-Rad nous propose de découvrir leur dernier titre en date : Lame Castle. L’histoire d’un “dash game” qui sort un peu de l’ordinaire. Un petit test pour le lecteur, mais un grand test pour le développeur ?

screen480x480 (1)Un château loin d’être gonflant

Sur son cheval bâton, le chevalier héros va devoir surmonter 24 niveaux pour parvenir jusqu’au diabolique Wizzy qui a capturé sa princesse adorée. Dans un univers crayonné de toutes pièces, aux textures très colorées, Lame Castle met en place un gameplay basique de “dash game”. Le concept est on ne peut plus populaire sur iDevices : un personnage se déplace à vive allure sans s’arrêter pendant que l’écran défile à toute vitesse. Le joueur doit alors gérer deux actions dans Lame Castle : les sauts et les attaques.

Chaque niveau doit donc être parcouru du début à la fin (mise en scène par la destruction d’un château gonflable ou d’un tour à moitié cassée) avec seulement trois possibilités de prendre des coups. Si l’on tombe dans un ravin, c’est le Game Over immédiat. Il faut alors bien jauger ces sauts, tout en prenant en compte les différents moyens de gagner des points et de réussir les objectifs annexes de chaque niveau. Car l’environnement est aussi composé de rochers à détruire avec le bouton d’attaque, de bottes de foin et d’épouvantail qui rapportent tous un peu de score.

screen480x480Plus interactifs, les poules et coffres ailés (ne me demandez pas pourquoi) doivent être continuellement touchés pour attribuer davantage de combos et donc de score au total du niveau. Reste les coeurs, remettant un peu de vie au compteur, et des petits bonus permettant des attaques plus violentes (limités à un cumul de trois). On fonce alors à toute allure en ayant tout le temps quelque chose à faire avec ce gameplay tactile bien jaugé, qui rend ce Dash Game totalement efficace.

Néanmoins, ne nous y trompons pas, cela reste un Dash Game très classique. Il y a certes quatre modes de jeux “infinis” permettant de rendre l’aventure un peu plus originale, mais cela ne vole pas haut. Surtout, la durée de vie n’est pas énorme puisque les vingt-quatre niveaux se terminent très rapidement. Seuls les objectifs secondaires viendront gonfler quelque peu un temps de jeu vraiment bas pour un titre cependant visuellement réussi, musicalement très accrocheur et au fun immédiat. Pour ce qu’il coute (0,79 €), il n’y a pas de quoi être vraiment déçu.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire