L.A. Noire

Rockstar s’associe à la Team Bondi, déjà à la base de la création du plutôt raté The Gateway sur PlayStation 2. Aussi, L.A Noire est le premier jeu à se servir d’une toute nouvelle technologie de réalisme des visages. Une si bonne recette donne t’elle un excellent titre ?

Parlons beauté…

En 1947, Cole Phelps rentre enfin au bercail après une guerre psychologiquement bouleversante. Ce jeune homme de l’armée se voit alors promu au sein des forces de l’ordre à Los Angeles, la Cité des Anges qui porte très mal son appellation. Entre Hollywood, la banlieue, ses beaux quartiers et les bidonvilles qui trainent ça et là, Los Angeles n’est pas la petite ville tranquille des publicités. L’alcool est partout, la corruption aussi et la Mafia prend du pouvoir chaque jour que Dieu fait.

L.A Noire est un Grand Theft Auto-like, c’est-à-dire que vous y contrôler un homme dans une énorme ville libre de circulation. La seule différence est qu’ici, le scénario est prépondérant à toute action annexe et que l’on comprend rapidement qu’il n’y a pas grand-chose à faire dans la ville. Chercher des bobines de film cachées, une trentaine de petites missions aléatoires , très rapides et très simples et voici que la liste des annexes se termine. L.A Noire est avant tout un jeu proposant une histoire travaillée et des acteurs de talent piochés un peu partout dans des séries télévisées aussi variées que Mad Men, Fringe ou même Stargate Atlantis.

Qui dit casting de qualité dit aussi que celui-ci se doit d’être complété par des figurants qui jouent très mal leur petit rôle. Dans un tout autre jeu, ce n’est pas grave : une intonation de voix ratée ne gâche pas toujours l’action. Mais dans L.A noire, l’outil de capture des visages des acteurs reproduit à l’animation prêt toutes les émotions et le jeu de celui-ci. Ainsi, on obtient un résultat vraiment bluffant de réalisme et se rapprochant forcément du cinéma lorsqu’il s’agit de discuter avec quelqu’un. Sauf qu’une telle technologie n’est rien sans le support de ce qui l’entoure : les visages sont magnifiques, souvent bluffants, quelquefois mal joués, mais en cela on la l’habitude puisque l’on va aussi au cinéma voir des films Français tous plus décevants les uns que les autres. Mais le bat blesse quand le reste des animations ne suivent pas.

L.A Noire reprend clairement le moteur d’un GTA IV (ou équivalent) avec des animations toujours aussi faussement réalistes qui commencent sérieusement à vieillir. Les personnages ont cette tendance très Rockstarienne de se balancer toutes les cinq secondes pour donner un semblant de réalisme supplémentaire. Aussi, l’incroyable finesse des faciès jure avec le reste du corps souvent constitué de textures un peu vieillottes et d’animations qui se répètent d’un personnage à l’autre. Dans la ville, lors des quelques moments de foules, c’est vraiment flagrant et assez immonde. Techniquement, L.A Noire est donc un peu en dent de scie.

Reste que l’ambiance graphique est assez sublime. Comme le premier Mafia en son temps, L.A Noire nous plonge dans des années 40 particulièrement saisissantes avec ses voitures, ses faux semblants de beauté, ses publicités d’un autre temps et toute cette technologie qui n’en est qu’à ses débuts. Alors oui, les ciels sont assez moches, les voitures ont de simples couleurs faisant office de texture et on aurait réellement apprécié avoir des arbres qui ressemblent davantage à de la flore qu’a de simples poteaux auxquels on a posé une texture de « tronc », mais cela n’empêche pas l’immersion la plus totale.

Parlons gameplay…

Sans vous révéler quoi que ce soit de l’histoire, sachez que vous allez rapidement monter les échelons et passer de la circulation à de bien plus intéressants secteurs de la Police de Los Angeles. Criminelle, Brigade des Mœurs… Tout cela dans le but de varier les plaisirs et les enquêtes. Chaque secteur du jeu représente moins d’une demi-dizaine d’enquêtes qui, mise bout à bout, vous donne votre scénario. Certaines enquêtes ont un lien avec un énorme fil rouge scénaristique, d’autres ne sont là que pour le fun. Vous passerez d’une simple fraude à l’assurance à de véritables énigmes dignes d’un grand film. Une certaine chasse au tueur en série restera sans aucun doute des les annales des meilleurs moments de jeux vidéo de ces dernières années. À moins que la répétitivité vienne gâcher la fête ?

Car le jeu de Rockstar est incroyablement répétitif, la faute à un rythme de vie policière trop réaliste et à un manque cruel de variété dans le gameplay. Cole Phelps se rend sur la scène du crime, fouille les lieux jusqu’à ce que la petite musique d’enquête se stoppe (preuve que vous avez trouvé tout ce qu’il était possible de recenser comme indice) et va interroger d’éventuels témoins/présumés coupables. Certaines fois ils prendront la suite, on passera alors un petit moment à les rattraper que ce soit à pied ou en voiture. Dans tous les cas, un petit interrogatoire se met en place.

Voici le cœur du jeu : les questions et les réponses. On interroge une personne et en fonction de sa réponse, il est possible de valider le fait qu’elle dise la vérité, qu’elle ment, ou émettre un doute sur ce jugement. Pour déceler le vrai du faux, il « suffit » de regarder comment se comporte l’interlocuteur et c’est bien là que ces faciès très réalistes entrent en jeu. En cas d’accusation de mensonge, il faut aussi choisir une preuve à mettre sous le nez de l’accusé pour pouvoir poursuivre le dialogue. Sinon, ils prennent la mouche et vous font perdre votre temps. Pire encore, vous y perdez des indices probables. Il faut alors bien choisir son orientation de dialogue et éviter de les énerver en les accusant trop hâtivement, sans quoi ils ne vous aideront pas dans votre quête de la vérité.

Cet aspect du jeu est passionnant, personne ne dira le contraire. Le seul problème est qu’encore une fois, cette phase est omniprésente et semble quelquefois manquer cruellement d’originalité. On passe toujours par les mêmes ficelles pour comprendre où veut en venir l’interlocuteur et cela devient barbant dans certaines missions. Finalement, L.A Noire est si peu tonitruant et hollywoodien qu’il a des airs de Coppola sur toutes ses faiblesses. On s’ennuie utile, mais on s’ennuie quand même.

Et le jeu vidéo dans tout cela ?

Heavy Rain a fait des enfants, on n’en doute pas une seule seconde. Le problème étant que nous rabâcher toutes les cinq minutes que tout cela est précurseur et ultraréaliste empêche toute gentillesse avec le jeu. En étant volontairement sur la défensive, il serait très facile d’affirmer que L.A Noire est absolument identique à ce terrible jeu avec de vrais acteurs que fut « Une Poupée Pleine aux As » ou l’excellent « The Riper » avec Christopher Walken. Clairement, L.A Noire est un géant poin’t click déguisé intelligemment en Grand Theft Auto, forcément plus passionnant sur certains points, mais qui, dans d’autres, ne révolutionne rien du tout. L’histoire est intéressante, on s’y plonge sans problème, mais on est vite déçu par sa tournure assez classique et son manque d’audace. On y trouve quelques petites piques sur la société de consommation, les médias, les politiques, mais rien de vraiment transcendant et d’original pour crier au génie.

L.A Noire sera savouré uniquement par les amateurs de ces années 40 ici bien retranscrites et par les amoureux de jeux d’aventure qu’on peut oser nommer de « à l’ancienne ». De ceux où l’on ne fait que « cliquer » ou appuyer sur un bouton pour activer scène cinématique sur scène cinématique, avec seulement quelques « mini-jeux » entre deux grands moments. La conduite en véhicule, les missions annexes, l’amusante collection de véhicules et la recherche des trente monuments de la ville, tout cela est très optionnel et reste de l’esbroufe. Rockstar l’avoue en proposant de se « téléporter » ou l’on veut sur la carte ou lorsque l’on vous propose de passer une scène d’action trop difficile pour vous .

Le cœur du jeu, c’est son histoire bancale, mais passionnante, son ambiance incroyable et ses musiques qui contribuent allègrement au plaisir de continuer l’aventure. Rien d’autre. L’aspect GTA sublime l’univers, sert de faire-valoir. Un peu comme si Heavy Rain avait un « à côté » qui lui permettrait d’être autre chose qu’un simple film. Un jeu vidéo, en quelque sorte.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

5 pensées sur “L.A. Noire

  • 14/06/2011 à 08:44
    Permalink

    Tout à fait d’accord avec les défauts cités. Et comme pour Heavy Rain, je comprends tout à fait ceux qui n’accrochent pas à ce jeu. En tout cas moi, il m’a conquise par son ambiance. L’avantage de ce jeu est qu’on peut y jouer à plusieurs, car il fait discuter “là tu crois qu’il ment?” “oh à mon avis il a fait semblant de laisser tel indice pour brouiller les pistes” etc. On a trouvé une bonne combine, on fait 1 ou 2 enquêtes par soir (et pas forcément tous les soirs), un bon moyen de ne pas voir le côté répétitif ni de se lasser! C’est sûr que les enquêtes de la criminelle, par exemple, sont super identiques (mais c’est nécessaire pour le coup). Gros coup de coeur pour ce jeu en tout cas. Quand on accroche au style, c’est du pur bonheur. Et c’est super trippant de reconnaître tout plein d’acteurs de série B toutes les 5 minutes :D (Iyari Limon en tête au début du jeu! Oooooh mais c’est Kennedy!! :D la liste d’acteurs est impressionnante!!)

    Répondre
  • 15/06/2011 à 11:41
    Permalink

    “celui-ci se doit d’être complété par des figurants qui jouent très mal leur petit rôle. Dans un tout autre jeu, ce n’est pas grave : une intonation de voix ratée ne gâche pas toujours l’action”
    A priori, si c’est des figurants, ils ne peuvent pas rater une intonation de voix non ? :p

    “L.A Noire reprend clairement le moteur d’un GTA IV (ou équivalent)” C’est pas le même moteur, c’est un moteur propriétaire à Team Bondi, et il y a des différences notables (notamment au niveau des ragdolls, bien plus simplistes). Pas trop compris le truc sur les voitures et les arbres non plus (je veux bien pour les palmiers, mais ça me parait assez inévitables en fait)

    “Finalement, L.A Noire est si peu tonitruant et hollywoodien qu’il a des airs de Coppola sur toutes ses faiblesses. On s’ennuie utile, mais on s’ennuie quand même.”
    Coppola père ou fille ? En tout cas, j’ai vraiment du mal avec cette remarque. Parce qu’il y a du rythme et de l’action dans cette histoire, qui se développe de façon très maîtrisée au fil de l’aventure, avec toutes ses histoires qui se mêlent pour peindre le tableau d’ensemble. C’est sûr c’est pas Bayonetta pour le coup…

    Qualifier une bonne partie du jeu d’esbroufe, juste parce que les devs permettent de passer outre, j’ai du mal à comprendre. Les gens peuvent se priver de certaines séquences, ça les rend pas moins intéressantes ou pertinentes (on peut passer les cinématiques dans la majorité des jeux, notamment Uncharted ou MGS, je ne pense pas qu’il faille en déduire que les devs considèrent ces séquences comme sans intérêt).

    J’ai aussi du mal avec le critère que tu retiens apparemment pour juger de la qualité du scénario : les piques envers la société de consommation, les médias, etc. Pour moi, LA Noire c’est au final surtout une histoire humaine (les problèmes qui tourmentent Phelps et Kelso, leur relation, les aspirations de Sheldon, la corruption d’une partie des policiers, etc). Et de ce point de vue, je trouve que le scénario n’a pas grand chose à se reprocher. Pour moi, c’est au moins du niveau de Chinatown par exemple, et l’ampleur du jeu lui permet même de toucher bien plus loin.

    Répondre
  • Skywilly
    15/06/2011 à 12:02
    Permalink

    Bah justement, pour le scénario, je trouve que c’est clairement une caricature de tous ces bons films “noirs” des années 70/80. C’est en cela que je ne l’ai pas apprécié énormement. J’ai pris plaisir à y jouer, mais Phelps m’enerve vraiment et les protagonistes les plus intéressants sont les moins développés (son équipe lors des Affaires d’Incendies Criminels, par exemple). Le simili-triangle amoureux était vraiment quelconque, banal et l’ambiance mafieuse était beaucoup trop “en fond”. Certes c’est très humain et en cela, j’apprécie. Néanmoins, y’a vraiment trop de choses qui m’ont empéchés de rentrer pleinement dans l’Histoire.

    Pour la remarque sur Coppola, je dirais “les deux mon capitaine”, même si la fille est bien plus volontairement lente à mettre en place ses protagonistes que le pêre. Pour la remarque sur Bayonetta, tu vaut mieux que ça :P (surtout que niveau scénario, aheum…)

    En fait au lieu de figurants, je voulais dire “acteurs peu connus / débutants” mais je trouvais cela un peu trop violent. Mais disons que tous les petits rôles que tu interroges, souvent, sont vraiment mal joués (je me rappelle d’un garagiste en début de jeu qui vaut son pesant de cacahuètes niveau intonation de voix médiocre). Et certes c’est pour pinailler, mais dans un jeu pareil ça me dérange beaucoup.

    Pour le moteur je voulais surtout dire que tout était fixe, sans vie. Les personnages bougent mais on y croit pas, surtout face aux animations de tous les sandbox actuels. Et pour les arbres, je trouve vraiment qu’ils font “poteaux décorés”. Un peu d’animation, la possible de faire quelques éclats d’écorce/etc, aurait été vraiment appréciable. Alors oui je pinaille, je pinaille, mais cela fait toute l’ambiance ce genre de petits détails.

    Je veux cependant bien croire que je suis un peu violent avec ce titre. Etant bercé avec tous les poin’t & click d’enquête avec de vrais acteurs, j’y ai forcément beaucoup moins de curiosité et donc, cela ne me parait pas “nouveau” contrairement à pas mal d’autres critiques qui oublient les idées d’avant et se contentent de dire que c’est le “futur” parce que c’est “mieux que GTA”. D’ailleurs, à mon sens, ce n’est même pas le cas d’un point de vue global.

    Répondre
  • 15/06/2011 à 12:24
    Permalink

    Pour moi, le scénario est très proche, mais c’est pas une caricature. En tout cas, bien moins caricatural que dans Mafia II, et bien plus cohérent que dans GTA IV par exemple. Je suis d’accord que Phelps est énervant, et que ça peut être dérangeant puisqu’on l’incarne, mais c’est aussi voulu, que ce ne soit pas un héros charismatique, donc ça me parait justifié, ou au moins compréhensible. Ca me parait un peu comme critiquer Orange Mécanique parce que le protagoniste est une enflure tout le début du film. Enfin, c’est pas nouveau, beaucoup de testeurs avaient eu le même problème avec Kane & Lynch par exemple.

    Pour les Coppola, comme tu le dis, y’a une optique réaliste dans le quotidien de la police. Et pour moi, c’est pas trop réaliste. J’accepte le rythme et la répétition. De mon point de vue, c’est d’ailleurs pas assez répétitif, c’est presque trop bien rythmé, avec ses périodes de calmes et ses périodes d’action, ses légères variations d’enquête, et l’histoire qui lie le tout. J’aurai aimé plus de cas simples, sans histoire, du quotidien. Et c’est aussi pour ça que je m’offusque un peu quand tu critiques le côté “si peu tonitruant”. Pour moi, cette cohérence et ce réalisme sont une bouffée de fraîcheur et de maturité dans un océan de jeux over the top badass tonitruants (j’ai pas joué à Bayonetta au fait :p).

    Pour le moteur, je comprends ce que tu veux dire, je défends pas spécialement le jeu (qui a son lot de problèmes), mais j’avais du mal avec la phrase (“clairement le même moteur (ou équivalent)”). Disons que si tu voulais mettre les mains dans le cambouis et parler technique, autant vérifier ce que tu avances, et voir s’il s’agit du même moteur ou pas.

    Et je suis aussi d’accord que ça a pas forcément grand chose à voir avec un GTA (c’est plus entre Heavy Rain et Mafia II). J’ai pas personnellement de soucis avec les vieux pots, et j’ai jamais joué aux jeux que tu cites. Mais le scénario m’a vraiment plu par sa maitrise

    Répondre
  • Skywilly
    15/06/2011 à 13:31
    Permalink

    Et je comprend tout à fait :) Je pense être en effet très critique, peut être même volontairement en train de “chercher la petite bête” mais c’est nécessaire je pense. Surtout que j’essaye de le faire avec “respect” des développeurs.

    C’est amusant que tu dise cela pour le rythme et la répétition car justement, c’est ce “bien trop rythmé” qui me dérange. ça se force à être répétitif et réaliste à tel point que ça ne l’est plus vraiment et que l’ennui prend le pas sur la routine. A mon sens c’est le découpage en chapitre/enquêtes bien distinct qui pose problème. Ils nous auraient lâché dans la rue, avec des objectifs, deux ou trois enquêtes en parallèles et des rapports à faire, que cela aurait été bien plus fun. Là t’es guidé dans l’ennui, du coup, j’adhère moins.

    Répondre

Laisser un commentaire