Interview – Yellow Monkey Studios

On se plaint souvent des développement européens, moins colossaux que dans d’autres contrées. Mais qu’en est-il de l’Inde, par exemple ? Le jeu studio de développement Yellow Monkey Studios nous explique ce qu’il en est de tenter de percer dans la création de jeux vidéos, dans un pays ou le marché n’est définitivement pas le même que par chez nous…

Bonjour à toute l’équipe de Yellow Monkey Studios ! Pouvez-vous vous présenter brièvement aux lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Au mois de Juin, Yellow Monkey Studios a fêté ses 4 ans d’existence. Notre équipe se compose de trois membres principaux : Shailesh “Slash” Prabhu (Fondateur, Shaman des affaires et Game Designer), Manu “Green Beret” Thomas (Singe du code) et Krishna “Indieus” Israney (GGG OCD).

Nous travaillons à temps plein à Yellow Monkey Studios et nous cumulons les projets pour nourrir notre faim d’Indie. Jusque ici, nous avons deux projets indépendants : Finger Footie et It’s Just a Tought, tous deux sortis avec succès.

En tant que studio, nous souhaitons mettre l’Inde sur la carte du développement de jeu, non pas comme une destination pour des services bon marché, mais pour l’assurance de jeux de qualité.

Est-il plus compliqué pour un studio de développement localisé en Inde d’affronter les marchés américains, japonais, voire même européens ?

Assurément. Il n’y a aucun véritable écosystème de développeurs ici. Le type de soutien et d’échange qui se déroule dans l’est du globe n’a pas lieu ici. Il y a peu de studios de développement et encore moins de créations originales et de projets qui ciblent le marché mondial du jeu vidéo.

L’internet est d’une grande aide pour nous apprendre ce qu’est le monde de l’Indie. Mais cela ne remplace pas le fait d’être aux Game Jams, aux conférences, aux rencontres avec d’autres développeurs ou l’on se donne des coups de main pour être les meilleurs de la communauté indépendante.

Créer des jeux sur iOS fut votre premier souhait ou avez-vous choisi cette plateforme en raison de sa popularité ?

Au début nous avons surtout commencé avec un jeu Nintendo DS. C’était un poin’t & click humoristique nommé Mortley – A Stitch in Time mais à l’époque il nous était impossible de terminer le jeu sans éditeur. Finalement nous sommes passés à des plates-formes ou nous pourrions publier notre propre contenu. Nous avons ciblé les iDevices comme étant le meilleur moyen d’y développer des jeux tactiles.  En tant que studio nous ne voulons pas être limités à certaines plateformes et souhaitons nous positionner sur de multiples plateformes, en fonction de ce que demande le jeu.

En fait actuellement, nous recherchons des artistes pour réorganiser et redémarrer le projet Mortley, pour une distribution numérique sur PC.

“It’s Just a Thought” (“Juste une Pensée”, en FR) est clairement un jeu artistique et profondément ludique. Pensez-vous que l’AppStore est l’endroit idéal pour ce genre de titres ?

Je suppose. Les titres les plus artistiques peuvent surgir de n’importe ou, mais les commercialiser est plus compliqué. Les Smartphones sont devenus une telle extension de notre esprit que nous avons voulu créer un jeu qui démontrer justement cela et vous permet de regarder plus en profondeur dans votre propre “mémoire sociale” avec l’aide de Facebook et de votre téléphone. Ce fut l’idée centrale de “It’s Just a Thought”.

Si vous voulez une Sucess Story à la Angry Birds, alors il ne faut peut-être pas se lancer dans le jeu artistique sur l’AppStore. Mais nous pensons que les jeux artistiques devraient exister sur n’importe quelle plateforme, car ils aident à transformer les jeux en moyen d’aller de l’avant via l’apparition de nouvelles idées.

Vous avez un joli logo Nintendo DS sur votre site officiel. Celui de la 3DS suivra-t-il ?

En fait nous avons été certifiés pour la Nintendo DS bien longtemps avant de commencer le développement sur iPhone. Nous n’avons actuellement aucun plan pour un titre Nintendo 3DS, mais on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir.

Quant à votre prochain projet, pouvez-vous déjà nous en parler ?

Nous travaillons actuellement sur deux jeux : le premier est un concept de puzzle-game qui se trouve être toujours au tout début de sa conception. L’autre est, comme je l’ai mentionné auparavant, Mortley, qui tente de revivre sur PC. Nous recherchons actuellement des artistes pour collaborer sur ce titre, j’espère avoir de bonnes nouvelles à ce sujet très bientôt.

Personnellement, j’ai appris votre existence grâce à Dejobaan. Y’a t’il tout de même un lien de fraternité entre les développeurs indépendants, qui force le respect et l’aide mutuels ?

Oui ils nous ont initiés. J’ai déjà envoyé une lettre d’allégeance écrite et signée dans le sang. :P

Mais oui, il y a beaucoup de respect mutuel entre les développeurs indépendants et la plupart sont très accessibles et conviviaux. Nous sommes des novices et obtenons pas mal d’idées et de commentaires de la part des pros. Nous en sommes d’ailleurs ravis.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

De continuer à innover et à expérimenter, et que ce sera assez pour continuer.

Retrouvez toute l’équipe sur leur Page Facebook, très souvent mise à jour !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire