Dungeons of Dredmor

En crééant ce Dungeon-RPG assez banal sur le papier, Gaslamp Games ne s’attendait surement pas à atteindre une telle popularité en quelques semaines. Au final, la question que tout le monde se pose est d’une simplicité exemplaire : est-ce mérité ?

Des donjons, mais pas de dragons…

Dungeons of Dredmor fait partie d’un genre très peu adapté sur PC depuis de longues années et surtout repris par les japonais dans leurs grandes licences (Pokémon, Dragon Quest…) : le Dungeon-RPG. Comme ce titre reprend les mêmes bases de gameplay que ces ancêtres, je vais faire d’une pierre deux coups en vous expliquant le concept qui a popularisé ce genre dans les années 90.

Dans des donjons entièrement générés aléatoirement, le joueur progresse case par case, action par action. Chaque mouvement, attaque ou utilisation d’un objet quelconque coute un tour. Tous les PNJ et ennemis du jeu progressent de la même façon et ainsi, au tour par tour, le monde dans lequel vous évoluez prend vie. Grâce à ce mode de jeu tout en patience et en finesse, les combats sont plus ou moins stratégiques et les donjons sont découpés en cases pour mieux s’y situer. Enfin, on évolue souvent dans une “tour” aux plusieurs étages labyrinthiques de plus en plus difficiles à maitriser.

Dungeons of Dredmor est clairement un Dungeon-RPG, ou un RogueLike comme aiment les appeler les Américains, dans la plus pure lignée du genre. Le scénario n’est pas très travaillé, mais est plein d’humour et de références geek à chaque étage. Aussi, un tutoriel très amusant et didactique est disponible au lancement d’une partie : un conseil, suivez-le. Si vous n’avez jamais joué à un jeu du genre, il vous sera plus que bénéfique et vous permettra d’éviter la dizaine de parties sans intérêt que vous pourriez vous lancer sans cela. Seule originalité : le personnage n’a pas de classe prédéfinie, mais plusieurs Skills permettant une personnalisation complète de l’aventure. Sympathique !

On y apprend plusieurs originalités du titre, à commencer par son système de tir à distance (en possédant un arc en arme secondaire), mais aussi le Craft, soit la création d’objets. À l’aide de recettes à déceler tout au long de la partie, il est possible d’obtenir des objets plus puissants en combinant certaines choses de son inventaire. C’est classique, pas forcément très inventif (si ce n’est que le jeu possède plusieurs types de forges en fonction de ce que l’on veut créer), mais c’est toutefois carrément efficace.

Pas vraiment une promenade de santé !

La chose qui saute aux yeux dès les premiers instants, une fois la partie lancée, c’est que le jeu demande beaucoup d’effort pour être surmonté. Bien que possédant une évolution de difficulté très bien dosée (malgré quelques ennemis d’un seul coup trop puissants ou certaines magies sans trop d’intérêt une fois un gros niveau atteint), Dungeons of Dredmor est un tueur de newbies. Tous les débutants vont se lancer trente parties avant même de comprendre le rythme de jeu à tenir pour survivre jusqu’au second étage du jeu. Ou alors, il leur suffit de passer en mode “Casual”, finalement tout aussi amusant pour ceux qui ne cherchent aucun vrai défi à surmonter. Ce sera compliqué, mais le jeu demandera beaucoup moins d’effort pour être terminé avec un bon score.

Générés aléatoirement donc, les niveaux proposent alors leur lot d’objets rares, de pièges à désactiver, de portails entre plusieurs endroits du niveau, d’inventaire à remplir avec tout un tas de bricoles plus ou moins utiles et de potions. Beaucoup de potions d’ailleurs, comme quoi les développeurs sont bien conscient de la difficulté du jeu. Les ennemis sont eux aussi aléatoires et plutôt mignons graphiquement, comme tout l’aspect “amateur” de ce Dungeons of Dredmor qui possède un charme indéniable et qu’on espère bien revoir dans les autres productions du studio à l’avenir. En clair, vous l’aurez compris, il y a aussi un fort pourcentage de chance dans la progression de ce titre hors normes, venu d’un autre temps et qui fait vraiment plaisir à voir.

Dommage que quelques bugs subsistent, mais à ce jour, plusieurs patchs sont déjà sortis et les développeurs ne comptent pas s’arrêter là. Le jeu est peaufiné, les joueurs sont vraiment considérés et cela fait grandement plaisir. Car honnêtement, il ne manque presque rien à Dungeons of Dredmor pour être la plus sympathique surprise du moment. Si ce n’est un mode multijoueur ? Espoir…

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire