Cute Things Dying Violently

Troisième titre du très bien pensé Indie Games Summer Uprising, Cute Things Dying Violently s’était déjà présenté dans un Trailer pour le moins alléchant. Pour 80 Microsoft Points, on peut donc s’attendre à une petite perle de la part d’Alex “AlejandroDaJ” Jordan.

Oh, c’est mignon *Splash* Ah, ça l’est moins…

Cute Things Dying Violently ou littéralement : Les choses mignonnes qui meurent violemment, est un titre très explicite qui vous pose immédiatement l’ambiance du jeu. Ces petits trucs mignons sont appelés Critters (ce qui est un peu moins mignon à mon goût) et il vous faudra les mener dans des ascenseurs en en perdant le moins possible. Ces ascenseurs marquent la fin des niveaux qui sont au nombre bien suffisant de 60. La difficulté pour résoudre les niveaux est croissante et pose très vite un gameplay simple à prendre en main, mais pas forcément facile à mettre en œuvre.

Vous avez donc un ou plusieurs Critters à amener sans encombre vers la sortie. Pour se faire, il est possible de cibler un Critter (ou quel-qu’autre objet) qui s’arrête alors de bouger et que vous pourrez lancer à la manière d’une flèche avec un arc. Et non je n’ai pas trouvé d’autre exemple… La force du lancer est bien entendu ajustable pour lancer les Critters plus ou moins loin. Il est également possible de déplacer gentiment les bonshommes avec la même cible. Donc on peut les mettre directement dans l’ascenseur ? Non, puisque la cible reste sur une ligne prédéfinie : il est donc possible de les déplacer que sur un seul axe, d’où l’intérêt de pouvoir les projeter à différents angles.

Les niveaux se présentent sur un seul écran fixe et proposent divers obstacles pour vous compliquer la vie : des scies, des piques et même des murs vous poseront problème pour atteindre l’ascenseur. D’autres éléments sont présents, comme le ressort ou les ventilateurs, pour vous aider ou parfois rendre les choses plus difficiles. Il faudra jouer également avec des interrupteurs qui activent des murs, des ventilateurs ou encore des bombes, mais aussi avec les angles de lancée pour rebondir sur la bonne parcelle de surface et atterrir au bon endroit. Il est maintenant évident que les choses deviennent de plus en plus compliquées pour sortir vos petits Critters de là. Et comme ce n’est pas suffisant, à chaque nouvelle dizaine atteinte, un boss-robot-méchant est à battre à l’aide d’un seul personnage.

Des smileys et du sang.

En ce qui concerne la partie “Cute” du titre, on peut dire que c’est assez réussi avec des petits bonshommes ressemblant beaucoup à des smileys sur pattes et des décors pas désagréables pour les yeux. Pour la partie “Violently” c’est également très bien représenté à chaque fois qu’une erreur de parcours est commise : que les Critters se prennent une scie ou tombent sur les piques, du sang jaillit, les personnages se font découper en deux ou sont magnifiquement empalés. Oui c’est très charmant et aussi très fun pour les âmes insensibles comme la mienne. Quelques musiques accompagnent le tout et collent parfaitement à l’esprit déjanté du jeu. Seul petit bémol, elles sont à force un peu lourdes à entendre sans toutefois qu’on ait envie de couper le son.

Pour bien rentabiliser le misérable petit euro que l’on doit investir pour acquérir le jeu, un très sympathique mode multijoueurs est présent. Il s’agit surtout de battre votre adversaire avec des points et du temps. Un simple concours sur lequel on ne peut pas cracher tant il est simplement réussi. Et ce n’est pas tout ! Des succès in-game sont à débloquer et donnent accès à de nouveaux niveaux/défis toujours aussi fun. Encore ? Alors un éditeur de niveau est disponible, très simple d’utilisation et qui vous permettra de jouer encore des heures avec les Critters à travers vos propres parcours. Encore plus ? Euh… Non, faut pas déconner non plus.

En revanche, je déconseillerai de longues sessions de jeu pour les plus nerveux : certains parcours se font au millimètre près et sont additionnés à des musiques, comme cité plus haut, qui peuvent casser les oreilles sur la longueur. Et attention aux anglophobes également, car même si le jeu n’est pas compliqué à comprendre, il est entièrement en anglais. De plus, des messages sont parsemés dans les niveaux ils valent parfois le coup d’œil tant ils sont amusants. Mais pour 80 Microsoft Points, Cute Things Dying Violently est plus que rentable et se place au rang de très bonne surprise pour cet Indie Game Summer Uprising. Alors au lieu d’acheter un ticket de loterie, achetez plutôt ce jeu, vous y gagnerez forcément plus.

LeenUyth

LeenUyth

Gentille, douce et délicate dans une autre vie. Née avec une manette de Master System II dans les mains, j'ai aujourd'hui moins le temps de jouer et me consacre surtout aux jeux d'arcades pour péter un max de rotules rapidement. Et comme j'écris pas beaucoup et que personne d'autre ne veut le faire, je montre souvent ma sale tronche pour les interviews vidéos.
LeenUyth

Les derniers articles par LeenUyth (tout voir)

Laisser un commentaire