Take Arms

Désormais, de plus en plus de conflits se règlent en multijoueur. Le solo est tant utilisé pour raconter des histoires que le Xbox Live recueille tous les survoltés de la manette ayant soif de petites tueries entre amis. Même et surtout sur le Xbox Live Indie Games…

La preuve par trois !

Take Arms offre un concept des plus simples. Au travers de trois cartes différentes (un pont, une base en pleine forêt et une gare abandonnée) le joueur affronte d’autres compagnons d’armes en un temps et/ou un score limité. On est dans le multijoueur le plus classique possible, à la différence prête que c’est en 2D. Ce genre de jeu est de plus en plus réputé dans le monde de l’indépendant, pour devenir sans aucun doute une prochaine overdose (comme le sont les Tower Defense aujourd’hui). Take Arms parvient-il à sortir du lot malgré tout ?

Trois classes seulement sont proposées. Un sniper tout d’abord, demandant au joueur de bouger un réticule énorme sur l’écran. Il peut viser les ennemis comme bon lui semble, mais ils ne seront touchés qu’à la seule condition qu’aucun obstacle ne soit sur le chemin séparant le chasseur du chassé. Il est aussi possible de jouer un Destroyer et sa grosse pétoire aux balles sifflantes et très efficaces. Enfin, pour ceux qui aiment jouer la carte de la “classe moyenne”, le Grunt se sert d’un simple fusil d’assaut pour éliminer les adversaires. Tout le monde à cependant accès à une arme plus “simple” et à des grenades.

Trois classes, trois niveaux… et trois modes de jeu : du Deathmatch en solo, en Équipe, puis de la Capture de Drapeau. Encore une fois, on est dans le classicisme exacerbé et la découverte de ce manque d’originalité sera sans aucun doute contraignante pour tous les érudits du genre. Take Arms se destine absolument aux nouveaux venus sur consoles de salon, qui découvrent de nouveaux genres à l’aide de jeux indépendants moins cher que les gros titres Xbox Live Arcade pas forcément trépidants. Cependant, on est en droit de se demander si un tel public existe encore…

Sur le Live, rien de nouveau ?

Ce qui fait la différence avec ce Take Arms et tous les autres jeux d’affrontement multijoueur en 2D dématerialisés, c’est sans aucun doute la qualité de sa réalisation. Pas franchement original visuellement, ce jeu est cependant très joli et offre des cartes de qualité. La 2D est fine, lisse, sans mauvais pixels de résolution inférieure. On en a pour son argent de ce point de vue. Il en va de même pour la bande-son : les musiques sont bonnes, les sons assez bien conçus pour que l’on s’y croie réellement.

Take Arms cache clairement son jeu. On le lance sans s’attendre à quelque chose d’incroyable, on le découvre avec la confirmation qu’il n’est rien d’autre qu’un “autre jeu de ce genre” puis finalement, on y reste de nombreuses heures sur le Live à tuer de l’inconnu et à capturer des drapeaux. Il nous est possible de faire la même chose en dix fois plus beau (dix fois plus cher aussi) et plus passionnant sur de gros jeux, mais non : Take Arms, une fois lancé, rentabilise en deux petites heures le prix qu’il coute. Les érudits n’y reviendront pas, mais n’auront pas eu l’impression de s’être ennuyés pour autant.

Un jeu clairement à conseiller aux nouveaux venus. Vous venez de vous acheter une Xbox 360, certains titres à 800 MP vous font de l’oeil sur le Xbox Live Arcade mais vous hésitez à acheter un titre à ce prix pour un simple amusement rapide entre deux grosses sessions de jeu ? Take Arms est pour vous. Ce n’est pas du tout original, c’est déjà vu autre part, mais assez bien réalisé et assez fun pour avoir une vraie raison d’exister. Sympathique, donc.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire