Xotic

WXP Games est une jeune boite de développement proposant depuis peu un “jeu-surprise” sur Steam, que l’on n’avait pas vu venir. Nommé Xotic, celui-ci ne manque justement pas d’exotisme et tente de proposer une “autre façon” de jouer à un First Person Shooter. Et si on y insérait un peu de puzzle-game ?

Une ambiance très réussie

Dans la peau de Macroterra (un extraterrestre), le joueur doit détruire toutes les créatures ayant envahi trois mondes. Une mythologie autour de l’Orb, une entité diabolique, vous sera présentée en guise de contexte. Le scénario n’est pas le principal intérêt du jeu, mais il pose l’ambiance : on est vraiment dans un autre monde, sans une once d’humanité ou de code “terriens” dans les décors. Le level-design va dans ce sens : tordu, à la fois sombre et coloré, il nous rappelle les meilleurs (ou les pires) moments de Xen, le monde alien du culte Half-Life. C’est dans cet univers que vous évoluez, à la première personne.

Vous possédez une seule arme, qui peut évoluer à l’aide de points d’expérience glanés à chaque niveau. Vous lui ajoutez alors des modes de tirs différents, tous de nature “vivante”. Exit les balles explosives et autres joyeusetés de la concurrence : Xotic continue à gérer son univers si particulier en proposant des mouches-roquettes et autres belles inventions hybrides. On se rappelle un peu de La Fureur de l’Étranger, le dernier jeu Oddworld, qui lui aussi avait un univers original et ce genre d’arsenal. Xotic reprend cette idée avec beaucoup de brio. Certes, chacun aura ses préférences et se retrouvera avec des armes sans utilité, mais il en faut pour tout le monde.

Xotic ne propose pas de munitions limitées, juste de l’énergie qui grimpe progressivement et se vide très rapidement. Pareil pour la vie qui peut être quelque peu sauvegardée par des slots d’armures, eux aussi à débloquer avec des points d’expériences au fil des niveaux. Mais alors, où est l’originalité dans Xotic si ce n’est son ambiance ? Dans ses niveaux pour commencer. Ceux-ci sont très petits et confinés, comme des arènes multijoueur. Ils se présentent en une simple disposition de décors, remplis de cristaux à récupérer, de boules d’énergie bonus faisant grimper le score, puis de petites plantes rouges appelées Scab qui polluent les différents niveaux. Il faut s’en débarrasser pour rendre à l’écosystème son état normal. Enfin, il y a des ennemis, effrayants, fourbes, qui se cachent dans tous les coins et ont tendance à jouer les caméléons dans les décors.

Combo !

Lorsque les Scab (les plantes rouges) sont détruits, ils explosent. Si un autre Scab se situe non loin de l’explosion, il est détruit à son tour. Ainsi, il est possible d’enchainer les “kills” et de faire gonfler un multiplicateur de combo vite très intéressant en matière de score final. Le but d’un niveau est simple : tuer les ennemis pour que la sortie apparaisse. Sauf que pour avoir un bon score et davantage de points d’expérience, il est necessaire de valider plusieurs défis annexes : trouver un maximum de cristaux dans la carte, un maximum de sphères bonus, tuer toutes les plantes Scab et effectuer le plus long combo possible avec celles-ci. Diabolique.

Car vous vous dites sans aucun doute que finalement, rien ne sert de se donner du mal : il suffit de tuer les ennemis et de passer à la zone suivante. Non seulement c’est faux en terme d’évolution, puisque les niveaux sont de plus en plus difficiles et que sans points d’expérience vous n’arrivez à rien. Mais c’est aussi mal juger votre esprit maniaque qui, à la vue de cette carte pleine de bonus à récupérer, ne pourra pas s’empêcher de vouloir tous les attraper. On pousse alors le vice jusqu’à fouiller les moindres recoins et là encore, le gameplay se fait inventif et intelligent.

Plusieurs bonus de scores sont proposés en fonction des actions effectués. Quand on a tué le “plus fort” des ennemis, mais aussi lors de certaines cascades réussies. Par exemple, attraper toute une rangée de cristaux en vol sans jamais poser le pied à terre permet de valider un Combo et d’obtenir plus de points. La flore locale vous permet aussi d’obtenir quelques bonus tels que des tirs rapides, de la santé, un regain d’énergie, un peu de score supplémentaire et bien d’autres jolies choses. Enfin, pour faciliter les mouvements sur la carte, il est possible de s’aider de plateformes “hologrammes” : celles-ci apparaissent juste en dessous de votre position, une fois la bonne touche pressée. Elles vous servent de plateformes “transparentes” et illimitées.

On saute alors dans le vide, on se rattrape à la dernière minute à l’aide d’un hologramme, pour rebondir d’un saut bien calculé sur la bonne plateforme remplie de bonus. On peut aussi esquiver les tirs ennemis de cette façon, ou même s’amuser à observer le stage d’en haut façon “jeu de stratégie” avant d’attaquer de façon plus minutieuse que sans cette tactique. Les cartes sont confinées, mais la liberté de jeu est toutefois bien présente.

Des défauts ?

Xotic est une vraie surprise, un jeu d’une intelligence rare qui propose réellement un mélange de gameplay nouveau et très chronophage. Une fois lancé, on a qu’une seule envie : le parcourir d’une traite sans jamais s’arrêter d’évoluer dans des niveaux malheureusement trop peu nombreux.

C’est bien son plus grand problème, finalement : sa durée de vie. Reste que le jeu est très facilement rejouable, la quête du meilleur score étant réellement passionnante. Les classements mondiaux aident à cela et se voir glaner quelques places est un vrai délice. Certains niveaux uniquement portés sur la récupération d’items, sans ennemis donc, sont même de la partie pour ceux qui préfèrent cet aspect du jeu.

Xotic n’est pas simple : finir le niveau est une chose, mais le terminer avec toutes les étoiles et bien évoluer son personnage tout au long de la partie demande un peu de skill et de volonté. C’est d’ailleurs pourquoi on redoute un peu une potentielle sortie console, qui risque de clairement ne jamais y trouver son public. Mais pour l’instant, contentons-nous de l’avouer sans tergiverser davantage : Xotic est un excellent jeu, une vraie bouffée d’air frais pour les amateurs de First Person Shooter (même et surtout pour les vieux de la vieille). Un futur jeu culte ? Il mériterait sans doute ce statut. Et il ne coute que 7 €, histoire d’enfoncer le clou.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Une pensée sur “Xotic

  • 22/09/2011 à 19:33
    Permalink

    Quand je l’ai lancé j’ai eu très peur. Puis finalement je partage ton avis, c’est un régal !

    Répondre

Laisser un commentaire