Interview – Edward Del Castillo (Liquid Entertainment)

Ils vous ont fait rêver sur Battle Realms ? Ils reviennent sur Facebook avec le premier gros jeu d’Atari sur réseau social estampillé D&D. Heroes of Neverwinter est prometteur et tous ceux ayant déja joué à une petite partie de ce titre savent qu’il n’est pas “qu’un jeu Facebook”.  Edward Del Castillo, développeur depuis quelques temps maintenant, nous parle de sa passion pour Dungeons & Dragons…

Bonjour. Tout d’abord, cela fait quoi de travailler sur la franchise Dungeons & Dragons ?

Mec ! D&D Rocks ! J’ai commencé ma carrière de joueur avec D&D sur les versions Rouge et Bleu. J’ai passé plus d’heures sur le jeu papier D&D que dans n’importe quel autre jeu dans ma vie. Pour moi, c’est le centre de mon expérience de jeu. Je ne peux pas dire à quel point il m’a influencé dans ma vie et travailler sur un jeu Dungeons & Dragons pour la seconde fois fut un vrai frisson.

Ce jeu est uniquement jouable sur Facebook. N’avez-vous pas peur d’effrayer les fans de la franchise en venant sur Facebook ?

Nope. Il est temps pour Facebook de proposer des jeux avec davantage de substance. Comme pour tous les médiums, le joueur doit lui donner un “sceau d’approbation” avant de passer au niveau supérieur. Ce jeu est juste le premier d’une génération de jeu qui va légitimer les réseaux sociaux comme plateforme de jeu mondiale.

La version bêta a dévoilé un système d’alliées “réels” (via les contacts Facebook). Quelles autres idées devons-nous nous attendre à découvrir ?

C’est une grande question ! Le ciel est la limite. On a l’opportunité d’amener l’entière expérience de D&D version papier dans Heroes. C’est juste une question de soutien des fans. Il est facile de s’apercevoir que ce jeu pourrait devenir une reproduction fidèle de l’expérience de jeu papier, mais en ligne. Dans un monde parfait c’est ce qu’il deviendrait, un endroit ou les gens qui ne trouvent pas de groupe ou qui n’ont pas le temps pour toute une énorme partie de jeu papier pourront s’asseoir et “faire du D&D” une heure par jour.

Quels sont les ajouts que vous aimeriez proposer rapidement aux fans de Heroes of Neverwinter ?

Nous avons un plan en trois parties démoniaques dans le court terme. La première est la stabilité et le lancement : un jeu vivant se doit d’avoir du nouveau contenu introduit presque quotidiennement et la correction de bugs et de stabilité sont un travail à temps plein. La seconde partie est le contenu : dans le court terme, vous découvrirez deux sortes de nouveau contenu. Le premier est “l’approfondissement” (ce qui rend le jeu plus riche en amenant des aspects du jeu papier, tels que des nouvelles races, nouvelles classes, nouveaux sorts, nouvelles règles, etc.) et le second est “l’élargissement”. Il s’agit d’une extension du contenu, permettant au joueur d’avoir toujours “davantage” à faire. Nous parlons ici de davantage d’aventure, d’environnements, de montres, d’éléments. Enfin, la troisième partie du développement est la monétisation. Le jeu est gratuit à jouer, mais rien n’est finalement gratuit. Il en coute à Atari beaucoup d’argent pour soutenir ce jeu alors nous travaillons sur les moyens de rendre ce modèle rentable. Bien sûr, le moyen le plus simple serait que les gens achètent s’ils aiment le jeu. (Indice, Indice).

Il y aura t’il une compatibilité avec le prochain jeu massivement multijoueur Neverwinter d’Atari ?

Je ne pense pas. Neverwinter est développé par une entreprise différente, en dehors de la “famille” Atari et c’est donc très difficile à coordonner. C’est aussi un style de jeu différent. Je veux donner aux joueurs une expérience basée sur le “comme vous le voulez” pour ceux qui aiment D&D. Les MMO sont généralement bien plus longs, ce qui nécessite d’y investir beaucoup plus de temps. En mettant ce jeu sur Facebook, nous vous laissons y jouer sur n’importe quel ordinateur connecté à Internet. Sans avoir à s’assoir et à attendre que se forme un groupe. J’aime les MMO, mais beaucoup de gens n’ont pas la possibilité d’annuler tout un samedi juste pour avoir 1% de chance de tomber sur un bon “loot”. Je veux que vous puissiez jouer à D&D où et quand vous le voulez. Cette vision est fondamentalement différente de celle de la plupart des MMO.

Game Side Story est aussi concentré sur les développeurs eux-mêmes. Du coup, pouvez-vous nous parler de Liquid Entertainment ?

Liquid a eu une longue carrière dans l’industrie. Nous existons depuis 13 ans et nous avons commencé avec des RTS comme Battle Realms et DragonShard. (Ed Del Castillo fut le producteur et directeur créatif des Command & Conquer et Alerte Rouge originaux.) On s’est regroupés avec des gens puissants dans d’autres domaines et depuis, Liquid existe. En ce qui concerne nos futures créations, nous travaillons sur un jeu de combat et de rythme qui est en fait un remake d’un célèbre jeu de karaté des années 80. Nous travaillons aussi sur un autre projet de jeu de cartes en ligne concernant la série des Battle Realms et aussi, un second titre D&D d’Atari qui sera proposé en ligne et sur mobiles.

Enfin, peut-on s’attendre à une traduction française d’Heroes of Neverwinter ?

C’est une question à poser à Atari, mais la réponse sera toujours : “si le marché est présent et que les gens y jouent, nous le ferons”. La meilleure façon d’obtenir une version française et de remplir les forums de demandes. Atari est très attentif aux forums !

N’hésitez pas à vous faire un avis sur Heroes of Neverwinter en le découvrant sur Facebook  !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire