The Dark Meadow

Reprenant le moteur d’Infinity Blade, ce jeu de Phosphor Games est des plus originaux pour l’AppStore. Plutôt habitués aux petits jeux rapides et vite consommés, les utilisateurs d’iPod, iPhone et iPad vont découvrir ici une aventure originale. Et réussie ? C’est ce que nous allons voir.

Le chant de la sirène

Vous vous réveillez dans un hôpital abandonné, en ruine, ou le personnel a depuis longtemps quitté les lieux. Un vieil homme se met alors à parler, à vous expliquer de façon très énigmatique votre présence en cet endroit puis tente de vous convaincre de partir à l’exploration à la recherche d’une étrange fantôme : ce que vous faites. Vous pouvez alors vous diriger au tactile, tourner autour de vous même pour regarder ou bon vous semble et fouiller quelques objets. Des tiroirs, des placards, pour obtenir de l’argent et des kits de soins. Mais principalement, vous rencontrez bien vite un ennemi qui se précipite alors sur vous sans crier gare. Bienvenue dans The Dark Meadow.

L’ennemi au loin, vous sortez votre arbalète et pouvez lui lancer quelques carreaux en pleine face. Il perd des points de vie mais tiens bon. Une fois l’adversaire proche de vous, l’épée se dégaine automatiquement et il faudra garder ou esquiver les coups. Pour frapper, il suffit alors d’effectuer un mouvement avec votre doigt dans la direction souhaitée : plusieurs combos peuvent être obtenus avec les bons mouvements et comme dans Infinity Blade, le réalisme est saisissant. Les combats sont dynamiques, amusants et très réussis. A chaque fin de duel, une fois que vous avez terrassé la bête qui se trouvait en face de vous, vous obtenez de l’expérience et passez au fur et à mesure de niveaux. Vous obtenez de l’argent aussi, principalement pour acheter de nouvelles armes et boucliers. Enfin, vous pouvez vous soigner avec vos kits de premiers secours présents dans votre inventaire.

Une histoire énigmatique

Nous sommes donc dans un vrai jeu de rôle à la première personne, à deux doigts de ressembler à un Dungeon Master à ceci prêt qu’il est beaucoup moins vaste et furieusement plus simple dans sa narration.

Tout au long de votre périple aux graphismes réellement saisissants (surtout sur des plateformes nomades) et aux éclairages réussis, vous découvrirez des écrits, de vieux bouquins poussiéreux,qui vous en diront plus sur l’histoire de cet hôpital. Le scénario est aussi narré par cet interlocuteur dont on ne sait rien et qui, entre deux blagues, vous distille quelques informations supplémentaires. Enfin, cette fantôme que vous devez terrasser sera aussi un bon moyen d’avancer efficacement dans un univers étonnant au scénario certes confus, saccadé, mais toujours intéressant.

Il n’y a pas grand-chose à dire sur The Dark Meadow, si ce n’est que c’est une réussite totale pour un tel support. Un tactile efficace, une aventure simple à découvrir… Seules les quelques répétitions (les combats, les allers et retours) viennent parsemer l’aventure de quelques moments de relâchement pour le joueur. Certains endroits obligeant au level-up peuvent aussi décevoir ceux qui n’aiment pas passer trop de temps sur le même jeu avec leur iDevices et ceux-ci sont bien plus nombreux qu’on le pense. Néanmoins, tout cela est une liste de défauts inhérents au genre.

La critique est difficile…

Reste alors l’univers, l’histoire, l’ambiance, qui ne plaira clairement pas à tout le monde. Si vous êtes totalement indifférent au style d’un Silent Hill, d’un Rule of Rose ou de tous ces titres Survival-Horror à la Forbidden Siren, alors The Dark Meadow ne sera pas très intéressant pour vous. Car il en capture toute l’ambiance, la substantifique moelle artistique, bien qu’il ne soit jamais effrayant. Ceux que ce genre de jeux obsède, par contre, seront aux anges.

The Dark Meadow est difficilement critiquable dans le sens ou il est “parfait” pour son support. Les développeurs ont su jauger le rythme d’un jeu sur iDevice et le retranscrire dans cette aventure plus profonde que la moyenne des jeux de l’AppStore. Alors bien entendu, pour un amusement optimal, nous ne saurons que trop vous conseiller de préférer la version iPad. Mais même sur iPod, c’est un ravissement visuel et le tactile y est très jouable malgré quelques tout petits ralentissements lors du lancement de certains combats. On s’y fera rapidement, soyons indulgents.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire