Snappy Dragons

Jouer la carte de la concurrence franche avec Angry Birds est quelque chose de soit très osé, soit clairement axé sur un marketing facile. Snappy Dragons n’est pas de ce dernier exemple et tente d’apporte quelque chose de plus à ce jeu désormais culte de l’AppStore. Au point de le dépasser ?

“Angry-Birds like” ?

Extensive Studios nous propose donc un “Angry Birds-like” comme vont bientôt l’appeler tous les joueurs potentiels. Une appellation honnête même si, fatalement, on en revient toujours à l’éternel débat du semblant d’originalité (autre que tactile) d’Angry Birds. Au moins, avec Snappy Dragons, on a quelques petites choses nouvelles à se mettre sous la dent. À commencer par un gameplay un poil différent au toucher.

Un dragon est bel et bien placé à la gauche de l’écran, dans les différents niveaux de Snappy Dragons, et il est aussi capable d’envoyer un projectile au loin d’une simple visée tactile. Néanmoins, celle-ci se fait désormais à l’envers : on ne “tend” pas un élastique pour envoyer ce projectile, puisqu’il s’agit ici d’en choisir seulement la trajectoire. Le tactile est précis et permet quelques jolies prouesses, chose moins possible avec facilité dans un Angry Birds chaotique.

Le but des niveaux ? Détruire tous les petits humains s’y trouvant, tout en essayant de ne pas toucher les bébés dragons enfermés dans des cages. On termine avec succès le tableau en tuant tous les humains, mais on gagne une bonne note en fonction des enfants sauvés. Un concept tout simple qui se voit recopié dans plusieurs environnements différents : la montagne, la glace, la lave, la forêt, des grands classiques donc.

Un dragon, ça va, c’est quand il y en a plusieurs…

Chaque environnement à ses propres originalités, mais surtout, un gameplay qui se complique rapidement grâce à un petit côté “Worms” bienvenue. Si la boule de feu lancée par notre dragon est donc à gérer avec précision, il convient aussi de bien apprendre les spécificités de son environnement avant de vouloir éradique l’espèce humaine. Des flèches de direction sont par exemple disséminées dans le niveau : celles-ci redirigent automatiquement le projectile dans la direction précisée, avec une gestion de la physique particulièrement convaincante.

Comble de bonheur, Snappy Dragons tente de se faire moins rébarbatif que les autres jeux du genre en proposant quelques phases de gameplay originales. Toutes représentées par un autre type de dragons (en taille et en couleur), elles permettent par exemple de “mitrailler” l’écran de boule de feu ou de dirigier au doigt une seule boule dans un labyrinthe d’obstacle qui fera criser les plus impatients des joueurs. C’est une très bonne chose que cette volonté de diversifier l’action.

Une agréable réalisation

Soyons honnêtes : Snappy Dragons n’est pas un jeu d’une richesse incroyable et d’une inventivité folle, mais il fait honneur aux titres du genre et promet beaucoup pour un premier jeu d’un jeune studio. Surtout, il amuse ce qui en soi est un peu son premier objectif. On est devant des animations pas toutes réussies (la chute des ennemis, certaines explosions approximatives…) mais la réalisation graphique est réellement agréable à parcourir et les musiques gaies et entrainantes ponctuent cette impression de “bien être” une fois en jeu.

Reste qu’il lui manque peut-être un peu de contexte, de petits scénarios amusants comme on nous en avait proposé lors des teasers, ou tout simplement d’une mise en avant d’un univers que l’on voudrait vraiment voir exploité, ne serait-ce que pour ses atouts visuels vraiment adorables.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire