Serious Sam 3 : BFE

Deux jeux, deux remakes, des titres indépendants et enfin un troisième épisode très attendu par une horde de fans amoureux de jeux clairement dingues et stupides, c’est ce que compte maintenant la saga Serious Sam à son palmarès. Mais ce dernier jeu est-il vraiment digne de la série ?

Sam, l’Égyptologue

L’histoire de Serious Sam s’est trouvé une conclusion folle, mais bien réelle dans ses précédents jeux et c’est donc avec une logique implacable que les cinéphiles connaissent déjà, que ce troisième épisode s’annonce finalement comme une prequelle aux jeux précédents. Pas grave puisque du scénario, sans Serious Sam, cela n’a absolument aucun autre intérêt que d’enchainer les blagues de mauvais gout. À moins que ? La Croteam propose réellement du scénario dans Serious Sam 3 ? Mais pourquoi ? Sam débarque en Égypte avec ses potes de l’armée quand soudain, une roquette bien placée fait exploser son hélicoptère alors en plein vol. Il va devoir survivre en zone urbaine, un simple Desert Eagle à la main, face à des hordes d’ennemis enragés. Comment ça pas de hordes ? Où sont passés les innombrables vagues d’adversaires à tuer ? Mais qu’ont-ils fait de Serious Sam !

Pour sur, le fan de la saga sera réellement peu enthousiasmé par les premières heures de jeu. Trois/quatre ennemis à chaque couloir, trop de scénario urbain sans aucune blague : Serious Sam se serait-il aseptisé ? Pensons cela plutôt comme une sorte d’équilibrage face aux Battlefield et autre Call of Duty. Dans un souci de parodie évident (et bien plus commercial), les développeurs de la Croteam ont adouci leur vieille recette pour mieux disséminer leurs délires tout au long du jeu. Au début, c’est davantage d’une petite balade en Égypte dont il est question. Des ennemis par-ci, des boss par-là, quelques secrets bien cachés et des items à récupérer : le rythme est insupportable. L’ennui nous guette et il faut bien avouer que l’abandon est envisagé. Cela nous donne une introduction d’une platitude lourde, des niveaux qui peinent réellement à intéresser et il faudra attendre au moins la moitié du jeu pour commencer à y prendre son pied en vagues d’ennemis immenses et en arsenal varié.

Not Serious, Sam !

Contacts radio avec une fille à la voix suave, points de ralliement qui se font finalement exploser par des ennemis, une ville à feu et à sang : on a déjà vu cela cent fois et on ne voulait vraiment pas en redécouvrir les clichés dans un jeu de la Croteam. Pourtant connus pour proposer quelque chose de totalement original et surtout de fun, les développeurs ont totalement changé la donne. On retrouve donc bel et bien certains aspects des jeux d’antan, mais il manque énormément de parodie, de références, de secrets originaux et surtout, de nouveaux ennemis. Les quelques nouvelles têtes sont quelconques et il faudra attendre les Kamikazes et autres vieilles connaissances pour s’amuser quelque peu à tuer de l’alien. Mais franchement, on s’attendait à mieux…

Surtout que même du point de vue de l’arsenal, on reste un peu sur sa faim. D’accord, Sam est toujours du genre à tirer de vrais boulets de canon, à envoyer une centaine de roquettes de suite et à s’amuser violemment avec un shotgun très efficace, mais où sont les potentielles nouvelles armes ? À la place, on a deux ou trois changements de skins et une efficacité bien moins équilibrée entre chaque type d’arme (il n’y a qu’à voir la puissance de la mitraillette et de sa visée pour s’en convaincre). Les fans seront donc forcément déçus. Quant à ceux qui ne jurent que par de beaux graphismes, ils peuvent passer leur chemin : tout ici est très quelconque visuellement, camouflé par de jolis effets de lumières qui font office de cache-misère.

Serious Sam pour les nuls…

Reste les autres, ceux qui débarquent après la bataille et découvrent ce Serious Sam comme étant leur premier jeu de la série. Ceux-ci pourraient bien s’y amuser follement entre deux parties plus sérieuses de FPS guerriers. La parodie fonctionne mieux, on leur offre du Sprint infini et des exécutions d’ennemis (totalement déséquilibrées d’ailleurs, tant elles sont pour la plupart bien plus puissantes que n’importe quel tir d’arme) histoire de paraitre un peu plus jeune et à la mode. La pilule passe plus facilement, le jeu est amusant. Ouf, sauvé du naufrage ! On aurait aimé qu’il en soit de même pour le mode multijoueur, de la coopération bourrine allant jusqu’à seize joueurs, mais encore faut-il que les serveurs soient occupés pour pouvoir y trouver des parties. En l’état, l’Égypte y est bien représentée tant les serveurs sont déserts.

Je suis très méchant avec Serious Sam 3 : BFE car honnêtement, je m’y suis amusé. Pas follement certes et surtout, je ne suis pas sur que j’aurais persisté après trois ou quatre niveaux si je n’avais pas eu à le tester, mais cela reste un FPS classique certes vendu un peu trop cher, mais qui devrait valoir le coup lors de promotions futures. À petit prix, juste pour le fun, c’est un bon investissement. Mais franchement, il vaudrait peut-être mieux ressortir les vieilles versions et/ou leurs remakes si vous ne les avez jamais terminées : elles sont bien meilleures.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire