VolChaos

FunInfused Games est un petit studio indépendant développant sur XNA et nous proposant aujourd’hui un Die & Retry très inspiré d’un certain niveau diabolique d’un non moins difficile Megaman II. Vous aimez la lave ? Vous aimez tomber dedans ? Non, nous non plus. Et pourtant…

Chronique d’un jeu cruel…

Tout commence par la découverte d’une journée : Megaman II offert à un enfant, alors inconscient des nombreuses crises de nerfs qui le guette. Un niveau, une musique, une séquence de gameplay en particulier, resteront à vie gravés dans sa mémoire : le stage du robot Heat Man. De la lave en fusion, des sauts millimétrés, une tension de tous les instants… Pas de doute, voilà de quoi vous traumatiser à vie. C’est aussi mon histoire et en lançant ce VolChaos que j’attendais avec impatience, il apparut soudain comme un spectre, une vieille hantise : au secours, c’est le même principe de jeu !

Les inspirations ne trompent pas : les développeurs ont les mêmes références. L’introduction raconte la vie d’un aventurier désabusé pendant que la caméra grimpe une montagne. Au sommet on y trouve le héros, cheveux aux vents, puis le logo du jeu. Volchaos est inspiré de Megaman II (et principalement du monde de Heat Man) pour le plus grand malheur de ceux qui pensaient en avoir fini avec le diabolique titre de Capcom. Le concept est simple : vous jouez ce valeureux aventurier qui doit sauter de plateforme en plateforme et récupérer des joyaux puis atteindre le drapeau du niveau, sans être touché par un ennemi ni par la lave qui ne cesse de monter.

Attention à la lave !

42 niveaux sont proposés. Plutôt courts au début, plus long à la fin, diaboliques le plus souvent dans leur level-design, ceux-ci se proposent surtout en plusieurs objectifs de rejouabilité. Vous les parcourrez une fois pour les terminer, en atteignant le drapeau. Ensuite viendra le temps de récupérer tous les joyaux (ce qui complique déjà la tâche dans plusieurs niveaux) puis vous découvrirez que chaque niveau aux joyaux tous collectés, se débloque en une version “Difficile” et là, franchement, il y de quoi jeter sa manette sur l’écran.

VolChaos est très bien réalisé, graphiquement sublimes avec ses pixels ravissants même si évidemment les décors ne se font pas souvent très originaux. Néanmoins, ajoutez à cela ses nombreuses blagues (les noms de niveaux) et une jouabilité exemplaire à la manette pour en faire un titre vraiment passionnant. Alors oui il est énervant, avec sa difficulté abusive (mais délicieuse), mais il est toutefois assez court et les quarante-deux niveaux se parcourent assez vite. Comptez environ deux bonnes heures de jeu pour le parcourir en long et en large. Pour vraiment le finir à 100%, rajoutez une petite heure de plus, de l’aspirine et quelques cours de Yoga. Volchaos est un jeu que l’on adore détester.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire