Elevator source : préparez la drogue et l’alcool

Au rayon des simulations, nous connaissions déjà celles consacrées aux avions de chasse et de ligne, celles axées sur l’agriculture ou encore celles dédiées aux travaux publics, mais très rarement nous avons pu poser nos mimines sur une simulation d’ascenseur. Et oui, ça ne parait pas comme ça, mais on peut vivre toutes sortes d’aventures dans ce petit lieu, que PixelTail Games nous conte avec plaisir.

Elevator : source est un titre unique, pour ne pas dire un véritable OVNI, basé sur le moteur source de Valve. Totalement gratuit mais nécessitant tout de même de posséder Half-Life 2 : Episode 2 pour y jouer, le titre nous propose une expérience pour le moins étrange. Enfermé dans un ascenseur, le joueur s’arrête à différents étages mais une fois que les portes s’ouvrent tout peut arriver. Mais quand je dis tout, c’est absolument tout : un homme habillé d’une bouée canard sortant d’un désert, une sorte de zombie, etc…Bref, des choses plus ou moins tordues, générées de façon aléatoire. On aime ou on n’aime pas, mais on ne peut rester indifférent. Disponible sur ce site.

 

4 pensées sur “Elevator source : préparez la drogue et l’alcool

  • 20/01/2012 à 12:28
    Permalink

    Quelle est cette musique à 9:27 ?

    On entends “SUPER MEAT BOY … like Super Mario” etc…

    Répondre
  • 20/01/2012 à 14:18
    Permalink

    Quelle oreille mon ami ! Je ne sais pas de quelle musique il s’agit, sans doute un clin d’oeil de la part des développeurs ?

    Répondre
  • 20/01/2012 à 17:06
    Permalink

    Ca me fait penser au film “l’ascenseur” que j’ai revu cette semaine tiens! Enfin, là ça a l’air bien space quand-même :D

    Répondre
  • 21/01/2012 à 12:00
    Permalink

    Les musiques sont effectivement pour la plupart des musiques d’indés cool (on peut entendre Bastion par exemple). Le “jeu” quand a lui, je l’ai testé en coop avec quelqu’un il y a quelques jours (le jour de sa sortie), et c’est tellement WTF qu’on reste pour voir ce que sera la prochaine salle. Au final, on y a passé 1h30 en gros.

    Répondre

Laisser un commentaire