Rochard

Débarquant de nulle part et faisant son petit succès sur PC et PlayStation 3 depuis quelque temps, le jeu de Recoil Games passe enfin pare la case Critique sur Game Side Story. On a pris notre temps, certes, mais promis : le verdict et la découverte en valent le coup.

Rochard Vs. Le Chomage Interstellaire

Travaillant depuis de longues années pour la Skyrig Corporation, Rochard est un moustachu bourru et bedonnant d’une bonne cinquantaine d’années vraiment “trop vieux pour ces conneries”. Alors qu’il s’apprête, comme tous les jours, à mener à bien son boulot de mineur, des accidents à la chaîne se produisent puis bientôt, son lieu de travail est pris d’assaut par des pirates de l’espace. Passant d’une simple aide entre collègues à un véritable enjeu interstellaire, la trame scénaristique de Rochard est on ne peut plus intéressante, tout cela sur fond de sauvegarde d’emploi et de combats contre une multinationale louche et qui n’hésite pas à exploiter ses ouvriers.

Mais ce qui fait la particularité de Rochard, avant tout, c’est bien son gameplay. En tant que mineur, notre Mario des temps modernes (moustache et salopette inclues) va passer de salle en salle et s’aider de son fusil gravitationnel pour s’aider dans sa quête. Loin d’être le meilleur soldat de tous les temps, Rochard commencera tout d’abord par soulever des caisses avec son rayon et les lancera violemment sur ses ennemis pour s’en débarrasser. S’en suit alors la possibilité de mettre à niveau cet arsenal et de posséder quelques nouveaux moyens de défense : tir laser, grenades, mais aussi la possibilité d’activer un champ gravitationnel qui vous permet de sauter plus haut, de vous mouvoir plus lentement. Bref, puzzle et action sont les bases de ce jeu en 2,5D absolument magnifique.

Une magnifique invasion

Il faut l’avouer, le moteur de jeu développé par Recoil Games (sous Unity 3D) et très convaincant. Les personnages, malgré une lipsync assez lamentable, ont un charisme visuel assez épatant et tous semblent tirés d’un dessin animé de haut niveau. Les couleurs, très claires, sur fond très sombre, donnent une atmosphère tout aussi enfantine à ce monde pourtant dangereux. On s’y sent bien, on a l’impression de retrouver ces grands titres de plateformes des années Super Nintendo / Megadrive, ou les graphismes servaient davantage à l’ambiance qu’aux artifices.

Surtout que point de vue dépaysement, Rochard fait cela avec beaucoup d’intelligence. On passe de niveau en niveau en changeant totalement d’atmosphère à chaque fois. Seul le level-design vient déranger puisque bien qu’intelligent, avec ses interrupteurs à saisir avec le rayon gravitationnel, ses champs de force aux propriétés originales (certaines ne laissent passer que les objets, d’autres que les personnages, etc.) ou encore ses nombreuses énigmes utilisant la gravité, il n’en est pas moins extrêmement répétitif.

Ainsi, les puzzles et les affrontements se suivent et se ressemblent. Pour les transitions entre les niveaux, il s’agit toujours d’ascenseur ou d’assimilés. On répète alors très souvent les mêmes actions, entre deux phases de plateformes toujours très simples et sans grande originalité si ce n’est celle d’utiliser (ou non) la gravité pour sauter plus haut. C’est très amusant, loin de moi l’idée de dire le contraire, mais cela reste quand même très lassant.

À consommer à petites doses ?

Rochard est un jeu qui, point de vue durée de vie, ne sait pas s’arrêter quand il le faut. Au bout de deux heures de jeu (sur la demi-douzaine proposée), on a vraiment l’impression d’avoir tout vu du gameplay et malgré tout, cela ne s’arrête pas. Il reste du scénario, des phases de plateformes déjà vues, des puzzles qui se copient et tout cela est difficilement assimilable d’une traite.

C’est pourquoi, pour profiter de cet univers sympathique, de ces graphismes de qualité et d’une bande-son assez époustouflante pour un jeu à petit budget, je ne saurais trop vous conseiller de ne jouer à Rochard que par petites sessions. Un petit niveau de temps en temps, juste pour le fun, avec cette intelligente trame scénaristique en fond pour vous donner un but. Voilà le seul moyen de profiter au mieux de ce Rochard techniquement très réussi, plein d’idées, mais qui ne cesse de se répéter. Comme moi dans ce test ?

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Une pensée sur “Rochard

  • 18/02/2012 à 17:27
    Permalink

    Un très bon petit jeu. Je n’ai pas trouvé le jeu aussi lassant et répétitif que toi, vu qu’il y a tout de même quelques variations introduites en cours de jeu (les upgrades de mines, la possibilité d’utiliser l’arme comme un grappin pour se déplacer, etc).
    Par contre, certains combats m’ont assez frustré, et sont sans doute plus bourrins que stratégiques. Mais au global, comme tu le dis, c’est très accrocheur au niveau visuel et sonore, le rythme est bien foutu avec l’alternance puzzle/combat.

    Répondre

Laisser un commentaire