Vessel

Rappelez-vous votre jeunesse, quand vous étiez au lavabo en train de vous laver les dents de façon innocente, et que vos parents, rabat-joie qu’ils étaient, vous lançaient tout le temps la même rengaine, “Jean Eudes, arrêtent de faire couler l’eau ça coûte cher !” . Imaginez-vous maintenant l’univers de Vessel, où l’eau est devenue une source de revenus. Mais dans des univers aussi stables, il y’a toujours une goutte pour faire déborder le vase. L’ambiance post-goutte, je vais tenter de vous la décrire dans ce jeu tant attendu par la communauté indépendante !

Il faut faire la Vessel…

Le scénario est loin d’être banal. Notre héros, Mr Arkwright, est un savant qui par le passé a fait une découverte ayant révolutionné l’industrie. Grâce à une machinerie complexe, il a réussi à animer des êtres faits d’eau, et l’économie a fait un bond. Ces êtres, les Fluros, sont une main d’oeuvre infatigable, remplaçable à volonté et faisant un travail parfait. Mais un jour, lors d’une erreur de manipulation, un sceau a malencontreusement activé la machine. Le Fluro invoqué en a profité pour enfermer Mr Arkwright dehors tout en se permettant de « fabriquer » un maximum de ses congénères. Votre but dans le jeu sera donc d’arrêter l’invasion et de remettre le monde dans son ordre normal !

Vous commencerez le jeu armé d’une simple lance à eau qui fait aussi aspirateur (ne vous posez pas de question), d’un réservoir d’eau et du type de Fluros le plus simple. Et plus vous avancerez et plus vous débloquerez de contenu, des fluides selon l’environnement (lave,slime…) et des outils selon un choix à faire. Car il y aura une machine géante à laquelle vous demanderez soit d’upgrader un outil existant, soit d’en créer un que vous penserez utile pour la suite. Parmi vos choix, il y aura par exemple une lance à fort débit, une lance à Fluros qui en créera une fois activée et plein d’autres choses que je vous laisse découvrir. Le soft vous permettra aussi de débloquer des types de Fluros, tels que le chasseur ou l’absorbeur aux propriétés originales. Vous aurez donc un vaste choix d’amusement en créant tous les types possibles de Fluros.

Un bon produit, Vessel ?

La narration du scénario est quant à elle surtout mise en place via le journal, qui a chaque entrée de nouvelle salle importante vous donnera des indications sur les découvertes faites par notre savant. Vous aurez autant d’information sur le boss présent dans la zone que sur la mécanique des fluides que vous contrôlez et à force d’avancer dans le jeu, lire le journal deviendra une obligation pour pouvoir comprendre ce que vous faites ou ce que vous allez faire.

En parallèle de la salle des upgrades, vous aurez aussi une salle d’expérience ou vous pourrez mélanger tous les types de fluides pour créer des Fluros. Ou encore tester des réactions entre fluides tels que l’eau avec la lave, ou le slime rouge avec le bleu. La salle vous donnera aussi accès aux différents niveaux du jeu, qui sont l’industrie et la plantation. Puis un autre, que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Le jeu reste tout de même un puzzle game fortement bien réalisé avec des énigmes qui vous donneront tellement de fil a retorde que notre ami développeur a pensé à un système de jeu ou vous ne serez pas obligés de tout résoudre. Bien sûr, si vous arrivez à finir tous les niveaux, le jeu vous proposera davantage de matière pour améliorer vos équipements. Mais vous n’y arriverez qu’avec un mental d’acier. Le level designer a vraiment pensé à utiliser tous les aspects du gameplay, en utilisant la vapeur, les explosions et les caractères des Fluros. Le soft arrivera quand même à vous tenir en haleine pendant environ une quinzaine d’heures, plus que les 10 heures annoncées par le développeur (il faut les entretenir, les créateurs de ce genre). Et puis ce sera finalement 15 heures, sans compter toutes les expériences que vous allez réaliser en tentant de mélanger tous les éléments (certains vont sûrement devenir extrêmement addicts à cette salle).

La qualité ? Vessel s’y fie !

Le jeu a aussi eu la chance d’avoir un très bon designer qui a su créer une ambiance très originale. Même si les décors restent assez particuliers aux débuts, l’oeil s’y fait vite et on leur trouvera même un certain charme. En cherchant un peu sur internet, j’ai d’ailleurs pu découvrir que le but de Vessel était de tester le nouveau moteur graphique du jeu, et bien on peut dire que c’est un pari réussi pour les créateurs du soft. En parlant de réussite, la bande sonore est aussi très agréable et vous accompagnera tout au long du jeu sans être dérangeante. Un des points forts du jeu sera tout de même qu’il est en français, et dans une production indépendante ce n’est jamais un point à prendre à la légère.

On a donc ici un très bon jeu de plateforme avec une bonne durée de vie, un très bon gameplay, un scénario pas déplaisant, et finalement une très bonne partie de plaisir et tout ça en français. Il sera à mon avis un de ces jeux indépendants qui marquera l’année 2012 de par son originalité. John Krajewski rentre donc dans la liste des développeurs à surveiller de très près grâce à la très belle performance de Vessel ! Tout ça pour vous dire que vos 15€ seront loin d’être gâchés par l’achat du soft.

Les derniers articles par TGWR (tout voir)

Laisser un commentaire