Arkedo dévoile du gameplay d’Hell Yeah!

Ah la PAX, une merveilleuse chose. On vous en parlait un peu plus tôt avec notamment le trailer d’Hawken, dont je vous conseille de lire au moins l’intro afin de savoir ce qu’est la PAX. C’est dans le cadre de ce festival que Camille Guermonprez, fondateur d’Arkedo, était présent afin de présenter le dernier jeu du studio, Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a l’air totalement fou et génial. Et ce cher monsieur en parle 5 minutes durant, le tout agrémenté de gameplay.

Pour rapidement résumer, Hell Yeah c’est l’histoire d’un lapin prénommé Ash qui n’est pas très content car une sextape le mettant en scène dans son bain avec un canard en plastique a été leaké. Et comme certaines personnes connues en ont déjà fait l’expérience, il est très dur de retirer une sextape une fois que celle-ci a été vue par tout internet (Hellternet en l’occurrence). Équipé d’une tronçonneuse et de tout un tas d’autres trucs aussi meurtriers, ce lapin enragé va partir à l’aventure afin d’éliminer quiconque ayant vu ces images compromettantes et surtout Fat Rabbit, qui les a diffusé.

On apprend donc dans cette interview diverses choses à propos du jeu. Tout d’abord, on sait que celui-ci est désormais entièrement terminé et sortira au milieu de cet été sur Xbox Live Arcade, Playstation Network et Steam (PC). On peut aussi apercevoir plusieurs mécaniques de gameplay. Par exemple, le fait qu’il y a une sorte de mini-jeu à chaque fois que Ash réduit la barre de vie d’un ennemi à zéro. En parlant de ceux-ci, il y a en tout 101 monstres dans le jeu dont 35 façons différentes de les tuer ainsi que quelques variations. De plus, ces monstres ne sont pas de simples ennemis balancés là pour vous embêter : ils ont tous une sorte de background ainsi qu’un nom chargé de sens que vous pouvez consulter dans une interface regroupant tous les monstres que vous avez croisé (et éliminé). Il y a aussi une partie boutique où vous pouvez acheter des armes, des habilités, des chapeaux, des skins

Et tout ça dans un plateformer qui se rapprocherait grandement du genre du Metroidvania (c’est-à-dire des jeux de plateforme/action/aventure comme les Metroid et Castlevania qui ont donné le nom au genre ou encore VVVVVV qui font la part belle à l’exploration). En effet, les développeurs annoncent qu’il y aura forcément besoin de faire des allers-retours dans des levels plutôt grands. En effet, upgrader vos armes ou vos habilités vous permettra parfois de vous frayer de nouveaux passages. Oh et puis, on apprend au passage que les développeurs aiment beaucoup Rayman Origins et que leur jeu s’en rapproche un peu. Voilà donc l’interview parsemée de bouts de gameplay qui donnent franchement envie :

Ripper

Ripper

Grand fan de Call of Duty et Candy Crush, ce n'est malheureusement pas quelque chose dont je peux librement parler ici... Du coup, je vais me rabattre sur fan de plates-formes, de stratégie (et surtout grand strategy) et « d'ovnis vidéoludiques » avant tout, même si les meilleurs jeux sont ceux qui arrivent à transcender leur genre. Un peu comme Candy Crush, pour ne citer qu'un seul chef-d'oeuvre du style.
Ripper

Les derniers articles par Ripper (tout voir)

Laisser un commentaire