Deponia

S’en est devenu une blague commune dans le monde du jeu vidéo : les Allemands ne font plus que des point & click et nos distributeurs européens se jettent dessus pour nous les livres avec fougue et envie de bien faire. Deponia est de ceux-ci…

Rufus n’est pas quelqu’un de bien !

C’est dans tous les cas ce qu’on nous explique en début de jeu. Vous contrôlez Rufus, un jeune homme égocentrique, ne se souciant que de sa petite personne et faisant vivre un véritable enfer à tout son village sur la planète Deponia : la plus grande poubelle de la galaxie. Abandonné par son père très jeune, Rufus tente par tous les moyens de s’enfuir de ce dépotoir et le jeu commence justement lorsqu’il s’apprête à partir avec sa dernière invention.

Malheureusement pour lui, tout tourne mal et il se retrouve propulsé sur un vaisseau de l’armée, ou il va malencontreusement aider une mystérieuse jeune fille à échapper à ses poursuivants. Ils retombent tous les deux sur Deponia et c’est avec ce grand moment de “loose” que le jeu commence réellement. Aider la jeune fille à se réveiller, tenter de percer son mystère, ce seront les objectifs principaux de la quête de Rufus qui n’oubliera pas de penser qu’à lui tout au long de l’aventure.

Cet antihéros est attachant, ce qui est on ne peut plus étonnant. En face, il y a pléthore de personnages secondaires qui manquent par contre de charisme, avec un “meilleur ami” très fade, une ancienne petite amie caricaturale et des seconds roles qui déçoivent la plupart du temps. Difficile de maitriser tous ces personnages et les développeurs de Daedalic Entertainment, qui n’en sont pourtant pas à leur premier coup d’essai, semblent avoir tellement travaillé sur le personnage principal que tout le reste manque de profondeur.

Pointez… Cliquez !

Le style du point & click ne se trouve pas du tout révolutionné ici. Vous pouvez juste ouvrir et fermer l’inventaire avec la molette de votre souris ce qui, mine de rien, est une très bonne idée. Le reste est classique : vous cliquez sur des objets du monde, un clic-droit pour juste voir ce qu’a à dire Rufus à leur sujet, puis vous les combinez si besoin dans votre inventaire. Pour les personnages : un clic permet de lancer une discussion et des choix s’offrent alors à vous pour votre causette variée et souvent très drôle.

Deponia a une première qualité : il est très bien écrit. Souvent hilarant, il met en place des scènes tellement délirantes qu’elles restent particulièrement marquantes. Loin d’un humour cynique déjà vu dans un jeu LucasArts, celui-ci est beaucoup plus cartoonesque. En même temps, cela va très bien avec l’univers visuel du jeu qui ne manque pas de plaire à tous les publics tant il est facile d’accès, fait référence à une tonne d’univers déjà appréciés et surtout, ne manque pas de petits détails.

Entièrement réalise en 2D, Deponia est réellement passionnant à visiter. Les animateurs ont fait du très bon boulot avec des personnages aux déplacements très bien dessinés et à l’univers certes très fouillis (c’est une décharge, après tout !) mais complètement saisissant. On se croirait réellement devant un dessin animé de grande qualité et c’est ce que l’on retiendra principalement de ce Deponia finalement très classique en terme de point & click.

Classique avant tout ?

Prévoyez une douzaine d’heures pour en venir à bout. Les énigmes sont un peu compliquées par moment, surtout quand elles nécessitent de découvrir plusieurs objets et donc, de valider plusieurs énigmes à la fois dans plusieurs endroits différents. Tout est néanmoins fait pour proposer des déplacements fluides et rapides : un double-clic sur une direction vous y téléporte directement par exemple. Enfin, Deponia est bonifié par des musiques pas forcément mémorables, mais qui ponctuent assez bien l’action pour ne jamais la rendre ennuyante.

En clair, il y a du génie dans ce Deponia. Le jeu en lui-même est une petite aventure sans énorme conséquence sur votre vie de joueur, mais il met en avant une équipe de développement qui n’a de cesse que de proposer du point & click toujours plus excellent visuellement et aux univers originaux. Deponia est, à petit prix, une valeur sure pour tous les amateurs du genre et il serait franchement dommage de s’en passer si l’on est en manque d’aventures rétro.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.