Shelter : un jeu que vous allez blairer

Moi je dis, les zanimaux c’est le bien. Parce que oui, j’aime beaucoup les zanimaux, et avec un “z” s’il vous plaît. Ce que vous ne savez pas, c’est que toutes mes news sont en réalité écrites par mon chat qui m’exploite et me bat sauvagement si je ne les écris pas comme il le désire. Au moins vous savez désormais que mon chat est un zanimal qui parle de lui à la troisième personne et parle de jeux vidéo sur l’Internet.

Ça tombe bien, aujourd’hui on va parler d’un jeu plutôt animal. Shelter est le nouveau jeu de Might and Delight, ces Suédois qui avaient déjà sorti le magnifique Pid en fin d’année dernière (je dis ça mais je n’y ai pas encore joué et je ne l’ai même pas acheté donc bon). Ils nous présentent aujourd’hui (enfin hier mais bon vous m’excuserez du retard) leur nouveau jeu via un trailer plutôt réussi, dévoilant un concept assez original et attirant à première vue. Shelter va vous emmener dans une aventure solo à la troisième personne qui vous permettra de contrôler une blairelle (la femelle du blaireau pour les incultes qui ne seraient pas au courant, ceux comme moi quoi) et mère de famille. Comme le nom du jeu l’indique, vous devez aider cette dernière à s’abriter et à protéger ses petits de tous les dangers de la nature. On nous promet un voyage chargé d’émotion et permettant au joueur de s’attacher à cette jolie petite famille. Evidemment, cela est surtout prétexte à peindre une nature sublime, comme on peut le constater dans le trailer du jeu. Celui-ci est prévu pour sortir durant l’été prochain sur PC et Mac, voire sur Steam si vous votez pour lui sur Greenlight. En attendant, je fais cadeau à vos yeux du trailer du jeu.

Ripper

Grand fan de Call of Duty et Candy Crush, ce n'est malheureusement pas quelque chose dont je peux librement parler ici... Du coup, je vais me rabattre sur fan de plates-formes, de stratégie (et surtout grand strategy) et « d'ovnis vidéoludiques » avant tout, même si les meilleurs jeux sont ceux qui arrivent à transcender leur genre. Un peu comme Candy Crush, pour ne citer qu'un seul chef-d'oeuvre du style.

Laisser un commentaire