Non Flying Soldiers

Impossible de bien le sentir, celui-ci. Avec ses screenshots peu engageants, un concept trouble et un visuel très grisâtre, sa sortie sur PC n’était pas des plus bienvenues. Alors, est-ce de ces jeux uniquement intéressants sur tablettes ? Pas si sur…

Les pigeons de l’armée

Reprenant clairement l’humour de Worms, premier du nom, Non Flying Soldiers met en scène des oiseaux parés pour la guerre, mais totalement crétins. Le jeu est composé d’une campagne solo de trois actes, d’environ quinzaine niveaux chacun. Chaque campagne est précédée d’une vidéo humoristique, d’un gag réalisé en 3D comme un court-métrage et en jeu, on retrouve la même iconographie que dans tout jeu iOS qui se respecte : des étoiles à collecter, du jeu rapide et des objectifs secondaires pour être sur de tout obtenir défi par défi. Bref, on est en terrain habituel. Peut-être trop.

Alors, on continue de découvrir le jeu, persuadé d’être encore devant un enième Angry Birds-like et en soi, ce n’est pas faux. Il y a juste davantage de jugeote à avoir dans ce titre de Blue Shadow Games. En effet, sur un terrain en ligne droite, plusieurs obstacles sont posés tels que des scies tranchantes, des fossés et autres barrières électrifiées. Il s’agit alors de déposer des objets pouvant aider nos piafs complètement crétins à marcher en ligne droite sans mourir jusqu’à la ligne d’arrivée. C’est ainsi qu’on pose des barrières pour changer leur axe de mouvement, des trampolines pour sauter par dessus les fossés, des voiles pour les empêcher de sauter trop haut, etc.

Chaque épreuve est ainsi constituée : un certain nombre d’objets à poser vous est proposé et c’est à vous de trouver les bons emplacements. Très simple au début, le level-design se corse et pour les campagnes suivantes, ce sont carrément les oiseaux qui changent avec un volatile plus rapide qui peut activer des interrupteurs pour faire passer les autres, par exemple. Et bien d’autres surprises.

Du bon casual ?

Le jeu se corse avec la possibilité de choper quelques pièces secrètes dans chaque niveau, moyennant une totale maitrise du terrain, permettant de jouer… à un jeu d’Arcade proposé dans le menu principal, complètement inspiré de Space Harrier et ne rapportant rien d’autres que la fierté de grimper dans les High Score. Quarante niveaux y sont d’ailleurs proposés pour les amateurs du genre qui y trouveront quelque chose de très simple, juste un passe-temps sympathique qui renforce la durée de vie sans trop être accrocheur.

En clair, Non Flying Soldiers est très quelconque, mais fait bien son boulot. Il est clairement à préférer sur iPad, mais peut aussi être amusant pour les plus jeunes sur PC. Il souffre juste d’une direction artistique un peu sale, qu’on ne comprend pas trop face à l’humour proposé dans les vidéos et la façon dont le thème de la guerre est abordé, mais passons… Reste un jeu qui se range parfaitement en exemple dans la définition du mot “sympatoche”, qui ne mérite pas qu’on s’y intéresse plus que ça sans pour autant être un navet intersidéral. Juste un bon petit jeu de plus qui, si il vous fait de l’oeil, peut franchement vous égayer le temps d’une soirée.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire