Woodle Tree

Du jeu de plateformes en 3D dans le monde de l’indépendant, c’est assez rare pour être souligné. Très inspiré de jeux comme Glover ou tout simplement Mario 64, ce Woodle Tree nous replonge en enfance avec pourtant un gameplay loin d’être d’une simplicité enfantine… En attendant d’être validé sur Steam Greenlight, le jeu s’offre une sortie officielle sur Desura.

Petit rondin s’émancipe ?

Un petit matin au ciel clair, un arbre moustachu demande à notre héros d’un jour de sortir de son nid pour découvrir le monde et ramener quelques trésors. Point de vue histoire, c’est totalement quelconque et pas franchement palpitant puisque tout est fait pour vous donner une excuse concernant votre voyage. Dans le rôle de ce petit rondin mignon qu’on croirait tout droit débarqué du monde de Kirby, vous jouez donc à un jeu de plateformes en 3D dans la plus pure tradition du genre.

Avec une caméra un peu capricieuse, que vous pouvez bouger avec les gâchettes de votre manette 360, que l’on vous concerne amplement tant le combo clavier + souris n’est pas bien précis, vous traversez donc des niveaux avec très peu de checkpoints que vous pouvez gérer de plusieurs façons. Soit en bourrinant comme un malade, en prenant tous les gemmes qui sont sur votre passage, en délaissant tout le reste et en esquivant les attaques ennemies… Ou bien en tentant de tout collecter. La deuxième solution est la plus difficile, mais cependant, la plus amusante.

Visuellement réussi, ce qui est impossible à nier tant ses couleurs vives vont bien avec ses modélisations simples mais pleines de vie, Woodle Tree offre aux amateurs de jeu de plateforme une dizaine de niveaux faisant office de simples défis de trouvaille d’objets avant de vous rendre au point d’arrivée. Sur le chemin se posent alors mille et un pièges, plus corsés de niveau en niveau.

La simplicité avant tout…

Apparaissant clairement comme une vitrine de tout ce que peu faire son créateur, Ferrara Fabio, ce petit jeu sans prétention amusera petits et grands sans aucun souci. Il a des problèmes de caméra qui sont pratiquement inhérents au genre tant on les a vus cent fois sur Nintendo 64 et PsOne, il possède un manque de trame scénaristique évident qui nous fera peut-être décrocher avant la fin, mais son principe de plateforme est assez rare de nos jours et surtout, très bien conçu. L’obtention de toutes les pommes d’un niveau en plus des quelques cristaux à récolter se fera dans la douleur, le Die & Retry, mais aussi dans la bonne humeur.

C’est d’autant plus intéressant que le jeu se garantie vraiment sympathique à deux, parent et enfant ensemble sur le même jeu, s’échangeant la manette pour montrer qu’on est meilleur que l’autre ou qu’on a compris comment esquiver ce terrible piège d’ennemis qui se trouve entre nous et la fin du stage. Le jeu fonctionne, simple qu’il est, à tous les niveaux. Et comble de bonheur pour ceux qui voudraient tenter l’aventure, juste pour savoir ce que sait faire Ferrara Fabio, cela ne coûte que 2 € ! À savoir que oui : point de vue durée de vie, c’est assez faible. Mais des mises à jour gratuites sont d’ors et déjà d’actualité.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire