GC13 – Enemy Front

C’est toujours intéressant de pouvoir assister à la présentation d’un jeu que l’on a très peu vu, et dont on a très peu entendu parlé. C’est un peu le cas d’Enemy Front, le prochain FPS de chez CI Games dont on avait plus vraiment vu le nom depuis son annonce il y a maintenant 2 ans de cela.

Aujourd’hui donc, que sait-on de plus sur cet Enemy Front ? Pour resituer d’abord ceux qui l’auraient manqué, c’est un FPS qui se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ça faisait longtemps d’ailleurs que l’on avait pas vu cette bonne vieille 2nde Guerre Mondiale dans nos jeux vidéo aujourd’hui dominés par la guerre moderne ou le “futur proche”, l’autre point intéressant à propos de cela c’est que cette fois on ne sera pas placé en première ligne à devoir rejouer les grands passages de l’histoire, ici on incarnera un journaliste Américain et anti-fasciste recherché par les nazis Allemands qui serait donc en plein centre de la Résistance.

Lors de la présentation, après une courte cinématique in game, on a eu le droit à une séquence de gameplay jouée devant nous et autant déjà dire que CryEngine 3 oblige, même si on nous présentait très certainement la version PC, pour un jeu qui devra sortir également sur PS3 et XBox 360 ça en jette ! C’est vraiment très beau pour un jeu de “génération actuelle”, les explosions étaient juste magistrales, et les décors très destructibles ont vraiment fait leur petit effet. Car oui, ici pas de simple morceau de mur qui éclate tous les 3/4 mètres : vous êtes dans une maison et les ennemis sont en dessous de vous ? Faites péter le sol ! Ils sont au dessus ? Faites la même chose et regardez les s’écrouler devant vous ! Et n’espérez pas non plus que ces caisses derrière lesquelles vous vous cachez tiendront très longtemps.

D’ailleurs pendant la phase de gameplay, on voulait nous montrer que ce sera au joueur de choisir sa façon de jouer, s’il veut récupérer une arme lourde et foncer dedans, il peut le faire, s’il veut se la jouer infiltration, il peut également, s’il veut saboter tout ce qui l’entoure, c’est également possible. On a eu l’exemple d’un camion en haut d’une colline, on peut placer une grenade à l’arrière et l’envoyer rouler jusqu’en bas, avec le fait qu’ils insistaient sur le côté “sandbox” du jeu, j’imagine que plusieurs interactions avec les décors seront possibles. On pouvait également allumer ou éteindre de la musique pour attirer les gardes par exemple, ces interactions étaient vraiment une part importante du gameplay.

Au final, voir la personne qui jouait mourir 2 fois en voulant la jouer bourrin et puis réussir la mission en se la jouant infiltration était plutôt jouissif (surtout après avoir entendu l’accent et avoir vu la couardise des français dans le jeu, non mais !), j’avais l’impression de voir un FPS qui essayait un peu de bousculer les codes actuels, déjà dans le choix de l’époque, mais aussi dans la façon de jouer, le fait qu’il ait l’air très ouvert et pas linéaire par exemple, bien que malheureusement le comportement des ennemis avait l’air très scripté et prévisible. Il faudra attendre Avril 2014 pour se faire un avis sur le jeu, mais pour le moment, ça faisait plutôt envie.

CosmosDash

CosmosDash

Game Dev Wannabe. Je fais de l'art parfois. Torcheurs de jeux de gestion & de RTS depuis 1992.
CosmosDash

Laisser un commentaire