Volgarr The Viking

Crazy Viking Studios peut être fier de son bébé avant même sa sortie, puisqu’il a acquis près de 40,000 $ alors qu’il n’en demandait que 18,000 pour être créé, via un kickstarter plutôt bien mené. Désormais, le jeu est de sortie et il va falloir passer au crible des joueurs les plus variés. Quel avenir pour ce jeu définitivement Hardcore ?

Le plus faible des Vikings…

Volgarr est un Viking devant tuer une horde de monstres sans qu’un scénario vienne réellement l’ennuyer dans sa progression. En scrolling horizontal, le jeu de Crazy Viking Studio est clairement inspiré de tous ces jeux 16 bits d’antan. Vous pouvez avancer, sauter, double-sauter en faisant une roulade mortelle, frapper à l’épée, propulser des lances vers l’avant et effectuer quelques roulades pour esquiver/passer dans les endroits les plus durs à atteindre.

Tout ce qui fait le charme de Volgarr, ce sont ses graphismes. Clairement débarqué d’un énième jeu guerrier sur Megadrive/Genesis, le titre se pare de couleurs jamais criardes, un petit peu délavées, comme seule la console de Sega savait nous en proposer la majeure partie du temps. Musicalement c’est par contre moins rétro, mais tout aussi charmeur, avec des compositions emballées et souvent prenantes qui nous donnent envie (c’est une mauvaise idée) de foncer dans le tas. Sauf que voilà, Volgarr The Viking est aussi et surtout un jeu diaboliquement Hardcore !

C’est voulu : le jeu est très difficile. Chaque niveau est composé de plusieurs “morceaux” avec, au final, un boss à la technique complexe à repérer. Chaque parcelle de niveau comporte un checkpoint en son début et ensuite : plus rien. Si vous mourez, vous revenez donc au tout début du bout de niveau où vous en êtes. Quand on sait que chaque parcelle est bien longue et remplie de dangers, tout de suite, on comprend à qui se destine le jeu.

Uniquement pour les Hardcore Gamers !

Difficile, punitif, honteusement abusé dans son level-design aux mille pièges et dangers, Volgarr The Viking n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. Impossible de s’y amuser si on est un débutant ou de ces joueurs qui ne jouent pas à un jeu pour ses défis, mais juste pour la détente qu’il propose. Volgarr est Hardcore, pour les Hardcore. Et ils vont être servis…

Vous sautez de plateforme en plateforme quand soudain, un ennemi en fait de même et vous touche. Problème : dans Volgarr vous n’avez pas de coeur ou de jauge de vie, c’est votre équipement qui définit votre santé. En trouvant des coffres à détruire, vous pourrez porter un bouclier de bois, un bouclier en métal, un casque ou une épée enflammée. Tous ces objets sont à déceler dans ce même ordre et chacun est une chance de se faire toucher sans que ce soit un retour à la case départ.

Il faut alors apprendre à se servir de tout ce que permet le jeu : vous ne vous concentrez que sur l’épée et jamais sur la lance ? Sauf qu’il en sera tout autrement lorsque vous remarquez que vos javelots improvisés sont les meilleures armes du jeu et celles qui vous servent le plus. Il faut mourir, recommencer, mourir, recommencer encore, pour apprendre par coeur les niveaux et l’emplacement des ennemis, pour avoir les bons réflexes au bon moment et tenter de trouver quelques stratégies de défense histoire de garder son équipement le plus longtemps possible et pouvoir l’améliorer à chaque coffre découvert.

Speed-Runs et autres joyeusetés

Bien entendu, chaque niveau peut se voir agrémenté d’un petit compteur de temps (optionnel) vous signalant combien de temps vous allez prendre pour le terminer. Un classement en ligne est alors de la partie pour comparer votre score avec vos amis et la terre entière. L’intérêt de Volgarr The Viking c’est qu’il est tellement difficile, tellement horrible d’accès, qu’une simple entrée dans le classement est déjà une fierté en soi. Terminer le premier niveau est déjà une belle étape que peu de joueurs franchiront !

Alors évidemment, suite à cela, le jeu se coupe d’un grand nombre de joueurs. Inutile de vous y intéresser, même s’il vous plait visuellement, du moment que vous n’êtes pas prêts à lui consacrer votre santé mentale. Vous allez devoir recommencer encore et encore la même parcelle de niveau jusqu’à l’effectuer parfaitement, ce qui est mine de rien une façon de voir le jeu vidéo que les joueurs ne partagent pas forcément. On aurait certainement apprécié un mode “casual” pour parcourir le jeu plus sereinement, par exemple coupé des classements et sans aucun succès à débloquer. Reste que pour les Hardcore Gamers, encore une fois, c’est une perle.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Une pensée sur “Volgarr The Viking

  • 16/09/2013 à 20:50
    Permalink

    J’aime bien le style du jeu mais déjà les vidéos de présentation laissait présager un jeu d’une difficulté hors norme… je crois que je n’ai plus la patience pour ce genre de jeu. J’ai peut être vieilli aussi :)

    Merci pour le test.

    Répondre

Laisser un commentaire