Revenge of the ‘Gator

Sorti sur Virtual Console depuis quelques semaines maintenant, ce jeu de flipper nommé Revenge of the ‘Gator a plus d’un tour dans son sac… Crocodile, sac, vous voyez la blague venir ? Je n’ose même pas la faire, en fait !

Pinball, Flipper, c’est caïman pareil !

Nommé Pinball : 66 Hiki no Wani Daikoushin en Japonais, ce jeu de HAL Laboratory (qui sont les instigateurs de bien des jeux Nintendo, encore maintenant) nous propose un flipper à plusieurs écrans qui, pour l’époque de la première Game Boy monochrome, était sans aucun doute des plus chronophages. Via deux niveaux de difficulté, le joueur avait trois balles pour faire un maximum de score. L’originalité de Revenge of the ‘Gator ? C’est qu’il propose du flipper sur plusieurs écrans liés entre eux.

Ainsi, vous commencez par lancer votre balle de flipper. Celle-ci se retrouve dans un écran ou vous pouvez culbuter de petits rectangles pour ouvrir la porte d’un niveau. À l’intérieur, un autre écran mélange casse-briques et flipper. Si vous détruisez toutes les briques, vous obtenez un bonus considérable ! Mais si vous tombez au centre, entre vos deux gâchettes, alors vous vous retrouvez dans le niveau précédent.

Vous tombez encore ? Alors un autre niveau s’offre à vous, le troisième, avec son lot de rebondisseurs. Une nouvelle chute ? Vous atteignez enfin le dernier niveau et ses nombreux moyens de remonter, en prenant la bonne impulsion ou en frappant dans un trou, ou un crocodile enverra votre balle jusqu’en haut de votre table de flipper (pourvu que vous leviez vos gâchettes au bon moment). Enfin, vous retombez encore ? Pas de chance : un crocodile vous attend, gobe votre balle. Il ne vous en reste plus que deux.

Pourquoi craquer ?

La réponse est simple : parce que c’est fun ! Entre ces quatre tableaux connectés et ses niveaux bonus assez amusants, Revenge of the ‘Gator est évidemment très faible en terme de durée de vie, mais propose un flipper de qualité, surtout pour l’époque et sa plateforme de sortie. L’intérêt est aussi dans l’amusement direct qu’il procure, ayant une place de choix dans votre Nintendo 3DS par exemple, lorsque vous êtes en pleine file d’attente, dans le métro, en pause au travail ou que sais-je encore et que vous n’avez pas le temps de vous lancer un “gros” jeu.

Parfait pour de petites sessions, génial à ce prêter entre amis pour tenter de faire le meilleur score, Revenge of the ‘Gator est, comme tous les jeux Virtual Console, un peu cher, mais il fait magnifiquement bien son travail en terme d’amusement. Très jouable, franchement mignon même pour l’époque, il n’est clairement pas signé HAL Laboratory pour rien !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire