Tetrobot & Co.

Attendu depuis Blocks That Matter avec beaucoup d’impatience, le nouveau jeu de Swing Swing Submarine a fait finalement peu parler de lui. Timide, clairement pas tonitruant dans ses annonces, Tetrobot débarque sur PC et Tablettes avec une fanbase bien installée à ne pas décevoir. Promesses tenues ?

À l’intérieur de Tetrobot…

Les joueurs de Blocks That Matter ne seront pas dépaysés : l’univers est le même, mais tout se passe 15 ans après le premier jeu. Markus et Alexey ne sont plus là, partis, on ne sait où. Pendant ce temps, la petite Maya a bien grandi et s’amuse à manipuler Tetrobot et sa psyché de robot. Elle lui injecte alors le petit Psychobot, rond comme un ballon, qui va tenter de réparer son “grand frère”. C’est là que vous intervenez.

Désormais, le nouveau Swing Swing Submarine est conçu comme un jeu pour tablettes et smartphones : cela tombe bien, ce sont ses plateformes de prédilections. Certes, le PC est aussi au rendez-vous avec une version HD de très bonne facture, mais une précision à la souris un peu moins intéressante à jouer. Reste que tout est très fluide, très jouable, très propre.

Le concept ? Vous choisissez une boite dans laquelle se trouve un Tetrobot cassé. On commence avec de simples niveaux d’explications : Psychobot peut être bougé dans le niveau, composé de plusieurs tableaux sur plans fixes, reliés par des tuyaux. Il suffit de sélectionner un endroit pour que Psychobot s’y rende automatiquement, en prenant le plus cours chemin. Attention aux pièges donc. Il sera évidemment impossible de cliquer sur un point trop éloigné de la carte pour voir Psychobot s’y rendre d’un seul coup (sauf si le chemin y est simplifié).

Néanmoins, pas de mort dans Tetrobot, ni de Game Over. Si vous touchez un laser ou quelque autre piège, vous obtenez juste une petite animation ou votre robot se trouve en difficulté. Tout se joue façon puzzle : il faut comprendre le niveau et parvenir jusqu’à la fin, représentée par un petit vortex. Et pour ce faire, vous allez pouvoir jouer avec des blocs. Vous pouvez capturer tous les blocs qui vous sont disponibles à l’horizontale. Ensuite, d’un simple glissement de souris/de doigt vers la droite où la gauche, vous pouvez lancer le bloc que vous avez stocké. En nombre limité dans votre inventaire, ceux-ci vous seront très précieux.

Y’a du niveau !

Chaque type de Tetrobot est composé d’une demi-douzaine de niveaux, comportant chacun trois blocs de mémoire dorés à déceler. Et pour cela, il va vraiment falloir apprendre à déjouer les pièges concoctés par les développeurs. Chaque “tetrobot” a son type d’environnement et ses pièges qui vont avec : un monde de la glace ? Vous allez jouer avec des blocs gelés et des ventilateurs. Un monde de la gelée ? Vos blocs colleront aux parois et rendront encore plus difficile la logique des énigmes…

Inutile de vous détailler chaque monde, tant la découverte est intéressante et renouvelle le gameplay à chaque fois. Aussi, chaque nouveau bloc que vous trouvez (de pierre, de sable, etc.) possède des spécificités très importantes pour votre progression. Par exemple, un bloc de sable passant un rayon laser se transformera en verre. Et tous ces blocs seront catalogués dans un “Faceblox”, parodiant un célèbre réseau social et comportant plein de références amusantes.

Musicalement, c’est assez exceptionnel. Non pas que l’OST de Morusque soit d’un niveau jamais égalé, mais elle se fond à l’atmosphère du jeu avec une grande intelligence. On retrouve quelques séquences de Blocks That Matter tout en y découvrant une identité originale, beaucoup plus calme, beaucoup plus discrète. Tout cela met magnifiquement en avant des graphismes en 2D de qualité, bien plus réussis que ceux de Blocks That Matter (pour ceux qui voudraient absolument qu’on fasse la comparaison) et surtout, bénéficient de fonds assez divins et posant tout l’univers d’un niveau en une seule image.

Un bon jeu, tout simplement

Difficile de trouver des défauts à Tetrobot, surtout quand on voit sa grosse durée de vie, sa difficulté évolutive et jamais contraignante, son ambiance visuelle et sonore de qualité et complémentaire. Néanmoins, Tetrobot ne sera pas pour ceux qui, pour une quelconque raison, n’aiment pas les courts niveaux ,la progression “façon smartphones “.

Aussi, scénaristiquement, on est loin de la subtilité du premier épisode et de son final marquant. Tetrobot est un jeu à gameplay et son histoire n’est qu’un bonus pour ceux qui aiment l’univers créé par Swing Swing Submarine et qui voulaient en avoir davantage à se mettre sous la dent. Les voilà comblés, bien qu’un peu mis de côté (le scénario est très à part de la progression) et les fans de jeux de réflexion seront aux anges. Il faut juste bien se rendre compte à quel point Tetrobot est plus calme et posé que le dynamique Blocks That Matter. Et tout aussi génial.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

3 pensées sur “Tetrobot & Co.

  • Vasquaal
    16/10/2013 à 01:26
    Permalink

    Je vais plutôt le prendre pour mon téléphone alors. Par contre, il est pas encore disponible sur Android.

    Répondre
  • 16/10/2013 à 21:33
    Permalink

    Ce jeu fait parti de mes coup de cœurs de la GC13. Je l’attendais avec impatience.

    Répondre
  • 02/12/2013 à 12:57
    Permalink

    J’y joue depuis une semaine, et j’adore!! Une excellente “non-suite” au gameplay addictif (vous bloquez pendant une heure sur un puzzle? revenez le lendemain vous le résoudrez comme par miracle!), avec une OST très réussie! Effectivement le seul défaut est la partie scénario, franchement dispensable, mais ça ne gâche pas le plaisir d’y jouer heureusement.

    Répondre

Laisser un commentaire