Take on Mars

Il est très difficile de savoir, dans le cas d’un jeu en Early Access, s’il est nécessaire d’en parler en terme de Preview ou de Test. Néanmoins, pour Take on Mars, il faut forcément en faire une critique globale. Parce que, quels que soient les changements qui lui seront apportés, le cœur du jeu restera le même.

Sur Mars, on ne vous entendra pas rouler…

Take on Mars, c’est une simulation de Rover parti explorer la planète rouge ayant fait fantasmer bien des auteurs de science-fiction. Très terre-à-terre, ce titre vous met dans la peau d’un scientifique et ingénieur ayant pour objectif de construire des Rovers, ces petits modules de recherche télécommandés, afin d’explorer Mars sous toutes ses coutures. Et évidemment, c’est aussi complexe que ça en à l’air !

Vous commencez avec un petit tas de ferraille sans aucune roue ni même aucun écran couleur pour vous donner l’envie d’explorer de fond en comble Mars et ses mystères. Vous l’envoyez en orbite, automatiquement. Le “jeu” commence quand il faut lâcher le Rover sur la planète, avec parachute obligatoire et une petite séquence de justesse pour éviter d’éclater le tas de boulons sur le sol rocheux de Mars. Ensuite, c’est l’analyse : on tente de trouver chaque rectangle indiquant la présence de “quelque chose à étudier”. Cela peut-être juste une capture de l’air ambiant, mais aussi de la roche. On peut creuser pour prélever un échantillon. La mission terminée, vous revenez sur Terre (en un clic de menu) et vos directeurs vous donnent davantage d’argent pour aller plus loin dans vos recherches.

Construis-moi un Rover !

Qui dit Argent, dit Liberté. Vous voilà parti pour jouer au LEGO en mode Hardcore avec la possibilité de créer votre Rover de la première à la dernière vis. Vous pouvez ainsi lui ajouter des modules intéressants, quelques gadgets, permettant la réussite de vos prochaines missions. C’est là que vous commencez à lui mettre des roues, lui coller un écran couleur et de quoi aller plus vite sur ces rochers bien encombrants. Tout de suite, l’aventure est vraiment plus belle.

Car mine de rien, pour tout amateur de science-fiction, cette visite virtuelle de Mars et toutes les analyses qui nous sont demandées sont réellement amusantes à jouer. Longues, quelquefois ennuyantes lorsqu’il faut aller d’un point A à un point B, mais le résultat en vaut toujours le coup. Parce qu’on explore un monde nouveau, que visuellement c’est assez sublime (étant assez vide en terme de décors, le jeu se permet quelques réussites au niveau des effets de lumières) et qu’on est comme un gamin devant une simulation pas forcément très facile à prendre en main, mais qui ne demande pas non plus des années d’études pour être comprise.

Du mods et de l’avenir

Le plus grand intérêt de Take on Mars est clairement dans ses modifications, très libres via Steam Workshop. Il est possible de télécharger pas mal de contenu créé par les fans et de vous-même partager ce que vous avez réalisé. On peut faire ses propres photos et vidéos, partager tout cela le plus simplement du monde et en clair, se prendre vraiment au jeu de l’exploration de Mars façon N.A.S.A avec pas mal de réalisme. Et on retrouve cet imaginaire, on fouille tout Mars à la recherche de quoi que ce soit d’original, tout en enchainant les missions d’analyses et de capture d’échantillons, gaiement, avec des rêves plein la tête et une totale perte de la notion du temps.

Plutôt joli, vraiment intéressant, intelligemment construit et accessible à tous ceux qui se donneront au moins la peine de supporter des débuts un peu repoussants, Take on Mars est une très bonne simulation en Early Access. Alors, imaginez ce que ça donnera une fois le jeu terminé ! Si vous êtes fans du genre et curieux de nature, n’hésitez pas.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire