The Last Door : Chapitre 3

The Last Door revient ! Après deux chapitres de haute volée baignant dans une ambiance extrêmement réussie, The Game Kitchen revient nous délivrer le troisième volet de son point’n click épisodique sur navigateur. Ce dernier est-il à la hauteur des attentes désormais suscitées ?

Changement de décor

Sans spoiler, le chapitre 2 se terminait sur un cliffhanger plutôt saisissant, et il me tardait de découvrir la suite de l’enquête de Devitt, à la recherche de son passé et de ce qui est arrivé à son ami Anthony Beechworth. Le début de ce chapitre 3 constitue donc une petite déception : la transition entre les deux épisodes est expédiée assez rapidement, sans explication. Dommage, même si quelques séquences de flashback viennent éclairer légèrement le passé de Devitt.

Ce dernier se retrouve à Londres, sans savoir comment il y est arrivé. Plus précisément, il se trouve dans les bas quartiers, dans la rue Old Nichols. Des clochards trainent par terre, les murs sont ternes, le sol maculé de détritus et couvert de flaques d’eau croupie… Dans la poche de Devitt, un ticket pour une pièce de théâtre intitulée « Les 4 Témoins ». D’où vient-il ? Assoiffé, perdu, ne comprenant pas ce qu’il fait là, Devitt ne tardera pas à croiser un étrange homme roux, plutôt bien habillé pour les lieux, qui semble autant le fuir que le guider…

Ambiance

Comme pour les deux précédents épisodes, ce troisième chapitre bénéficie d’une ambiance très travaillée et indéniablement réussie. Grâce à l’aspect graphique, tout d’abord, efficace dans sa forme, que ce soit par son côté minimaliste éveillant l’imagination et l’étrange, ou par ses tons colorés toujours adaptés. Mais aussi grâce à l’environnement sonore : les bruitages et surtout la musique. Toujours composée par Carlos Viola, elle est clairement l’un des atouts majeurs du jeu, sublime dans ses accents mélancoliques, dans sa profondeur émotive. C’est un vrai bonheur de s’arrêter quelques instants pour en profiter.

L’atmosphère de The Last Door passe également par son univers et son histoire. Ce chapitre 3, s’il est court (deux heures environ), est tout de même l’occasion de rencontrer quelques personnages mystérieux, d’assister à quelques scènes marquantes, comme le jeu avait su nous en offrir dans les épisodes précédents (même s’il faut le reconnaître, on est cette fois-ci un peu moins soufflé). Un clochard diseur de bonne aventure, un musicien perdu sans sa muse décédée, un cercueil volé, un étrange lecteur enfermé dans une librairie, lisant dans le noir, et surtout Little Cattie, ancienne gloire locale de la danse, qui semble avoir perdu l’esprit et proposera à Devitt une partie de cache-cache mémorable, point d’orgue de cet épisode en termes d’ambiance. Le voyage vaut la peine d’être entrepris.

Un modèle vivant

The Last Door tente un modèle économique atypique, puisque le jeu se construit sur la base de donations. Bon, jusque-là rien d’exceptionnel, mais : les donateurs ont accès à chaque nouveau chapitre de façon anticipée, tandis que les chapitres précédents deviennent alors free to play. Autrement dit, avec la sortie du chapitre 3, pour le moment uniquement accessible aux donateurs, le chapitre 2 est devenu entièrement gratuit. Signalons également que les donateurs ont accès au téléchargement de l’ost de chaque chapitre, et que cet argument suffit à justifier un don. Les développeurs de The Game Kitchen continuent d’ailleurs à travailler sur les épisodes même une fois sortis, puisque si au départ seule une version anglaise est disponible (c’est le cas pour le chapitre 3), des localisations sont effectuées régulièrement. Notons à ce propos que désormais, l’épisode 1 est disponible en français (et gratuitement, donc).

Ce troisième chapitre de The Last Door confirme le bien qu’on pensait du jeu et de la capacité de The Game Kitchen à produire une atmosphère marquante, même s’il est un ton en-dessous de ses deux prédécesseurs. Rien de bien méchant cependant, et la fin du chapitre vient redonner un souffle de mystère supplémentaire, nous forçant à attendre fébrilement janvier prochain pour la sortie du chapitre 4…

Mwarf

Mwarf est chef de projet (dans l'informatique) et travaille à Paris. Il s'intéresse beaucoup au cinéma et au jeu vidéo, adore Kubrick, Quentin Dupieux, le duo Iguchi/Nishimura (il est éclectique), et toute sorte de jeux indés innovants. ll aime aussi le metal (et l'indus en particulier), et peut écouter Nine Inch Nails, KMFDM ou encore Tool toute la journée. Ho, et il aime particulièrement écrire pour partager ses découvertes.

Laisser un commentaire