Cube & Star : An Arbitrary Love

Les jeux n’ont pas forcément de sens. On le sait depuis quelque temps, avec la venue de titres déjantés et incompréhensibles. Souvent, ils sont ennuyants. Quelquefois, ils sont amusants. Cette fois-ci, le jeu en question est… Dépaysant !

Des cubes et des étoiles

Sur une petite planète dont vous pouvez faire le tour en quelques minutes, chaque case doit être colorée. Pour l’instant monochrome, votre monde a besoin de vous, un cube, capable d’avaler de la couleur et de la disperser autour de lui lors de ses mouvements. À chaque “pas”, vous perdez un peu de votre éclat et il vous faut regagner de la couleur en tapant des arbres alentours en possédant. Si vous n’avez plus de couleur, vous ne peindrez plus rien. En tous les cas, au début du jeu.

Des étoiles tombent parfois des arbres que vous frappez. À quoi servent-elles ? Elles sont juste comptabilisées et leur présence a un sens, certes, mais il ne vous sera pas révélé avant quelques heures de jeu. Certaines fois vous entrez en collision avec d’autres formes géométriques vivantes et, en leur donnant des étoiles, vous les voyez se colorer et évoluer. Mais c’est tout. Drôle de façon de plaire ! Il n’empêche que bien vite, Cube & Star devient une poésie, un voyage incroyable, sans but mais assez beau et musicalement zen pour vous transporter immédiatement.

Plusieurs choses sont à découvrir dans ce monde. Un bon millier d’objets différents sont à découvrir, ils apparaissent généralement dès que vous colorez des zones en blanc. Il y a les bibelots, nombreux, mais aussi les pages de journal, les informations, les gemmes que vous trouverez en cassant des blocs spécifiques, mais aussi les jetons. A quoi sert tout cela ? Aucune idée. A nous occuper dans ce monde rapidement féerique, sans doute. Et ça marche.

Mais quel est le but ?

Pourquoi chercher à comprendre un jeu qui ne désire pas être compris ? Bien entendu qu’il y a un sens à tout cela, sur la vie et tout le reste, mais plutôt que de vous donner une simple réponse (42 !) le jeu vous demande juste d’être vécu. Les poètes s’enivreront de son ambiance pendant quelques heures, les fous de collection tenteront de tout récupérer et ne parlons-même pas des maniaques comme votre serviteur qui veulent absolument peindre toute la zone ! Ajoutez à cela un drôle de langage codé vous permettant de lire une histoire “cachée”, vous demandant de vous creuser les méninges dans un puzzle de mots et de lettres plutôt sympathique, et vous serez aux anges. Clairement, Cube & Star propose cinq bonnes heures de jeu, au minimum, ou se perdre est des plus reposant.

Même les commandes sont originales : au bout d’un certain temps de jeu, vous débloquerez la possibilité de « lâcher » une vague de couleurs dans toutes les directions. Ceci est cependant possible uniquement sur certaines zones : si deux zones de couleurs différentes sont diamétralement opposées dans le cercle chromatique, alors ça ne prendra pas. Aussi, votre façon d’appuyer sur les touches, lorsque vous réalisez votre combinaison, change radicalement ce que vous obtenez. Si vous prenez le temps d’appuyer, vous aurez une couleur claire. Si vous vous dépêchez, ce sera plus sombre. D’autres surprises, anodines ou non, sont à découvrir dans ce titre hors du commun…

Reste ceux qui n’y accrocherons pas : on les comprend. Le jeu de Doppler Interactive est réellement original, trop bizarre pour plaire à tous. On se demande tout de même quels seront les prochains projets du développeur, qui signe ici une très belle œuvre qui ne mérite pas de passer inaperçu. Si vous avez moins de dix euros à mettre dans un jeu original et que vous en aimez la description faite ci-dessus, craquez !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire