Exteria

Vouloir faire un jeu tout seul, c’est risqué, courageux mais aussi rapidement difficile à maitriser. C’est ce qu’a fait la personne derrière Mysteria Studio, à l’aide de quelques amis musiciens et testeurs. Risqué, on vous dit…

La solitude à l’extrème

Sur une île volante, un homme vous parle sans bouger les lèvres. Il vous apprend que vous allez devoir terasser un dragon et quelques ennemis pour pouvoir sortir de cet endroit maudit. Il vous donne une baguette et un pouvoir : la boule de feu. Vous apprenez rapidement qu’il vous faut récolter du feu dans des champignons (oui…) pour augmenter votre jauge de pouvoir et ainsi balancer quelques boules bien senties sur les ennemis correctement modélisés (mais sans plus) qui parsèment la zone de jeu. D’accord.

Rapidement vous découvrez un second pouvoir : le soin. Même chose, il va falloir récolter du pouvoir auprès de certaines fleurs pour ainsi se soigner plus ou moins efficacement. Viendront ensuite un pouvoir de lance-flammes, de « mort » (demandant de récolter cela sur des champignons plus effrayants) et un bouclier. Voila, vous avez l’arsenal complet dans ce paragraphe.

Il faut dire que le jeu ne dure pas plus d’une demi-heure (la preuve avec la vidéo ci-dessous ou votre humble serviteur voulait faire découvrir le jeu et l’a terminé en direct). Les ennemis ne réapparaissent pas une fois tués, ils sont donc limités. Vous avez deux boss en plus du dragon et à chaque fois, leur barre de vie est minime. C’est lent, moche, ennuyant, sans aucun level-design (les zones sont rondes et répétitives). C’est à jeter ?

Petit C.V jouable

Clairement, Exteria n’est pas un bon jeu. C’est même une grosse déception à 3€ qui vous fait croire à un contenu inexistant. Car oui, avec une certaine durée de vie, Exteria aurait pus s’en sortir avec les honneurs mais malheureusement, ce n’est pas le cas. Seules les musiques, mignonnes, viennent sauver l’ambiance d’un ennui mortel et d’aller-retours effrayants à la recherche de champignons et de fleurs pour se recharger avant d’affronter le prochain ennemi. Quand vous mourrez ? Vous vous retrouvez devant un téléporteur vous emmenant dans une des deux zones que vous visiterez. Il n’y a pas de Game Over et aucune difficulté.

Le jeu fait clairement office de Curriculum Vitae pour montrer au monde entier ce que le développeur sait faire en termes de moteur de jeu, de conception graphique, etc. Il y a des idées, il y a de la motivation, mais le produit final est terrifiant de manque d’intérêt et de mocheté. En clair : on espère sincèrement que l’homme derrière Mysteria Studio trouvera d’autres personnes pour le soutenir et l’aider dans sa démarche créative. Courage à lui !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.