Appointment with F.E.A.R

A la base, c’est un livre dont vous êtes le héros de Steve Jackson, vous proposant de vivre une aventure de super-héros très personnelle. Cette fois, c’est adapté de la façon la plus crue : en jeu textuel interactif. Est-ce que le concept est efficace ?

Bibliothèque numérique

Sorti en 1985, le “livre dont vous êtes le héros” du même nom est adapté en jeu vidéo par Tin Man Games. Le concept est plutôt aguicheur : vous créez votre super-héros en choisissant si c’est une femme ou un homme, son type de pouvoir, ses couleurs et vous partez à l’aventure dans un scénario concrètement linéaire, mais jonché de petits moments d’aléatoire et de choix. En tant que héros, vous apprenez en plein déjeuner que vous allez devoir trouver le F.E.A.R, une organisation criminelle très dangereuse, puis la démanteler. Sauf que vous avez un temps limité pour cela et donc, des actes eux-aussi comptés.

Chacune de vos actions est alors gardée en mémoire par le jeu qui offre un certain déroulement du temps d’une journée à l’autre, plutôt efficace par ailleurs. Les événements se suivent et vous lisez tout ce qui arrive à votre héros, case par case, référence par référence, tout en visualisant de la bande dessinée américaine sympathique mais loin d’être transcendante. Surtout, les héros de base ne sont pas toujours très réussis, surtout au niveau des couleurs qui manquent de réalisme.

Bon, disons-le clairement : c’est un livre interactif, qui ne vous demande que de tourner les “pages” en passant d’une case à l’autre et de faire des choix, comme vous tourneriez des pages. Et c’est plutôt sympathique dans l’idée, mais rapidement décevant.

Pour deux ou trois parties…

Une bonne idée toutefois : vous pouvez à tout moment “tricher” et revenir à une action passé, comme lorsque nous gardions un numéro de page de notre “livre dont vous êtes le héros” pour voir si la suite de l’aventure se déroule sans encombre. Juste histoire de ne pas tout recommencer ! Cette option est intelligente, mais raccourci encore davantage l’expérience.

Car oui, Appointment with F.E.A.R est assez court. Comptez deux ou trois parties pour en faire un peu le tour (sans forcément parvenir à la fin), ce qui ne vous prendra pas plus d’une petite soirée. Ensuite, vous confirmerez ce que vous avez appris en gérant d’une main de maître une histoire qui se révèle bien plus linéaire qu’on pourrait le penser à son début.

Plusieurs originalités amusantes sont présentes, malgré tout. A commencer par ce principe de combat au lancer de dés qui est très simple d’accès (vous choisissez la force de votre coup et plus celui-ci est élevé, plus la réussite est complexe). On gagnera aussi quelques points de chance tout au long de l’aventure, permettant d’être ajouté à un pourcentage de rareté lorsqu’une pochette de carte est découverte. Celle-ci vous permet de collectionner des cartes des protagonistes du jeu et certaines sont très rares. Cela ne sert à rien, mais cela augmente un peu la durée de vie pour les accros à la collection inutile.

(Dis)appointment with F.E.A.R ?

Ce genre de “livre dont vous êtes le héros” interactif à toute sa place sur tablette, pour des parties pratiques au travail, en pause (ou non), dans les transports en commun, mais sur PC c’est un peu misérable point de vue gameplay. C’est porteur d’une bonne idée, plein de bonnes volonté, mais ça ne prend pas totalement et surtout, c’est dramatiquement assez futile. On en fait trop vite le tour et les parties finissent par méchamment se suivre et se ressembler. Le résultat est très inégal, visuellement en deçà de ce que l’on pourrait espérer d’un livre interactif et si quelques effets font mouche (ainsi que la bande-son), on est loin du jeu chronophage que pouvait promettre les développeurs.

Alors c’est sympathique, ça passera le temps et à petit prix, c’est l’idéal. Mais n’attendez pas d’Appointment with F.E.A.R qu’il vous rende tout l’intérêt du livre de base ni même sa durée de vie et le fun qu’il procure. C’est une adaptation passionnée, mais qui oublie d’être passionnante.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire