Little Cells

Cela aurait du être un jeu pour Leenuyth, tant elle aime étudier les petites cellules que nous, pauvres quidams, ne connaissons que lorsque nous sommes malades (et encore). Pas grave : essayons tout de même de voir ce que vaut ce petit titre, vendu à prix mini, bientôt disponible sur tablettes et greenlighté depuis peu…

Microscopique

C’est en vue de microscope que se joue les parties de Little Cells. Vous y voyez quelques cellules de couleurs : bleues, rouges, jaunes. Vous devez les associer pour les faire disparaître, en cliquant dessus et en les lançant ou les gardant en main pour les amener délicatement vers sa promise. La difficulté est double : tout d’abord, si vous touchez une cellule avec une autre de couler opposée, elles se multiplieront et créeront d’autres cellules à l’écran. Cela peut être bénéfique (lorsqu’il ne vous reste plus qu’une cellule) mais vous serez vite débordé. Deuxième complexité : les cellules vieillissent et ont tendance à se transformer en virus.

Un virus, c’est une grosse bête noire qui assombri le niveau (plus il fait sombre, plus vous êtes proche du Game Over) et surtout, qui contamine les cellules qui le touche. Plus il y a de virus, plus il est difficile de les éviter, plus la fin est proche. Il faut donc jouer finement, calmement, tout en prenant soin de combiner les cellules avant qu’elles ne se transforment en virus.

60 expériences plus tard…

Très bien réalisé, très coloré, avec des petits sons amusants et des animations réussies, Little Cells est un très bon divertissement rapide. Il prend en compte le nombre de parties que vous réalisez en citant chaque partie comme la « Xème expérience », histoire de vous rappeler à quel point vous êtes accro.

Bien rythmé, avec ses parties courtes, le jeu propose aussi de débloquer quelques aides au fur et a mesure des parties. Des cellules blanches qui permettent d’illuminer le niveau et de détruire tous les virus, ou d’être manipulées pour faire temporairement le ménage ou bon nous semble, seront mise à disposition du joueur si il réussit un joli score. D’autres originalités sont à déceler, plutôt amusante.

C’est typiquement le genre de petit jeu qui remplacera votre Solitaire ou l’infâme et tricheur Candy Crush Saga de vos journées ennuyante au bureau. Surtout, il est sans DRM, sans obligation de se connecter à quoi que ce soit et peut donc être joué Offline. Pas de raison de s’en priver, donc !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire