Raptor : Call Of The Shadows – Edition 2015

Encore un petit bijou que cette glorieuse année de 1994 nous avait offert, édité par Apogee Software devenu depuis 3D Realms et développé par Sygnus Studio, Raptor : Call of the Shadows est un shoot them up dit à ” scrolling vertical ” développé à l’origine pour DOS en shareware. Ce jeu mythique bien connu des trentenaires a été depuis réédité en 2011 d’abord sur Mac OS et cette année sur PC.

Un shmup de legende…

Si je me rappelle bien à cette époque là c’est sur un Olivetti 486 SX 25mhz que j’abattais mes premiers ennemis sur ce jeu, à mon sens le meilleur shmup des 90′. C’est donc avec une certaine nostalgie que je ressors ma combinaison de pilote pour tester cette édition 2015.

Le background de ce jeu étant totalement anecdotique je m’abstiendrais donc d’en faire mention. Dans Raptor on pilote un avion de chasse ressemblant à s’y méprendre à un F14 Tomcat pouvant embarquer un nombre hallucinant d’armes et gadgets technologiques dans le seul et unique but de pourrir la tronche de tout ce qui bouge durant les 27 niveaux du jeu : quatre niveaux de difficulté dont un d’entraînement vous sont proposés afin de vous frotter aux quatre secteurs de jeu différents.

Chaque niveau se termine par un boss à la taille conséquente voir géante et à chaque fin de mission on accède à notre hangar où l’on pourra sauvegarder sa progression, aller à l’arsenal pour réparer notre Raptor et ajouter des armes suivant nos finances.

La barre de vie du Raptor se compose d’une jauge graduée de 1 à 100 à droite de l’écran. A gauche, pour peu que vous ayez les moyens de l’acheter, une autre jauge du même type vous indiquera le niveau de votre bouclier (sorte de champ de force arrêtant les baffes) et que l’on devra racheter lorsqu’il tombera à zéro.

C’est un oiseau? C’est un avion? Non c’est un couteau suisse!

Le Raptor est également un bombardier, vous pourrez ainsi moyennant finances vous payer des bombes nucléaires afin de raser les objectifs au sol ainsi que les ennemis volant. Votre tir principal initialement munit de deux gatling est améliorable : vous pourrez y ajouter un canon plasma et des salves de micro missiles, à cela viendra s’ajouter votre arme secondaire allant du missile RR ou Rsol en passant par une mitrailleuse supplémentaire autoguidée ou encore des tourelles lasers. Vous devrez sélectionner l’arme en question avant de l’ajouter à votre tir principal, ce qui veut dire qu’en cours de partie on basculera d’une arme secondaire à une autre en fonction de la nature des misérables pilotes du Dimanche qui auront l’audace de se mettre sur votre route.

Si les quatre premiers niveaux sont accessibles à tous, il faut tout de même savoir que la difficulté globale de ce jeu est extrême : au fur et à mesure de votre progression et peu importe le niveau de difficulté choisie, plus vous avancerez dans les secteurs et plus votre niveau de difficulté augmente, autrement dit impossible de finir le jeu en mode rookie, arrivé à la fin vous serez de toute façon en mode Elite.

Alors au final qui a t- il de nouveau dans cette mouture 2015?

En 2010 le support de la manette avait déjà été implanté ce qui fait que cette édition 2015 ne nous apporte que 10 succès Steam! Evidemment certains seraient tentés de dire qu’il s’agit d’un beau foutage de gueule et ils auraient partiellement raison. Graphiquement inchangé depuis sa naissance, la résolution maximale est de 1280×800. Un filtre est disponible pour adoucir l’image mais ne fait en fait que baver les couleurs. Le jeu est compatible avec les manettes modernes mais vous devrez réattribuer la touche pour la bombe nucléaire et la touche d’arme secondaire pour je ne sais quelle raison puisque toutes les autres commandes sont attribuées de base.

Un excellent jeu à la durée de vie assez longue, personnellement j’ai beau l’avoir fini plusieurs fois je ne m’en lasse pas tant les possibilités sont immenses car vous devrez choisir entre les innombrables armes disponibles et n’aurez jamais assez d’argent pour toutes les avoir en une seule partie. Il est regrettable que ce portage sur Steam ait été estampillé d’un titre ronflant sous entendant une évolution du jeu alors qu’au final il n’en est rien.

Toutefois pour ceux qui ne posséderaient pas encore le jeu, la très grande qualité de ce titre vaut son prix de 5 euros car même sans résolution moderne il reste beau graphiquement et le gameplay est vif et d’une précision redoutable.

MarcheMort

Rock ’n’Rôliste sadique d’alignement loyal mauvais, il aime la littérature anglaise et faire rouler les dés et les têtes. Il déteste les arcs en ciel, les poneys et les escaliers en colimaçon. Joueur de jeux vidéo compulsif depuis le règne de Justinien, il a joué en LAN avec Abdul Al Hazred. Il pratique la nécromancie au quotidien et voue un culte à Cthulhu lorsqu’il est en robe de chambre. Pour lui le jeu de rôle est un style de vie et il parle de lui à la troisième personne pour faire croire à ses lecteurs qu’il n’a pas écrit sa bio’ lui-même à quatre heures du matin. Twitter : @Marchemort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.