GameStrip – Morphopolis (PC, iOS, Android, WP8)

Apparu sur tablettes et smartphones en 2013, Morphopolis est un jeu du type “trésor caché” à l’esthétique originale: dans un cadre quasi écologique, on dirige un insecte à travers les stades de sa vie, tout devant aider d’autres camarades à six pattes à trouver ce qui leur manque. Le tout dans des tableaux très colorés (ce jeu a reçu plusieurs prix relatifs à l’excellence de la direction artistique). Assez bien adapté pour les plateformes tactiles, il a été finalement été porté sur PC…

morphopolis_strip

 

3 pensées sur “GameStrip – Morphopolis (PC, iOS, Android, WP8)

  • 08/07/2015 à 22:43
    Permalink

    Intéressant comme manière de faire. Quelques coquilles (Aminita/Amanita ; supendre/suspendre ; pas d’espace avant les points d’exclamation) et un ton brutalement honnête, surement voulu, mais qui m’a semblé par moment inadapté à l’aspect narratif bon enfant de l’ensemble (« globalement exécrable », « bâclé »). Là ou à l’inverse j’ai trouvé délicieuse la scène où l’insecte mignon narre très crument : « Après avoir creusé dans une orbite, vous pourrez dévorer l’intérieur de sa tête… Et c’est ainsi que vous pourrez vous nourrir… – C’est Cruel ! – Oui ! Mais… c’est la vie ! – Génial ! ». La différence entre les deux étant que dans ce dernier cas l’élément de jeu est narré par le personnage sans qu’on se rende compte qu’il s’agit d’une mécanique, puisque cela prend la forme d’une histoire conté à d’autres insectes, là ou dans les « exécrables » et le « bâclé », je m’imagine mal le personnage parler en ces mots, mais ai plutôt l’impression qu’on cherche à mettre des reproches basés sur un système de valeur humain dans sa bouche. Cela étant dit, je perçois bien que les bulles blanches sont, justement, sensées représenter des dialogues internes à l’univers, là ou les bulles noires représentent la partie… présentation/critique du jeu. Mais je pense que cette dernière partie gagnerait à être mieux intégrée. En l’état ça fait quelque peu « collé » sur la BD. Peut-être à travers l’usage de notes narratives/didascalies, telles qu’on peut en trouver en début de BD avant que les personnages n’interviennent ?

    Ça demeure certainement intriguant néanmoins. Félicitations à vous d’explorer des manières de faire différentes.

    Répondre
    • 09/07/2015 à 04:18
      Permalink

      Merci pour la critique Memento!
      Je retiens notamment l’idée des didascalies pour de futurs “gamestrips”: ça pourrait mieux s’intégrer en effet … mais il y a plus d’une manière de gérer plusieurs dialogues parallèles en BD ;)

      (et une version sans coquilles devrait être mise en jour dès que possible).

      Répondre

Laisser un commentaire