Preview – Valhalla Hills (PC)

Si je devais nommer mon jeu de gestion préféré, ce serait sans aucune hésitation The Settlers 2. Ca tombe bien, je vais vous parler aujourd’hui de Valhalla Hills, un jeu dont le Lead Developer est à l’origine des séries Settlers et Cultures. Vous incarnez Leko, le fils d’Odin, qui vient tout juste d’échouer son examen de passage pour devenir dieu.

En route pour le Valhalla

Sous le coup de la colère, non seulement votre père vous renvoie, mais refuse également l’accès au Valhalla aux vikings tombés au combat. Bien décidé à vous racheter, vous décidez donc de guider une petite troupe de vikings jusqu’au royaume des dieux pour prouver votre valeur à votre père.

Dès les premières minutes, le jeu s’approche des premiers épisodes de la série Settlers. On commence par construire une cabane de bûcheron pour obtenir du bois, une carrière pour tailler de la pierre et on enchaîne par un entrepôt pour stocker les ressources et une cabane de pêcheur pour nourrir vos habitants.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce type de jeu, on ne dirige pas directement les personnages mais on donne des ordres qu’ils vont ensuite exécuter. Si vous décidez de construire un bâtiment, vous verrez vos vikings apporter les ressources nécessaires à la conception de celui-ci et une fois terminé, l’un d’entre eux l’occupera et exercera la profession associée.

Le but est de guider votre troupe jusqu’au portail de sortie pour vous rendre à l’île suivante et vous approcher un peu plus du Valhalla. Ces portails sont gardés par des créatures, mais vous aurez la possibilité d’utiliser la manière forte ou au contraire d’apaiser les dieux en effectuant des offrandes (poissons, bois, pain…) pour passer sans encombre.

La direction artistique est vraiment mignonne et très colorée, on prend plaisir à zoomer pour observer ses vikings au travail.

Chaque île est un nouveau défi

Les îles du jeu sont générées aléatoirement. Au départ très petites, elles augmenteront de taille au fur et à mesure de votre progression. Il en va de même pour l’ensemble du jeu. Suivant votre avancée et vos actions, vous débloquerez de nouveaux bâtiments, de nouveaux environnements, ainsi que de nouveaux chapeaux pour vos vikings, car oui, vous pourrez les personnaliser et même leur donner un nom !

Rapidement, des chaînes de production se mettront en place : ferme > moulin > boulangerie, mine > fonderie > armurerie et ainsi de suite. Il faut un petit moment avant que votre village ne prenne réellement de l’ampleur, mais si jamais vous êtes pressé, vous pouvez accélérer la vitesse du jeu.

Chaque viking est unique et on peut consulter d’un simple clic ses déplacements, son état de fatigue, de faim, d’ennui… N’oubliez d’ailleurs pas de créer des maisons pour non seulement pouvoir invoquer plus de monde, mais pour également leur permettre de dormir à l’abri et reprendre des forces.

Les routes permettent à vos vikings de se déplacer plus rapidement et d’augmenter la zone d’effet de vos bâtiments (en vous débrouillant bien, vous pouvez par exemple déboiser une zone en particulier).

Si on sent évidemment l’influence de Settlers (n’ayant pas joué aux jeux Cultures je ne m’avancerai pas sur ce point), on peut également noter pas mal de modifications bienvenues. Il est par exemple possible de repositionner les camps militaires. Vous pourrez ainsi préparer vos guerriers (en leur donnant de l’or pour qu’ils soient plus puissants et de la bière pour qu’ils aient plus de points de vie) et les envoyer ensuite près du portail de sortie.

Pour éviter de prendre trop de place, certains bâtiments ne sont ici que de petites annexes. Créer des planches ne nécessitera qu’un billot de bois et le sylviculteur aura uniquement besoin de quelques pots dans un coin.

Autre idée intéressante, il est possible de mettre en place des courriers. Le principe est simple, vous placez deux stations où vous voulez et un viking partira de l’une pour apporter les ressources dont vos habitants ont besoin autour de l’autre et inversement. C’est très appréciable lorsque vous devez bâtir loin de votre « centre-ville » où sont stockées toutes vos matières premières. Cerise sur le gâteau, ces courriers sont repositionnables, n’hésitez donc pas à en abuser.

Le nouveau graal des jeux de gestion ?

Le jeu est très agréable mais il y a tout de même une chose qui me fait vraiment peur : l’absence de mode campagne. Le fait que les îles soient générées aléatoirement vous oblige sur le papier à vous adapter à leur topologie, mais dans les faits, on appliquera souvent les mêmes stratégies de développement.

Une campagne scénarisée avec des cartes créées à la main aurait l’avantage de mettre l’accent sur certains points et obliger le joueur à réellement modifier son déploiement en le privant par exemple d’une ressource. Comme je l’ai dit précédemment, la taille des îles augmente petit à petit mais les premières sont vraiment très rapides à boucler et on aura un peu la sensation d’avoir passé ses premières heures à recommencer la même chose en boucle.

Valhalla Hills est pour le moment un peu trop facile. Pour progresser rapidement, il suffit d’envoyer dès que possible un viking à côté du portail de sortie pour l’activer et de produire ce dont vous avez besoin pour l’offrande.

Trois packs de jeu sont disponibles. Le premier donne accès au jeu et à son accès anticipé, le suivant ajoute à cela la bande-son (plutôt sympa), des chapeaux, artworks plus d’autres goodies du genre et le dernier, la totalité de ces cadeaux, les deux jeux Cultures et le premier dlc payant… pardon ? Le jeu est en cours de développement, les développeurs ne sont d’ailleurs pas encore fixés sur les fonctionnalités définitives puisqu’ils réfléchissent encore à ajouter ou non un mode multijoueurs, par contre ils savent qu’ils feront un dlc… c’est non !

Dernier regret, je trouve qu’il manque quelques informations dans l’interface, comme le nombre de bâtiments de chaque type que l’on a déjà placés ainsi que des statistiques plus avancées (consommation de nourriture par rapport à votre production par exemple).

Settlers 2, 20ème anniversaire

Mon coup de gueule sur le dlc payant mis à part, vous aurez compris que j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer à ce Valhalla Hills qui m’a rappelé mon jeu bien aimé. Le fait que le contenu se débloque au fur et à mesure est une excellente idée qui permet aux nouveaux joueurs de découvrir le jeu sans être perdu face à un trop grand nombre de bâtiments dès le départ et de bien comprendre le principe des chaînes de production.

J’espère sincèrement qu’un vrai mode campagne sera mis en place pour supprimer l’impression d’enchaîner des îles n’ayant aucun lien entre elles. Surtout qu’on recommence à chaque fois à zéro et qu’on trouve rapidement un enchaînement optimal de constructions que l’on peut reproduire à l’infini. Ca donnerait de plus la sensation d’approcher réellement du Valhalla.

Les bases d’un bon jeu de gestion sont là et il ne reste plus qu’à Funatics à les améliorer pour rendre Valhalla Hills excellent. En tout cas, une chose est sûre, je vais le suivre attentivement et je ne manquerai pas de vous redonner mon avis d’ici quelques temps et / ou lors de sa sortie.

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.