ZenziZenzic

Twin Shooter de son état, Zenzizenzic est un nom compliqué et un jeu tout aussi difficile à maîtriser. Si vous aimez quand les formes géométriques se battent de concert pour vous mettre la pâté, le jeu de bitHuffel devrait complètement vous plaire. Surtout qu’il a plus d’un tour dans son sac !

Nerveux et coloré

Son créateur nous l’a avoué en interview, à la Gamescom : il ne sait pas trop dessiner alors il a conçu les ennemis comme des formes géométriques simples. A celles-ci, il a placé des couleurs, d’autres formes qui tournent à l’intérieur, à l’extérieur, pour créer des entités très réalistes. Comme si une peinture aztèque se mettait à prendre vie et à éclater de tous les côtés. Vous, vous jouez un petit carré pouvant tirer des projectiles dans tous les sens. Mais d’autres armements vous sont proposés…

En plus d’un bouclier que vous pouvez lâcher en plein jeu pour détruire les projectiles alentours, ce qui est plus que salvateur, vous aurez le droit d’utiliser deux armements spéciaux parmi la demi-douzaine que propose le jeu. Des salves de missiles, un géant laser, il y en a pour tous les gouts. Plus vous tuez d’ennemis et plus vous obtenez de points : tous les 500.000 points, vous pouvez abandonner votre montée en puissance dans les high-scores pour acheter une nouvelle vie si jamais il ne vous reste plus grand-chose des trois qui vous sont donnés en début de niveau. Une belle façon de dire aux joueurs débutants que s’ils se fichent des points, ils peuvent finir le niveau plus facilement.

Cinq niveaux aux visuels différents sont proposés. Chacun se conclue par un Boss et un Bonus Stage (qu’il n’est pas obligé de terminer). Ce dernier est d’ailleurs particulièrement difficile : imaginez votre petit carré dans un labyrinthe qui déroule rapidement du haut de l’écran et ou vous devez vous immiscer sans jamais toucher les bords… Diabolique !

Macro Mode : un style RogueLike

Le score que vous obtenez se transforme en argent et avec celui-ci, vous ouvrez l’accès aux autres niveaux, aux combats de Boss (parfait pour vous entrainer) et aux différentes armes à dévérouiller pour les prochaines parties. Mais point de vue contenu, ce qu’il y a de plus étonnant est le Macro Mode, un jeu dans le jeu, une partie au style RogueLike.

Dans ce mode, vous jouerez toujours votre carré aux projectiles inépuisables, mais devrez évoluer dans un gigantesque niveau généré aléatoirement ou les ennemis vous rapporteront de l’argent que vous pourrez dépenser en updates pour le carré que vous contrôlez. Aussi, des trésors sont à ouvrir, des récompenses sont à looter et une fois tous les ennemis d’une zone détruits, on passe à la suivante. Ce mode Macro est plus difficile à parcourir, plus long surtout, et propose du coup une durée de vie assez intéressante pour ce Zenzizenzic qui aurait très bien pus se terminer en une demi-dizaine d’heures. Là, vous en aurez pour votre argent.

Un bon rapport qualité/prix

Shoot en Twin Stick plutôt pêchu, porté par une bande-son de grande qualité signée BigNic, Zenzizenzic est déjà un jeu de qualité pour ses cinq mondes, sa possibilité de jouer en coopération jusqu’à quatre et ses Bonus Stage de l’impossible. Mais ajoutez-lui son Macro Mode et vous obtenez un titre franchement honnête sur lequel on peut compter si on aime les jeux chronophages et les shoots du genre.

Ces défauts ? Les boss ne sont pas franchement très originaux ni motivants et le Macro Mode est un peu obscur lors des premières parties. Mais une fois compris, ce mode sera un vrai bonheur à parcourir. Ajoutez à cela les habituels classements en ligne histoire de se motiver à aller toujours plus loin et vous aurez de quoi faire. Surtout qu’artistiquement parlant, Zenzizenzic ne ressemble à aucun autre jeu du genre !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Une pensée sur “ZenziZenzic

Laisser un commentaire