Life is Strange
Windows PlayStation 4 Xbox One

Un an après la sortie de Remember Me dans lequel on arpentait les rues d’un Néo-Paris surprenant, le studio français Dontnod est de retour avec une production épisodique très différente de l’univers futuriste de leur premier jeu mais tout aussi surprenante. Life is Strange a été présenté comme une petite révolution vidéo-ludique, un jeu dans lequel nos choix sont importants et où la prise de décision va plus loin que dans toutes les autres productions déjà réalisées grâce à une mécanique simple : la capacité de remonter dans le temps sur une courte période. On pense à Telltale qui trône sur le marché des jeux à choix/conséquences avec d’excellents titres tels que The Walking Dead ou The Wolf Among Us. Reste à savoir si Dontnod a relevé le défi avec son teenage game fantastique !

Ce test ne comporte pas de spoilers cependant je vous recommande de ne pas lire plus loin que l’épisode 1 si vous voulez entièrement préserver la surprise.

Des décors détaillés, presque "vivants" .
Des décors détaillés, presque “vivants” .

Chrysalis : Un premier épisode qui tient ses promesses

Vous incarnez Max, une jeune fille de 18 ans qui est de retour dans sa ville natale pour ses études et qui va découvrir qu’elle peut remonter le temps de quelques minutes. Alors qu’elle retrouve son amie d’enfance et qu’elle apprend que Rachel, une fille populaire de la fac a disparu sans laisser de traces, elle a aussi une vision d’une tornade ravageant la ville à la fin de la semaine. C’est alors une course contre la montre qui s’engage pour sauver la ville et pour découvrir quel mystère se cache derrière la disparition de Rachel.

Life is Strange est original et surprenant, le studio excelle encore plus qu’avec Remember Me qui était déjà une perle. Ici on fait des choix puis on peut modifier le passé jusqu’à arriver à une situation qui nous parait bonne. Vous avez trop fouiné et cassé un objet ? Récupérez les infos dont vous avez besoin et remontez le temps, comme si de rien n’était, c’est génial comme concept ! Mais attention chaque choix implique des conséquences différentes et imprévisibles.

Le jeu est vraiment très travaillé au niveau de l’ambiance : les lieux qu’on explore fourmillent de détails, ces environnements sont vivants et permettent une excellente immersion. De même, les interactions avec les objets sont très nombreuses, si vous aimez tout voir vous passerez beaucoup de temps à regarder dans tous les coins pour ne rien louper. Un journal riche mais pas du tout barbant permet au joueur de visualiser toutes les affiches ou autres écrits qu’il a pu rencontrer sur son passage mais aussi de lire les notes de Max et ainsi de se sentir plus proche de l’héroïne. Les personnages sont d’ailleurs très convaincants, réalistes et attachants et les doublages de bonne facture, une vraie personnalité se dégage de chacun d’entre eux.

La B.O. folk apporte un vent de fraicheur avec de jolis titres comme celui du trailer que j’aime beaucoup. Chaque morceau est un plaisir pour les oreilles et contribue à créer un univers immersif et très réaliste.

Quant au scénario, point central du jeu il est très intéressant et prometteur ! Pour l’instant on se trouve dans un épisode introductif mais tout est si bien réalisé qu’on se retrouve happé par cette histoire et ce, dès le départ.

Un seul point sur lequel je suis mitigée c’est la traduction française, très bonne mais trop aseptisée : elles sont passées où les insultes ? Ce serait bien de traduire certaines annotations comme les tags car Max les commente mais rien ne nous indique leur signification si on ne comprend pas l’anglais. Un petit point à améliorer. Par moments j’ai aussi eu à faire à quelques bugs audio mais je ne peux pas affirmer que cela ne vient pas de mon PC uniquement.

Ce premier épisode a rempli toutes mes attentes et même plus, avec son ambiance envoûtante et son scénario prometteur on ne peut que être séduit et trépigner d’impatience en attendant la suite !

Out of Time : Un grand danger se dessine

Les nouveaux environnements sont toujours aussi travaillés, ici la décharge, magnifique non ?
Les nouveaux environnements sont toujours aussi travaillés, ici la décharge, magnifique non ?

Un réel plaisir de se replonger dans Life is Strange après près de deux mois d’attente !

On en apprend plus sur la fille disparue et les problèmes de Kate, une amie de Max, sur l’influence de la famille Prescott et la ville d’Arcadia Bay. Il se dessine lentement comme un grand danger en plus de celui de la tornade sans que l’on puisse pour autant y voir très clair pour le moment. L’intrigue est donc toujours aussi poignante et on parcourt les nouveaux environnements avec plaisir. J’ai beaucoup aimé la décharge qui fourmillait de détails, très jolie (paradoxalement). Seule une énigme de recherche d’objets pouvait nous couper dans notre immersion et nous faire pester si on ne parvenait pas à trouver le dernier item, bien caché.

À nouveau rien à redire pour la B.O et les problèmes de son saccadé du premier épisode sont entièrement réglés, merci Dontnod ! Sans oublier la bonne durée de vie de 5h si on aime tout voir et essayer différentes possibilités, j’attends la suite avec impatience !

Chaos Theory : L’étau se resserre

L'ambiance est sombre dans ce nouvel épisode.
L’ambiance est sombre dans ce nouvel épisode.

À chaque nouvel épisode on se dit que le jeu ne peut pas être meilleur que ce qu’on en a déjà fait l’expérience mais à chaque fois on se trompe !

Cet épisode 3 était plus sombre, après les événements sur lesquels l’épisode 2 s’est conclu une ambiance bien plus noire et triste s’est installée à Blackwell. Max enquêtera avec Chloe sur la disparition de Rachel et sur Nathan Prescott à l’Académie. L’étau se resserre et alors qu’on était habitués à entendre de la musique entraînante dans le jeu cela sera moins le cas pour cet épisode ce qui renforce encore le côté grave et oppressant de la situation.
Si vous ne pensiez plus être surpris je peux vous assurer que la fin propose un énorme twist et on redouble d’impatience pour jouer à la suite (et oui, encore et toujours !).

Concernant les points négatifs j’ai eu des problèmes d’affichage des interactions avec les objets alors parfois pour pouvoir regarder ou prendre quelque chose j’ai dû tourner inlassablement la caméra pendant de longues minutes qui m’ont coupées dans mon immersion dans le jeu, vraiment dommage, j’espère que ce sera réglé au plus vite.

Aussi le jeu est tellement ancré dans la culture américaine que parfois certaines traductions françaises tombent à plat, exemples :
my partner in time = ma “temps-plice
– “kra-can” (jeu de mots entre kraken et can -canette en anglais-) = la kra-canette.
Cependant je comprends la problématique à laquelle est confrontée la team de localisation.

Si on omet le temps perdu à cause des problèmes d’affichage des interactions le jeu propose à nouveau un épisode de 5h, je suis ravie que la qualité ne baisse pas à ce niveau-là, ni sur l’écriture d’ailleurs, bien au contraire !

Dark Room : L’enquête atteint son point culminant

Qualité constante avec cet avant-dernier épisode de Life is Strange. L’enquête sur Rachel devient de plus en plus intense, les indices semblent se concrétiser et les intuitions deviennent des pistes sérieuses. On aura d’ailleurs un vrai rôle à jouer dans les déductions sur ces investigations car ce sera à nous de mettre des pièces à convictions en commun et d’en retirer des informations.

Une énigme intelligente pour faire réfléchir le joueur et démêler le vrai du faux.
Une énigme intelligente pour faire réfléchir le joueur et démêler le vrai du faux.

Si vous arriverez à mettre la lumière sur certains points clés de l’intrigue l’ambiance reste résolument sombre.
Des décisions décisives et parfois déchirantes seront à prendre dans cet épisode qui aborde à nouveau un thème difficile d’une manière belle et intelligente, sans trop en faire. Life is Strange ne nous montre que la dure réalité des choses, c’est pour cela que le jeu parvient à toucher le joueur.

Il est vrai qu’on arpente des lieux qui nous sont devenus très familiers à force (le campus, la maison de Chloe), mais on a plaisir à les retrouver car la vie a continué, certains détails ont changé, on peut toujours fouiller partout et avoir de nouvelles informations.

J’aime le fait que lorsque je relève certains bugs (son saccadé, affichage des interactions qui ne fonctionne pas) je ne retrouve pas ces problèmes dans les épisodes suivants, vraiment on ne se moque pas de nous chez Dontnod ! On termine à nouveau sur une note pleine d’émotion et de suspens, j’ai hâte de jouer à la suite et en même temps je suis triste à l’idée qu’il ne me reste qu’un épisode…

Polarized : Un final en beauté

Nous y voilà. Le Season Final. On n’en ressort pas indemne. Dans cet épisode on entame un troublant voyage psychologique avec Max. La mise en scène est habile, inventive et touchante.

Certaines scènes regorgent de poésie.
Certaines scènes regorgent de poésie.

Bien que ce final soit un peu plus court que les épisodes précédents (4h environ), il n’est en rien décevant. Le message est clair, toutes nos questions trouvent une réponse, tout est limpide. J’avais en effet peur que les développeurs ne s’en sortent pas mais Dontnod nous a prouvé son talent et sa maîtrise de bout en bout de son jeu. J’ai vu des réactions mauvaises de joueurs qui jugent que leurs choix n’ont pas eu d’impact sur l’histoire mais ils en ont, à court terme, à moyen terme, cela dépend. Toutefois pensez bien qu’il est logique que les fins convergent en un point peu importe vos choix, imaginez le nombre de combinaisons de décisions possibles, ce serait irréalisable d’aboutir à une fin qui serait le reflet fidèle de l’aventure de chacun. Même réaliste comme il l’est cela reste un jeu vidéo et personnellement je le trouve très bien comme il est.

Oui il reste quelques points à améliorer et le plus important serait d’aller plus loin dans la localisation et de sous-titrer aussi les dires des personnages secondaires que l’on croise mais c’est là des défauts insignifiants face aux nombreuses qualités du jeu. Un vrai coup de cœur, je ne peux rien dire de plus à part jouez-y et vivement la saison 2 !

Life is Strange c’est une claque, une histoire qui vous prend aux tripes. Originale, déroutante, touchante et bouleversante, voilà l’aventure qui vous attend.

Kitsune-Musume

Ancienne amasseuse compulsive de jeux boite, j'aime à me perdre désormais sur les terres fertiles de l'indépendant. Gameuse à tendance no-skill/casu/basheuse de la touche X, testeuse de résistance mentale aux low-framerates avec ma vieille (mais fidèle) brouette connectée, j'aime les armes lourdes et badass, les univers immersifs et les scénarios bien ficelés. A l'inverse, j'ai horreur des jumpscares (flipette de catégorie 3), je fuis les collectes poussives de piécettes et je recule devant mes devoirs de rédaction d'une biographie.

4 pensées sur “Life is Strange

  • 02/12/2015 à 19:33
    Permalink

    J’ai beaucoup aimé Life Is Strange, mais je suis étonné que le test soit autant positif. Life Is Strange a tout de même des soucis qui ont été répétés très régulièrement, comme un rythme irrégulier (certaines scènes simples sont très touchantes, mais les scènes comme celle où on doit trouver des bouteilles sont ennuyantes) et une histoire qui s’emmêle un peu parfois.C’est vraiment une expérience incroyable, mais il a tout de même des défauts.

    Répondre
    • Skywilly
      02/12/2015 à 21:38
      Permalink

      Je suis d’accord mais ceci dit, j’ai vraiment réussi à faire avec. Sans que ça gène ma progression. Quand je passe devant une scène nulle, je suis déçu… Mais ça n’enlève en rien le plaisir que je prend sur le reste.

      Mais tu n’es pas le seul à en parler, j’imagine que chacun à une sensibilité différente face à ces quelques ratages malheureusement assez marqués.

      Répondre
    • Kitsune-Musume
      03/12/2015 à 23:48
      Permalink

      Je comprends ton point de vue Louhike, c’est vrai que j’ai énormément apprécié ce jeu et que même dans les moments plus creux de l’aventure (comme cette partie recherche de bouteilles dont tu parles et que j’évoque rapidement dans le test) je n’ai pas réussi à me sentir ennuyée. C’est vraiment mon plus gros coup de cœur vidéoludique de l’année, voire de ma vie, je ne pense pas exagérer en disant cela tant j’ai apprécié ce Life is Strange ! :)

      Répondre
      • 04/12/2015 à 08:19
        Permalink

        Je comprend, c’est certainement aussi le jeu qui m’a le plus touché depuis longtemps malgré les défauts que je lui reproche.

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.