Leo’s Fortune

Déjà sorti sur iOS et Android, Leo’s Fortune tente de nous émerveiller avec des décors photo-réalistes et une boule de poils moustachue. Oui, le contraste est fort entre ces deux créations, mais nul doute que beaucoup sauront s’y retrouver tant ce jeu du studio 1337 a de beaux moments à proposer…

Plus aucune fortune pour Mr.Boule de Poils

La fortune de Leo, notre boule de poils à moustache, a été volée. Comment ? Par qui ? Pourquoi ? Tant de questions sans réponse. Énervé, bien décidé à retrouver son argent et persuadé que c’est quelqu’un de sa famille qui s’est permis de le voler, Leo suit les pièces semées par le voleur par inadvertance. En plus de récupérer ainsi son or, il espère retrouver l’énergumène et lui faire payer son crime. À moins que tout cela ne soit bien plus complexe que prévu ?

À travers 5 mondes proposant 24 niveaux au total, Leo’s Fortune propose un jeu de plateforme/puzzle utilisant à bon escient la physique au centre du gameplay. En tant que boule de poils, Leo peut glisser sur les rampes, mais aussi « gonfler » pour planer en plein élan dans le vide. Cette possibilité de grossir à l’écran permet aussi de pousser des éléments du niveau qui permettent de débloquer des situations bien pensées par les développeurs. Le Puzzle et la Plateforme sont vraiment très bien distillés dans le jeu, à 50% présents dans chaque niveau. C’est réussi de ce point de vue.

Les ambiances visuelles sont à tomber par terre : souvent photo-réalistes, les décors se permettent de magnifiques moments avec cinq mondes réellement différents en fond. Sur le premier plan, par contre, il faut avouer que les choses se répètent un peu, surtout en intérieur (dans les grottes par exemple). Mais cela n’est jamais choquant et il suffit de retourner en extérieur pour en prendre plein les yeux. Leo, lui, est très correctement modélisé mais jure curieusement avec le reste du niveau, comme si le character design ne collait pas vraiment au reste. Cela ne dérange en rien le joueur, mais c’est à noter.

Cascades et puzzles

En plus de proposer un savant mélange de Puzzle et de Plateforme, jamais très difficile mais assez efficace malgré quelques répétitions de mécaniques de niveau en niveau, Leo’s Fortune offre en fond une histoire intéressante. Le voleur d’or n’est pas forcément celui qu’on croit et la morale de l’histoire est très réussie. Surtout, l’histoire n’est pas obligatoire, jamais envahissante. Elle se situe dans les petites cinématiques entre les niveaux, que vous pouvez passer, mais aussi dans quelques moments sans texte ni dialogue où vous traversez une zone paisible avec, en fond, un élément du décor important pour le récit. Ceux qui se fichent de l’histoire ne seront donc pas gênés par celle-ci et, mine de rien, pour certains, c’est une qualité.

Chaque niveau propose trois étoiles à débloquer : une donnée au joueur s’il trouve toutes les pièces du niveau, l’autre si le joueur n’a perdu aucune vie pendant son périple et enfin, une autre en fonction du temps effectué. Chaque niveau ayant son « contre la montre » à battre. À chaque fin de monde, on débloque aussi un défi : une course, une succession de plateformes, des défis rapides et amusants qui permettent aussi de débloquer un succès si on effectue un certain score. Enfin, les classements en ligne sont là pour concurrencer les amis et autres joueurs du monde entier. Et pour savoir si, oui ou non, on se débrouille bien.

Honnêtement ? Leo’s Fortune est un petit jeu, une petite friandise, un titre qui ne restera évidemment pas dans les annales. Mais il est magnifique, autant visuellement que musicalement. Son périple est passionnant à parcourir, surtout si l’on aime les jeux simples, sans trop de prise de tête. Il est court, c’est son plus gros défaut, vu qu’il se termine en moins de deux heures si on se débrouille bien. Mais c’est le jeu parfait pour une soirée entre amis, avec « passage de manette » à la clé entre les niveaux.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire