Perfect Universe

Entièrement en noir & blanc, ce jeu de Will Sykes Games tente de nous amadouer avec plusieurs styles de gameplay et du multijoueur local. On ne sait pas ce qu’il raconte ni veut réellement donner aux joueurs qui s’en empareront et c’est même là son plus vilain défaut…

PerfectUniverse (2)Compilation

Quatre menus de jeu différents : c’est ce que vous propose Perfect Universe, une compilation entièrement en noir & blanc. Pour commencer il y a Perfect Moon : un jeu de plateforme à la gravité très facile à prendre en main avec le stick gauche de la manette et qui demande de parcourir de tout petits niveaux à la recherche de quelques diamants. Durée de vie moyenne d’un défi : 30 secondes.

S’en suit Moon Life, où vous contrôlez une espèce de grenouille de l’espace qui peut sauter et se déplace à l’aide de vos deux sticks analogiques de façon très réaliste. Enfin, ça, c’est ce qui est promis, mais au final c’est complètement injouable et on passe son temps à sauter pour se déplacer.

PerfectUniverse (1)Star Light, c’est un jeu de petites fusées à déplacer tant bien que mal dans des niveaux à la gravité extrême. Il faut alors collecter des feux d’artifices, sans aucune raison. Comme pour Perfect Moon et Moon Life, on nous propose une trentaine de niveaux qui se terminent facilement en moins d’une minute chacun, sans réel défi autre qu’apprendre et recommencer. La difficulté n’est pas bien violente et les animations sont assez ratées.

Reste alors le menu « multijoueur local » où vous aurez le droit à un jeu de golf sur une petite lune, à du « Rocket League » en 2D et à 1 contre 1 (autant vous dire que ce ne sera pas la folie niveau amusement), de la balle au prisonnier là aussi en pleine gravité, de l’éclatée de ballon avec la grenouille de Moon Life, du volleyball sur une planète et des courses de fusées complètement ennuyantes.

PerfectUniverse (3)Rien n’est parfait.

Honnêtement, cette série de jeux est ennuyante au possible. Elle ne raconte rien, ne fait pas vraiment preuve de génie ni même de qualité artistique globale : les musiques sont ennuyantes et répétitives, les visuels sont tous identiques et souvent confus.

Aussi, les jeux multijoueurs sont soit très peu jouables, soit clairement ennuyants. C’est ronflant, c’est anecdotique et s’il est évident qu’on félicitera son concepteur pour être parvenu jusqu’au bout de l’aventure, il est impossible de vous en suggérer l’achat.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.