Grim Fandango Remastered

Grim Fandango est un point & click culte tout droit sorti de l’imagination foisonnante de Tim Schafer et originellement réalisé en 1998. Le jeu nous revient aujourd’hui en version remastérisée, une bonne opportunité pour découvrir ou redécouvrir ce super jeu signé Double Fine Productions.

Les décors ont plutôt bien vieilli et à moins d'avoir la rétine sensible on parcourt les lieux avec plaisir.
Les décors ont plutôt bien vieilli et à moins d’avoir la rétine sensible on parcourt les lieux avec plaisir.

La mort : un vrai business !

Une fois que les humains ont expiré leur dernier souffle, ils se retrouvent dans un lieu appelé le Pays des Morts et doivent le traverser pour atteindre le repos éternel. Ce voyage se fait en quatre années et même chez les morts, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : ceux qui ont mené une vie exemplaire obtiennent un ticket pour le 9 express, un voyage rapide qui leur épargne une longue errance et un trajet semé d’embûches. Les autres doivent y aller à pied ou s’acquitter de travaux d’intérêt général. Tel est le cas de Manny Calavera, agent de voyage au Département des Morts (entendez par là qu’il doit vendre les meilleurs forfaits aux âmes déchues). Cependant, tous les bons clients lui filent entre les doigts, quelque chose d’étrange se trame vraisemblablement au Pays des Morts…

Pour commencer, je tiens à dire que je n’avais pas joué au jeu original et même si l’envie ne me manquait pas de découvrir ce jeu culte, je ne m’y suis jamais attelée, alors la sortie de cette version remastérisée était vraiment l’occasion de s’y mettre !

Le scénario est vraiment très inventif et ingénieux, j’ai retrouvé certaines recettes qui marchent et que j’avais déjà pu apprécier dans le dernier jeu de Tim Schafer, Broken Age (oui je fais les choses à l’envers) : une galerie de personnages atypiques, un univers loufoque et un humour omniprésent. Tout a très bien vieilli, l’humour fait mouche comme il a du le faire à la première heure, on se régale en parcourant ce monde improbable et on se délecte de cette ambiance noire tel un polar américain.

Un lifting graphique léger

Au niveau des graphismes Grim Fandango a subi un lifting partiel uniquement d’où certaines critiques envers cette nouvelle version du jeu. Un travail a été opéré sur les éléments en mouvement notamment les personnages. Ceux-ci ont bénéficié d’un lissage des textures et d’un travail des détails.

grimfandango2
1998
grimfandango4
2015

 

 

 

 

 

 

Les environnements sont quant à eux restés inchangés (ou alors les différences sont imperceptibles) mais pas de panique le jeu était déjà très beau à sa sortie et il n’y a là rien de choquant. Un travail sur les ombres et les lumières vient donner plus de profondeur à certaines scènes mais on peut clairement affirmer que le remastering graphique n’a pas apporté grand chose.

Quel est l’intérêt de cette version remastérisée ?

Vous vous demandez sûrement ce que nous apporte cette nouvelle version du jeu en dehors de la possibilité de jouer à Grim Fandango en 2015 sans problèmes techniques liés à l’obsolescence des CD-ROM de l’époque.

A la manette c'est la direction du regard de Manny qui indique les lieux d'intérêt.
À la manette, c’est la direction du regard de Manny qui indique les lieux d’intérêt.

D’une part les contrôles ont été repensés grâce à l’introduction de contrôles relatifs au personnage car, à sa sortie en 1998, la caméra désorientait le joueur et les déplacements de Manny n’étaient pas fluides. Vous pouvez voir la différence en activant les contrôles de l’époque dans les options du jeu, tout de suite on prend conscience du problème, Manny part à l’opposé de la direction souhaitée et les changements d’angles sont brusques. Dans la version 2015 du jeu, on se déplace fluidement avec la souris en mode point & click basique, à la souris et au clavier pour déplacer notre personnage ou avec une manette, un support bienvenu puisque le jeu est aussi sorti sur console. Si les changements de plan sont encore un peu brusques à quelques moments, la progression n’en reste pas moins beaucoup plus agréable.

L'inventaire ne permet pas d'avoir une vision d'ensemble de nos objets, pas très pratique.
L’inventaire ne permet pas d’avoir une vision d’ensemble de nos objets, pas très pratique.

Un petit travail sur l’inventaire aurait d’ailleurs pu nous défaire de la lourdeur de l’ancien mais celui-ci n’a pas été touché, peut être pour ne pas fâcher les fans de la première heure.

Ensuite, Grim Fandango Remastered propose des musiques réorchestrées pour notre plus grand plaisir. L’inspiration du jeu se situe entre le thriller américain noir des années 30-40 et le folklore mexicain, on peut dire que la musique du jeu nous permet de nous plonger dans cette ambiance particulière avec brio. Côté doublages rien n’a changé, la qualité originelle est toujours au rendez-vous avec un doublage de qualité comportant des accents hispaniques qui apportent encore un charme supplémentaire au jeu.

Commentaires, galerie de dessins, rendu original, voici les bonus inclus dans cette version remastérisée du jeu
Commentaires, galerie de dessins, rendu original, voici les bonus inclus dans cette version remastérisée du jeu

Pour finir, vous aurez aussi droit à des bonus et vous pourrez donc switcher entre le rendu original et remastérisé, visionner des dessins de production ou encore activer les commentaires des développeurs. De quoi faire durer le plaisir !

Un bon jeu à l’époque, un bon jeu aujourd’hui

Pour juger du jeu en soi et non par rapport à sa version remastérisée je peux dire que j’ai été étonnée par le nombre d’environnements et de tableaux différents ainsi que par leur rendu visuel toujours agréable après toutes ces années. Je comprends pourquoi ce jeu est devenu culte car avec son univers riche et immersif, sa bande son superbe et son humour noir croustillant, Grim Fandango sait ravir les fans comme les novices et alors là autant dire que ces derniers n’ont plus d’excuses !

Kitsune-Musume

Kitsune-Musume

Ancienne amasseuse compulsive de jeux boite, j'aime à me perdre désormais sur les terres fertiles de l'indépendant. Gameuse à tendance no-skill/casu/basheuse de la touche X, testeuse de résistance mentale aux low-framerates avec ma vieille (mais fidèle) brouette connectée, j'aime les armes lourdes et badass, les univers immersifs et les scénarios bien ficelés. A l'inverse, j'ai horreur des jumpscares (flipette de catégorie 3), je fuis les collectes poussives de piécettes et je recule devant mes devoirs de rédaction d'une biographie.
Kitsune-Musume

Les derniers articles par Kitsune-Musume (tout voir)

Laisser un commentaire