Devil’s Bluff

Je me souviens d’un jeu vidéo sorti il y a pas mal d’années nommé Meurtres au Manoir dans lequel il fallait enquêter sur un meurtrier qui se trouverait parmi les invités de la victime. Il fallait donc chercher des indices, interroger les suspects, dénouer le vrai du faux, etc. Ce n’était pas sans rappeler le jeu de plateau Cluedo qui assurait des parties intéressantes étant donné qu’on avait affaire à de vraies personnes, chacun pouvait se défendre en usant de stratégies différentes. Maintenant, imaginons que l’on mélange jeu vidéo et jeu de plateau pour créer une murder-party en ligne. Le studio KBJGames l’a fait.

Une partie de Cluedo en ligne, ça vous dit ?

Vous devrez résoudre les énigmes pour savoir où chercher les objets nécessaires à la quête.
Vous devrez résoudre les énigmes pour savoir où chercher les objets nécessaires à la quête.

Devil’s Bluff est un jeu multijoueur au concept simple : le diable se cache parmi les joueurs et son but est de réussir à tuer tout le monde pour gagner. Les autres joueurs doivent se lancer dans une quête de recherche d’objets qu’ils trouveront en résolvant les énigmes qui s’affichent à l’écran. En groupe de deux ou seul chacun devra trouver le plus d’objets possible avant les autres tout en échappant au diable. Si le diable est repéré, ils pourront essayer de le capturer avec l’aide d’autres joueurs mais s’ils se trompent, ils prendront des dégâts.

Il est possible d’enquêter dans le manoir, non pas pour trouver des indices sur le diable mais pour mettre à jour des cachettes, des pièges ou des trous pour épier les autres joueurs. Le jeu propose une fonction de chat vocal qui permet de partager ses doutes sur l’identité du diable ou de brouiller les pistes si nous avons ce rôle. Il sert aussi à communiquer avec son teammate pour avancer dans la quête de recherche d’objets. Enfin, en théorie car même si le chat fonctionne par proximité (vous n’entendrez que les joueurs qui sont près de vous), il s’agira souvent de bruits, de paroles inaudibles ou inintéressantes, la communication peine souvent à s’établir et même si on a reçu un coéquipier, bien souvent chacun ira jouer dans son coin.

Le diable, une position avantageuse ?

Le diable est puissant, ses coups sont dévastateurs et une fois à terre un décompte de 90 secondes s’enclenchera. Un autre joueur peut alors venir vous aider ce qui peut ensuite former des alliances mais le diable guette ses victimes et les courageux sauveurs finiront souvent à terre eux aussi. Le diable n’a donc qu’à tuer un joueur et attendre la venue des autres. Si vous vous retrouvez dans ce rôle, vous aurez la possibilité de passer de votre apparence normale à celle du diable en pressant une touche ce qui vous permettra de la jouer discret en vous cachant et en ne prenant votre forme maléfique que lorsque vous aurez isolé une victime. Ainsi les autres joueurs ne se douteront pas de votre identité mais dans les faits les joueurs qui sont le diable auront bien du mal à ne pas la jouer bourrin et à foncer dans le tas, rapport à leur puissance qui ne leur fait pas craindre les coups des autres joueurs.
Depuis la mise à jour du 18/11, le diable a cependant été affaibli : plus longtemps il reste sous sa forme démoniaque et plus sa puissance baisse. Elle sera regagnée en passant plus de temps sous les traits d’un personnage normal. Bonne initiative pour inciter les joueurs à passer en mode discrétion !

Enquêtes et coups bas dans un vaste manoir

Le style visuel est sympathique, un style cartoon qui rappelle des dessins animés des années 90.
Le style visuel est sympathique, un style cartoon qui rappelle des dessins animés des années 90.

Pour les joueurs qui auront à rechercher les objets dans le manoir, j’ai bien souvent eu l’impression que si on ne connaissait pas bien les salles de ce dernier il était presque impossible de réussir. En effet, vous aurez des énigmes qui vous mettront par exemple sur la piste d’une armure et si vous voulez trouver les objets avant les autres, vous avez intérêt à savoir où sont ces armures. Aussi les énigmes en anglais avec des rimes et une touche humoristique sont très bien mais pour les non-anglophones ce n’est pas toujours très compréhensible.

Depuis la mise à jour il y a du changement à ce niveau là aussi : un mode solo a été instauré pour vous permettre de vous balader dans le manoir et ainsi de repérer les lieux.

Au niveau visuel, Devil’s Bluff est plutôt sympathique et bénéficie d’un style à mi-chemin entre jeu de plateau et dessin animé de style Scooby-Doo. Le manoir est d’ailleurs assez vaste et on se perd facilement dans ses nombreuses salles d’autant que des pièges ou passages secrets nous désorientent totalement. La bande-son du jeu est très réussie quant à elle, c’est tout à fait ce qu’il fallait pour ce jeu ! Le compositeur Jake Kaufman n’en est pas à son coup d’essai en matière d’OST et ça s’entend.

Hého ? Y a quelqu’un ?

Nombre minimum de joueurs pour une partie : 6, Nombre de joueurs en ligne : 2 ...
Nombre minimum de joueurs pour une partie : 6, Nombre de joueurs en ligne : 2 …

Maintenant j’en viens au gros problème du jeu, enfin ce n’est pas vraiment un problème du jeu en soi mais c’est un problème quand même : il y a peu de personnes en ligne. Soit il n’y aura simplement pas assez de monde pour jouer une partie soit tous ceux qui sont en ligne se concentreront sur une partie déjà lancée. Si on veut jouer il faudra soit attendre que la partie se finisse et vite se glisser dedans si de la place se libère, soit quitter s’il n’y a personne. C’est vraiment dommage et j’espère que le jeu va se démocratiser un peu et qu’il y aura plus de monde en ligne sinon il sera bien vite oublié malgré ses qualités.

En définitive Devil’s Bluff est un jeu bourré de qualités et d’humour, parfait pour de courtes parties de rigolade et de détente mais j’ai bien peur qu’il ne fasse un effet pétard mouillé si son prix ne baisse pas ou s’il ne se retrouve pas dans un bundle assez vite. C’est triste à dire mais ce serait peut-être l’unique moyen qui lui assurerait de n’être pas totalement mort dans les six mois.

Kitsune-Musume

Kitsune-Musume

Ancienne amasseuse compulsive de jeux boite, j'aime à me perdre désormais sur les terres fertiles de l'indépendant. Gameuse à tendance no-skill/casu/basheuse de la touche X, testeuse de résistance mentale aux low-framerates avec ma vieille (mais fidèle) brouette connectée, j'aime les armes lourdes et badass, les univers immersifs et les scénarios bien ficelés. A l'inverse, j'ai horreur des jumpscares (flipette de catégorie 3), je fuis les collectes poussives de piécettes et je recule devant mes devoirs de rédaction d'une biographie.
Kitsune-Musume

Les derniers articles par Kitsune-Musume (tout voir)

Laisser un commentaire