Northgard
Windows

J’ai déjà eu l’occasion de parler de mon amour pour la série The Settlers sur Game Side Story qui est tout simplement pour moi le meilleur jeu de gestion jamais créé (oui je sais ce n’est pas objectif). Alors quand j’ai entendu parler de Northgard j’étais aux anges et j’ai directement mis une option sur la clé preview à venir ! Depuis le 22 février, le titre est disponible en accès anticipé sur steam, voyons donc ce qu’il propose.



A la conquête de Northgard

Inspiré par la mythologie nordique, le nouveau jeu de Shiro Games (Evoland 1 & 2) vous place à la tête d’un clan viking venant tout juste de découvrir un nouveau continent : Northgard. Vous n’êtes malheureusement pas les seuls et vous devrez donc combattre les groupes rivaux pour en prendre le contrôle.

A première vue le jeu ressemble beaucoup à The Settlers. Des graphismes mignons parfaitement animés, on commence par construire une cabane de bûcheron, une carrière… mais au lieu de tout gérer de A à Z, pas mal de choses sont ici simplifiées.

Pas besoin de fabriquer des outils par exemple. Une fois un bâtiment de production créé, il vous suffit d’y envoyer un villageois pour qu’il devienne automatiquement chasseur, mineur, marchand, etc. Le nombre de ressources à gérer a également été réduit. Vous devrez uniquement vous soucier ici du bois, de la pierre, de la nourriture et des couronnes, la monnaie du jeu (plus du fer dans certains cas particuliers).



The Settlers pour les nuls ?

Evidemment, d’autres choses ont été introduites pour que le jeu ne soit pas trop facile et que le joueur ne s’ennuie pas. Je vais tout d’abord parler du moral. Tant que votre clan est content, un nouvel habitant apparaît toutes les x minutes. Pas mal de facteurs sont pris en compte (le nombre de territoires conquis, la santé de la population, s’il y a de la bière…). Quand ça commence à aller mal par contre, la croissance démographique est stoppée et vous serez vite bloqué car vous n’aurez plus assez de récolteurs pour nourrir votre clan et plus personne à envoyer pour occuper un bâtiment d’exploitation vide.

L’autre point important à prendre en compte est votre expansion territoriale. Un peu comme dans un jeu de plateau, l’environnement est composé de « tuiles ». Chacune possède ses propres spécificités (la forêt augmente par exemple la production de bois de 20%, une rivière permet d’installer une cabane de pêcheurs pour récupérer du poisson…). Mais elles peuvent surtout accueillir un certain nombre de constructions (de 1 à 3). Vous devrez donc bien réfléchir pour ne pas vous retrouver avec des bâtiments essentiels à construire pour continuer à vous développer mais plus d’espace vide pour le faire.

Pour étendre votre empire, vous devrez établir un camp d’éclaireurs et attendre qu’ils cartographient les environs. Vous pourrez alors coloniser les nouvelles terres découvertes (après les avoir débarrassées d’éventuels loups, clan ennemi ou autres bestioles) en sacrifiant beaucoup de nourriture. Vous pourrez ensuite commencer à y construire des bâtiments et à en exploiter les ressources. La liste est assez conséquente (maisons pour abriter vos nouveaux vikings, camps d’entrainement pour recruter des guerriers, comptoir pour commercer avec vos voisins, silos pour stocker la nourriture et éviter les maladies, cabanes de soin pour accueillir des guérisseurs, etc.). Chaque construction pourra d’ailleurs être améliorée une fois pour augmenter sa production et le nombre de personnes qu’il peut contenir, une bonne façon de booster votre rendement sans avoir à conquérir de nouvelles terres.

Dernière chose importante, en bas à gauche de votre écran, juste au-dessus de la mini-map se trouve un calendrier. Vous devrez bien le surveiller pour anticiper les périodes froides et mettre assez de nourriture et de bois de côté pour ne pas que votre population meurt de froid au de faim pendant l’hiver. D’autres événements peuvent également apparaître, tremblements de terre, ouvertures de portails maléfiques…



Roger le Conquérant

Quatre solutions s’offrent à vous pour remporte la victoire : domination, renommée, commerce et sagesse. La première est évidente, il suffit de raser l’intégralité des autres clans vikings présents sur la carte. La seconde nécessite de posséder un certain nombre de territoires et d’avoir accompli assez de hauts faits (détruire une créature puissante, découvrir un artefact…). Suivant la tribu que vous aurez choisie au départ (Fenrir, Eikthyrnir ou Heidrun, deux autres seront ajoutées par la suite) vous gagnerez également des bonus au fur et à mesure que votre nom sera connu de tous (guerriers plus puissants, bâtiments de production plus efficaces, etc.).

Le troisième type de victoire vous demandera d’accumuler un certain nombre de richesses. Vous devrez pour cela établir des routes commerciales avec les autres clans, utiliser au mieux vos marchés et pourquoi pas piller les ruines que vous trouverez un peu partout sur la carte. La toute dernière victoire est très intéressante également car vous devrez obtenir un certain niveau de savoir. Vous devrez envoyer vos prêtres prier sur les lieux sacrés et en retour vous obtiendrez des points qui vous permettront de débloquer des avantages dans un arbre des savoirs (outils plus efficaces, consommation de bois réduite en hiver, couronnes lorsque vous remportez une victoire et ainsi de suite) ainsi que des bénédictions divines.

Pour le moment seul le mode solo est disponible. Vous pouvez y affronter de 0 à 3 IA en mode facile, moyen ou difficile. Les cartes sont assez petites mais plutôt variées (j’ai découvert de nouvelles tuiles à chaque fois) et vous serez obligé d’adapter votre stratégie à la topologie des environs. Chose appréciable, le jeu est intégralement traduit en français.

Pour pinailler un peu, j’aurais aimé pouvoir appliquer des filtres à la mini-map pour mieux visualiser les territoires des clans par exemple, ou mettre en avant les différentes ressources (nourriture, savoir…). Mais honnêtement la réalisation est exemplaire et si je pleure un peu l’absence de graphiques de production ou la possibilité d’accélérer le temps, deux possibilités  souvent présentes chez la concurrence, dans Northgard ça n’a pas vraiment lieu d’être car c’est de la gestion globale (vous surveillez en permanence si vous êtes positifs dans l’acquisition des différentes ressources, vous ne vous souciez pas de savoir s’il y a bien assez d’arbres à côté de votre cabane de bûcherons) et le jeu est finalement assez rapide et prenant pour ne pas vous laisser de temps mort.


Je m’attendais à une énième déclinaison de The Settlers, mais Northgard est bien plus que ça. Il reprend évidemment les bases du premier, avec la gestion du bois et de la pierre pour la construction des bâtiments par exemple, mais il ajoute de nombreuses choses très intéressantes et en fait un jeu bien plus fluide et agréable. Je peux par exemple citer la gestion des saisons, où chaque hiver nécessitera une bonne préparation pour ne pas succomber au froid ou à la faim, l’extension territoriale par « tuiles », où vous devrez réfléchir aux bâtiments prioritaires à construire pour ne pas vous retrouver bloqué, le savoir et son arbre technologique avec de nombreux avantages à débloquer, etc. Vous devrez également veiller au moral de votre clan pour qu’il continue de croitre et que vous ne soyez jamais en manque de main d’oeuvre. Suivant votre style de jeu, quatre possibilités de victoire s’offrent à vous et comment ne pas parler de ses graphismes vraiment mignons ? Pour ma part c’est d’ores et déjà une réussite et j’attends maintenant avec impatience l’arrivée des modes campagne et mutijoueurs ! Northgard est bien parti pour devenir mon nouveau jeu de gestion de référence…


Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.
Bestio

Les derniers articles par Bestio (tout voir)

Laisser un commentaire