Sniper Elite 4
Windows PlayStation 4 Xbox One

La Seconde Guerre Mondiale vue sous toutes les coutures : c’est apparemment l’ambition (qui a dit l’excuse) de Rebellion avec tous ses épisodes de Sniper Elite. Connue depuis son second épisode comme de la coopération excessivement fun et modifiable à volonté en termes de difficulté, la franchise Sniper Elite tente de nous relancer en plein conflit avec la même vigueur d’antan. A l’heure ou la coopération revient au gout du jour, Sniper Elite 4 sait se faire intéressant ?



L’Italie assiégée

Plutôt que de nous proposer le cadre habituel de la Normandie, des forêts allemandes ou des bunkers vus et revus dans les jeux de tir parlant de Seconde Guerre mondiale, Sniper Elite 4 fit comme son prédécesseur : il trouve un nouveau terrain de jeu. Cette fois, c’est l’Italie qui est au centre de la douzaine de niveaux proposés en mode Campagne. Ce mode principal, jouable (et largement conseillé) à deux en Coopération vous proposera de rentrer en contact avec la Résistance italienne et de combattre les forces nazies et la mafia qui s’est installée sur les côtes Méditerranéennes. Le cadre est propice à de belles contrées et Rebellion ne va pas s’en priver.

Le concept du jeu reste le même : vous jouez un Sniper d’élite, d’où le nom du jeu en fait, qui peut toutefois utiliser des fusils mitrailleurs, des pistolets silencieux ou non, ainsi que des grenades, des mines, des pièges, etc. On peut aussi se soigner et en faire de même avec son allié, à l’aide de bandages et trousses de soin à garder précieusement dans l’inventaire. Intelligent : une touche permet de n’utiliser qu’une partie d’une trousse de soin ou d’un bandage pour une utilisation complète dans un futur proche. C’est malin, et réaliste.

Une forêt, une gare, un manoir, une ville assiégée, de nuit ou de jour, les différents niveaux proposés ont chacun une ambiance visuelle très différente, qui a forcément des conséquences sur un Level Design assez ouvert. Sur une plutôt large zone de jeu, vous allez devoir (après de courtes mais un peu trop nombreuses cinématiques de briefings avec plusieurs personnages) enchaîner les objectifs secondaires et principaux pour tenter d’obtenir le meilleur score en fin de mission. Plusieurs objets sont aussi à collecter, que ce soit sur des bureaux, bien cachés, ou dans les poches des soldats que vous allez tuer. Car oui, vous allez devoir fouiller chacune de vos victimes : c’est aussi ainsi que vous récupérerez des munitions.



Dans mon viseur…

Ce qui fait la force principale de Sniper Elite 4, c’est ce qui a déjà fait la force de la série par le passé : en coopération surtout, mais aussi en solo, on prend un malin plaisir à repérer nos cibles à l’aide des jumelles. Les ennemis apparaissent alors sur notre écran, en surimpression, pour être suivis efficacement. A l’aide du sniper, on peut alors viser avec précision, retenir son souffle et tirer au bon moment. Si le tir est efficace, alors le jeu vous récompense de cette célèbre Killcam au ralenti suivant la balle du moment où elle sort du fusil sniper, jusqu’à son expulsion une fois avoir traversé l’ennemi. Tir dans les yeux, dans les côtes, dans les poumons, dans le cœur, dans le foie, dans les dents mais aussi… dans les testicules (quelle incroyable nouveauté) : avec la Killcam, impossible de ne pas s’amuser.

Les habitués de la série seront ravis de savoir que la Killcam n’apparaît plus à chaque tir et sait s’adapter en fonction du joueur et de ses performances. Pour les plus passionnés du genre, il est possible de modifier entièrement la difficulté du jeu : allant de l’I.A des ennemis, à la santé du joueur jusqu’à la prise en compte ou non de la gravité et du vent lors des tirs. C’est intéressant et même pour des nouveaux joueurs, cela amènera beaucoup de possibilités de rejouabilité une fois une première partie terminée. Surtout que plus la difficulté est élevée, plus l’infiltration prend tout son sens.

En effet il est possible de fusiller tout ce qui bouge, planqué derrière un mur, à tente d’échapper aux rafales de tous les ennemis de la carte qui ne visent plus que vous. Mais là ou Sniper Elite 4 est le plus gratifiant, c’est quand un plan se déroule sans accros. Se cacher, tuer silencieusement un ennemi à distance en attendant qu’un avion passe, qu’une machine défaillante fasse un boucan du diable… Ou bien, par exemple, en apprenant par cœur la ronde des gardes avant de les choper au corps à corps au bon endroit, au bon moment. C’est là que Sniper Elite 4 est le plus malin, le plus fun, le plus intéressant. Il n’est pas Hitman : impossible de réellement planquer les corps, de se déguiser, de se camoufler. Il fait ça simplement, mais avec beaucoup de succès.



Italie, terre de fun

Sur fond d’histoire tragique et plutôt bien racontée, pourvu qu’on s’y intéresse réellement (finalement, c’est le seul intérêt d’y jouer en solo), Sniper Elite 4 propose un jeu très raffiné à la balistique si bien pensé qu’elle rend chaque tir vraiment plaisant. Plusieurs armes sont à débloquer, mais celles de bases sont parfaites pour progresser simplement.

Au fil des niveaux, le level-design est si intelligent qu’il modifie à lui seul la difficulté, proposant des défis vraiment différents au joueur. En plus d’un mode survie proposant des vagues d’ennemis (ce n’est clairement pas le meilleur mode supplémentaire, même s’il est jouable jusqu’à 4), Sniper Elite 4 offre deux missions très spéciales permettant de jouer en pure coopération. C’est-à-dire que l’un des joueurs sera un Sniper pendant que l’autre sera un simple soldat, partira en reconnaissance, activera les objectifs, placera les bombes là où il faut, couvert par son allié. On regrette vraiment qu’il n’y ai que deux missions de ce genre tant le mode est jouissif : chaque joueur a sa propre « carte », son propre cheminement possible, ses propres dangers. On s’engueule, on s’amuse, on coopère et au final, quand la mission est terminée, on pousse un « Ouf » (ou un gros mot, c’est selon) de soulagement avant de se congratuler. Cela fonctionne très bien.


Sniper Elite 4 est une vraie réussite. Proposant une expérience de coopération classique, mais efficace, le jeu est sublimé par un level-design assez ouvert qui rend chaque niveau très différent et plaisant à parcourir. La balistique est un bonheur, la Killcam fait parfaitement son travail et les parties s’enchaînent sans que le fun ne disparaisse. Il est utile de le répéter : si vous cherchez un bon jeu où tuer du Nazi en mode Infiltration/Action et en coopération, Sniper Elite 4 fait cela parfaitement bien.


Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Les derniers articles par Skywilly (tout voir)

Laisser un commentaire