Uncharted : The Lost Legacy
PlayStation 4

Uncharted : The Lost Legacy devait à l’origine n’être qu’un DLC pour A Thief’s End, le quatrième volet de la série, et le dernier pour sa figure centrale, Nathan Drake. Il aurait du être son Left Behind, mais au lieu de cela est devenu entre temps un jeu à part entière, une toute nouvelle histoire allant bien au-delà du simple contenu additionnel. Ce qui n’est pas forcément plus mal.



Voleurs au grand cœur

Cette nouvelle incursion dans l’univers des voleurs-archéologues ne sera pourtant pas une révolution, ni guère une évolution majeure. On retrouve le même rythme finement dosé entre action, scènes de dialogues pleines d’humanité et d’humour, découverte de panoramas impressionnants et catastrophes millimétrées. Le style Uncharted, c’est de jouer entre un gameplay traditionnel de jeu d’action qui ne réfléchit pas trop aux conséquences de ses actes, et un trip narratif digne d’un grand film d’aventure tout public décomplexé à l’extrême. Cette recette fonctionne en général assez bien et se trouve être la raison pour laquelle la série est aimée aussi bien que dénigrée par d’autres. Et ce dernier épisode ne changera l’avis de personne. Vous aimez les Uncharted ? Celui-ci ne vous laissera pas indifférent. Vous connaissez la rengaine et il n’y aura ici rien pour vous faire changer d’avis à leur encontre. Cette fois-ci, l’aventure est garantie sans Nathan ajouté, en mettant en tête d’affiche deux connaissances, Chloé Frazer déjà bien connue des fans, et Nadine Ross introduite dans A Thief’s End. La paire improbable va se retrouver en Inde à la recherche d’un nouveau trésor, une fois n’est pas coutume.

L’association de ces deux femmes est forcément intéressante, outre la nouvelle dynamique que cela pourrait insuffler à la série, mais aussi et surtout sur la complexité des liens qui pourrait en découdre. Après tout, par définition, Chloé est en quelque sorte du côté des Drake, et donc théoriquement des gentils. Tandis que Nadine, complètement à l’opposé, a tenté a plusieurs reprises d’éliminer les frères Drake, et vice-versa. Bien évidemment, les deux jeunes femmes viendront à évoquer la nature de leur relation avec ces autres membres de l’univers d’Uncharted, ce qui découlera ultimement sur le questionnement de leur propre association. Il faut dire que tout démarre par une affaire de gros sous. Chloé comme Nadine ne sont ensembles dans les galères qui vont leur tomber dessus que pour des raisons pécuniaires. Ce sont avant tout des partenaires en business et rien d’autre. Cependant, comme on dit, c’est quand on a le nez dans la merde que l’on reconnaît ses véritables amis. The Lost Legacy est à l’image de ce que la série aura gagné au fil des épisodes, et plus spécifiquement depuis Among Thieves. Ses acteurs, et en l’occurrence cette fois-ci ses actrices, ne sont pas que les pions d’une histoire rondement menée, mais de véritables êtres humains. Ce n’est pas seulement grâce à sa réalisation technique excellente que l’on ressent leur entièreté, mais aussi et surtout de par la capacité de Naughty Dog à les rendre réelles par le dialogue et les interactions qu’elles vont entretenir. Les Uncharted ont beau n’être en fin de compte que des blockbusters décérébrés qui ne se prennent pas la tête, mais en ne négligeant pas l’écriture de leurs personnages, ses concepteurs arrivent quand même à donner une âme à un simple jeu d’action qui se repose parfois un peu trop sur ses acquis. Et c’est la raison principale pour laquelle on a envie d’y revenir même si on connaît désormais par cœur les ficelles qui les animent. Une familiarité s’installe entre les joueurs et ces personnages, pour finalement finir par s’attacher à eux.



Les deux font la paire

Diriger Chloé ne se fait pas totalement de la même manière qu’avec Nathan. On sent que par souci de réalisme, elle ne peut pas exactement aligner les mêmes droites que ce dernier, notamment à cause d’une différence physique évidente. Dans son style de combat au corps à corps, elle se joue légèrement différemment, un peu plus en subtilité et en esquive, ce qui rend ses mouvements plus élégants et réfléchis. On sent du coup que ses attaques sont plus stylisées et proche d’un art martial que le style façon baston de rue de Nathan. Elle est notamment plus en accord avec Nadine, puisque les deux ensemble s’entraident régulièrement sur ce terrain quand elles ne sont pas trop éloignées l’une de l’autre. Cette manière de se battre est par ailleurs à l’image de leur relation puisque ensemble, elles vont devoir traverser de nombreuses difficultés. Il est intéressant de voir ainsi une amitié naissante entre ses deux femmes qui sera soumise à rude épreuve. Car rien ne semble les rapprocher au début. Nadine a besoin de se faire une petite fortune rapidement pour pouvoir regagner l’entreprise de mercenaires de son père, qu’elle a perdu à l’issue des événements de Uncharted 4. Chloé veut pour sa part simplement s’enrichir. Voleur un jour, voleur toujours. Mais comme on dit, les apparences seront pourtant trompeuses. Leur épopée devient alors l’occasion d’en apprendre un peu plus sur elles, leur passé et leurs espoirs futurs, ce qui n’a pas forcément été possible auparavant vu qu’elles n’étaient pas au centre de l’attention. Vu que cette histoire est désormais la leur, c’est une nouvelle facette de leur personnalité que l’on va découvrir qui les feront passer de personnages secondaires à de véritables personnes pleines et entières. Tout ça forcément au milieu des tirs, des explosions et des bâtiments qui s’écroulent.

On reste dans un Uncharted après tout. Le choix de Naughty Dog de s’être porté sur Chloé Frazer fut pertinent. Elle a toujours été très appréciée du public, et sa personnalité pleine d’humour et de sarcasmes a toujours fait en sorte qu’elle soit même la préférée de certains d’entre eux. Ce qu’il y a d’intéressant chez Chloé, c’est sa franchise. Contrairement à Nathan qui reste parfois naïf et se berce encore d’idéaux, se croyant sans doute plus archéologue que voleur de haut vol, elle est beaucoup plus honnête avec elle-même, ne tournant pas autour du pot et sachant pertinemment ce qu’elle fait et ce qu’elle est. C’est d’un côté ce que l’on aime chez Nathan et ce que l’on aime également chez elle. Le jeu en lui-même est par contre un éternel recyclage de tout ce que la série aura su proposer jusque-là. On oscille entre des passages d’action classiques, et d’autres plus calmes, laissant place à un brin d’exploration et de cette même grimpette automatisée un peu trop frustrante pour qui aurait envie d’un peu plus de difficultés à surmonter. Ces moments sont d’ailleurs surtout l’occasion de mettre en place des discussions entre Chloé et Nadine. L’ajout de l’aspect infiltration dans Uncharted 4 était le bienvenu pour renouveler une formule qui commençait à sentir la poussière, et elle est toujours présente ici. Dans sa globalité, The Lost Legacy fait ni mieux, ni moins bien que ses prédécesseurs. On reste dans la moyenne. Ce n’est pas déplaisant à jouer, puisque c’est toujours autant un défouloir à la prise en main rapide. On devinera tout de même une tentative pour la série d’aller dans une direction différente en apportant un peu de monde semi-ouvert dans un de ses chapitres.

Cette partie du jeu ne durera qu’un temps avant de revenir à sa linéarité chérie. Pourtant, pendant un court instant, on nous laissera maître de nos mouvements à l’image de ce passage dans A Thief’s End, où au volant d’une jeep, il nous était possible d’aller à notre guise dans la nature de la belle Madagascar. Cette fois-ci c’est l’Inde sauvage qui nous est offerte avec quelques objectifs à découvrir et explorer à l’aide d’une carte avant de pouvoir passer à la suite. Quand à ce que cela pourrait dire pour les Uncharted, seul l’avenir nous le dira. C’est sans doute là quelque part que se trouve son futur, entre le monde ouvert et la maîtrise d’un environnement plus fermé sujet à une mise en scène cinématographique. Trouver le bon équilibre entre ces deux possibilités pourrait relancer l’intérêt de la série.


Même si on peut sentir que Uncharted : The Lost Legacy n’a pas eu l’opportunité de l’ambition de ses grands frères, il ne démérite en aucun point. Dans un temps de développement aussi court, Naughty Dog aura pourtant réussi à produire un jeu d’une beauté incroyable, à tel point que son héroïne passera son temps à prendre des photos, comme une forme d’auto-congratulation indirecte. Au-delà de ces simples considérations, se cache un jeu d’action comme les autres qui n’innove pas trop. Les fans ne seront ainsi pas perdus et sauront apprécier cette jolie aventure servie sur un plateau d’argent, qui offre la part belle à deux femmes mises au premier plan dans un récit qui va intelligemment s’attarder sur leurs motivations qui vont les pousser à se dépasser. S’il ne révolutionne rien, The Lost Legacy est définitivement un divertissement grand public de qualité.

Vasquaal

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.
Vasquaal

Les derniers articles par Vasquaal (tout voir)

Laisser un commentaire