Dark Souls : Par-delà la Mort – Volume 2

L’univers des Dark Souls et affiliés est riche de sa complexité. Ces jeux ne se racontent pas de manière très directe. Ils usent de détours et de non-dits, de subterfuges pour vous glisser des informations ça et là. Parfois, un personnage non jouable vous fera de sa prose alambiquée quelques révélations incroyables. A d’autres moments, le descriptif d’un objet vous en apprendra tout autant. Comprendre l’histoire des Souls, c’est participer à un puzzle mental pour en remettre les pièces dans le bon ordre. Elle ne tente pas de nous écraser trop lourdement sous son poids et nous laisse le soin de l’aborder et de la découvrir par nous-même. Les livres Dark Souls: Par-delà la Mort sont fait pour qui aurait envie de comprendre cette histoire, ou compléter son savoir sur la question. Le second volume qu’il m’a été donné de lire va plus exactement tenter de faire la lumière sur Bloodborne, dont les liens avec la série des Souls est presque indéniable même s’il parvient à s’en détacher en partie, et sur Dark Souls III, le dernier chant d’honneur d’une saga qui a bien vécu.


Décryptage d’un puzzle narratif

Sylvain Romieu et Damien Mecheri ont abordé leur ouvrage sous un angle très didactique. Si son écriture se laisse parfois lire comme le roman d’un voyage incroyable, c’est parce-que le parcours de la création des Souls comme de ses concepteurs sait être passionnant. Le studio From Software à leur origine est un nom bien connu dans le monde du jeu vidéo, bien qu’ayant été principalement le développeur de jeux presque de niche et en se restreignant principalement au marché japonais. Mais s’il y a bien une série qui les a mise sur le devant de la scène internationale, c’est celle des Souls. Si Demon Souls avait de quoi montrer ce dont ils étaient capables, c’est bel et bien Dark Souls qui les projettera sous le feu des projecteurs, notamment en révélant au monde le nom à la tête de leur conception, Hidetaka Miyazaki.

Ce second volume de Dark Souls: Par-delà la Mort va reprendre à la suite de Dark Souls II. Cette suite controversée du premier volet laisse sa place à Bloodborne en premier. Avec détails, l’ouvrage va s’attarder sur ce jeu en respectant la chronologie des sorties, Dark Souls III n’étant sorti qu’après. Avant même de commencer à nous parler du jeu de l’intérieur, c’est par un angle extérieur que les présentations sont faites, notamment en nous parlant de sa conception, du moment ou Sony s’est approché de From Software se rappelant à leurs bons souvenirs de Demon Souls et voulant fournir une grosse exclusivité à leur Playstation 4 flambante neuve. Sans être avare en détails, nos deux auteurs nous apportent une explication à ce qui aura amené Miyazaki et son équipe à concevoir Bloodborne, avant de nous plonger dans les multiples inspirations de ce jeu à l’ambiance gothique. L’une d’entre elle presque trop évidente est par ailleurs bien appuyée de plusieurs pages en nous contant qui était le maître de l’horreur Howard Philips Lovecraft.

Cette mise en bouche est néanmoins importante avant que les thématiques majeures du jeu ne soient abordées un peu plus loin. S’en suit un décorticage des mécaniques de jeu de Bloodborne, celles-ci ayant autant d’importance que l’histoire, l’un s’imbriquant dans l’autre formant une relation harmonieuse et organique. Ainsi les fioles de sang servant de soin à notre personnage vont trouver une explication plausible dans le contexte mythologique du jeu. C’est tout cet aspect qui est évoqué par ce livre avant de nous plonger dans son coeur en apportant lumière sur les différentes intrigues en passant notamment par un descriptif poussé des différents personnages de cet univers sombre, que cela soit les boss ou même des personnages en apparence très secondaires. L’analyse se terminera ensuite sur une série de thématiques pouvant apporter un semblant d’explication au tissu narratif particulièrement dense des Souls et assimilés. On appréciera même en dessert la présence d’un chapitre entier sur la musique du jeu, qui bien que souvent sous-estimée, reste un élément majeur des jeux de Miyazaki, tant et si bien ce dernier apparaît impliqué dans leur conception.

Le décryptage va se poursuivre dans la seconde partie du livre cette fois-ci sur Dark Souls III, sur le même modèle.


Dense et riche mais attention

La lecture de cet ouvrage fut passionnante pour deux raisons. La première étant une écriture facile et très clairement impliquée et motivée par son sujet. Son découpage en différentes parties bien distinctes permet de bien s’y repérer, ce qui n’est pas chose facile à faire pour un jeu en apparence vide de toute histoire, alors qu’en vérité c’est tout le contraire. Démêler les fils narratifs d’un Souls est un travail de patience, et ce livre est là pour vous y aider à mieux en comprendre certains aspects. Cependant, s’il aborde la question de son gameplay, ce n’est pas un guide pour mieux jouer à Dark Souls. C’est un livre qui tente d’en décrypter les mystères et les zones de brouillard ce qu’il fait bien par ailleurs.

De sa lecture, elle est passionnante aussi pour une seconde raison, et c’est tout simplement son sujet en lui-même. En empruntant à des thèmes forts, la série phare de From Software a su créer sa propre mythologie. Lire les mésaventures de tel ou tel personnage me rappelle quand je dévorais les chroniques des dieux et demi-dieux de la mythologie gréco-romaine ou nordique. Il en va de ça. Bien évidemment, c’est un livre qui s’adresse avant tout aux fans de la première heure qui aimerait élargir leur compréhension de cette mythologie.

J’émettrai cependant un bémol, ou plutôt un avertissement si vous n’aviez jamais joué à Bloodborne ou Dark Souls III, et cela serait d’en éviter la lecture dans l’immédiat. En effet, pour des raisons évidentes d’exhaustivité, cet ouvrage n’évitera pas les spoilers. Sa lecture part du principe que vous connaissez déjà ces jeux, que vous les avez fait et désirez mieux les comprendre. Sans quoi, il vous dira sans doute un peu trop. A vous de voir.


Le bon point de Dark Souls: Par-delà la Mort – Volume 2 est d’avoir choisi de l’écrire en respectant la chronologie des temps. Tout d’abord en abordant Bloodborne sorti avant Dark Souls III, et en partant du processus créatif à leur origine, de ses inspirations, pour ensuite passer à leurs mécaniques de jeu étant ce qu’il y en a de plus visible, avant de s’attaquer à leur monde, leurs lieux, leurs personnages pour finir par un décryptage complet de certains thèmes inhérents à ses œuvres, avant de conclure. La lecture en est ainsi que plus agréable et simplifiée pour les lecteurs qui s’y retrouveront alors plus facilement face à la quantité impressionnante d’informations qui leurs sont données. En un mot, un livre qui sait se faire passionnant.

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.