Blazing Beaks
Windows

Si vous êtes comme moi, les screenshots de Blazing Beaks vous ont immédiatement fait penser à Nuclear Throne. Pourtant, après quelques heures passées sur le titre du studio Applava, je peux vous garantir que les deux jeux sont différents.



Des flingues, des roulades, des artefacts, la routine

Fans de twin stick shooter, vous ne serez pas dépaysés par la prise en main de Blazing Beaks. Les commandes sont en effet tout à fait classiques : le stick gauche pour se déplacer, le droit pour viser, une touche pour tirer et une dernière pour effectuer une roulade pour esquiver rapidement un danger.

Le jeu est une succession d’arènes fermées. Le but est simple, vider les salles de leurs occupants pour déverrouiller la porte de sortie et accéder à la suivante. Certains ennemis peuvent laisser des clés et pièces d’or à leur mort. Les premières servent évidemment à débloquer des issues spéciales, quant aux secondes, vous pouvez les dépenser à la boutique pour obtenir une nouvelle arme. Shotgun, triple shot, laser, il y en a déjà un bon nombre d’implémentées. Contrairement à Nuclear Throne, vous ne pouvez en porter qu’une à la fois (attention à ce que vous achetez !) mais les munitions sont illimitées, n’hésitez donc pas à arroser allègrement tout autour de vous.

Plusieurs mondes sont déjà disponibles avec chacun sa liste d’ennemis spécifiques, ses pièges et surtout un boss plutôt costaud à la fin. Le tout premier devrait d’ailleurs vous en faire baver et et il vous faudra probablement plusieurs essais pour bien assimiler ses patterns d’attaque et accéder au deuxième environnement.



Artefacts et multi local

Vous trouverez de temps à autres des artefacts au sol. Ne vous réjouissez pas trop vite, si dans tous les roguelite ces objets apportent des bonus, dans Blazing Beaks ils vous infligeront au contraire des malus. Quel intérêt dans ce cas de les ramasser me direz-vous ? Et bien tout simplement pour les refourguer à un PNJ dans la boutique qui vous donnera en échange des reliques intéressantes (augmentation des points de vie, des dégâts, possibilité d’ouvrir un accès verrouillé sans clé, etc.). Ce système peut sembler étrange au départ, mais il s’avère absolument génial car il impose une prise de risque permanente, d’autant plus qu’on ne sait pas à l’avance à quel moment apparaîtra la prochaine boutique.

Pour varier encore plus les plaisirs, cinq personnages sont disponibles. Poulet, canard, perroquet… chacun commence l’aventure avec une arme spécifique ainsi que des pouvoirs passifs (bouclier temporaire en cas de dégât encaissé, recharge accélérée, etc.).

Mais Blazing Beaks n’est pas qu’un bon roguelite, c’est aussi un party game jouable jusqu’à quatre en local. Cinq modes de jeu sont disponibles : deathmatch (chacun pour soi), one gun (une arme imposée à chaque round), drop hearts (les joueurs perdent des cœurs que l’on peut ramasser quand ils sont touchés), skull keeper (celui qui possède le crâne inflige des dégâts aux autres joueurs) et enfin hunting (chaque joueur possède une lance pour attaquer qu’il doit jeter puis aller ramasser, oui ça fait penser à TowerFall). Pour avoir eu l’occasion de l’essayer, le côté multi fonctionne parfaitement et garantit de bons éclats de rire.


Après deux mois d’accès anticipé, Blazing Beaks propose déjà un contenu intéressant et plutôt fourni. Le pixel art est réussi et le principe d’artefacts qui infligent des malus au joueur pour ensuite être troqués contre des objets positifs est vraiment excellent. Ca le rend en plus très différent des autres titres du même genre, Nuclear Throne en tête. Le multijoueur et ses cinq modes de jeu permettent de passer de très bonnes soirées à quatre sur un canapé. Si les développeurs continuent à ajouter du contenu et à peaufiner leur bébé, Blazing Beaks sera un excellent titre à sa sortie. En l’état il vaut déjà le coup.


Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.