Bunker Punks
Windows

Mélangeant les vieux FPS, un peu de Rogue-Like et une gestion de base à la Fallout Shelter (mais en beaucoup plus simplifié), Bunker Punks se repose essentiellement sur un principe de Game Over récompensant le joueur avec de nouvelles updates pour une nouvelle partie plus intéressante et pleine de nouveautés.

Le but est donc d’enchaîner les étages de lieux à nettoyer pour y collecter de l’argent (pour les updates de votre partie) et de la Tech (une autre monnaie qui s’échange contre des améliorations de futures parties après un Game Over). Le souci, c’est l’expérience de jeu globale. Rien que ça.

Les niveaux sont générés aléatoirement en placement d’ennemis, d’objets et de salles à visiter, mais chaque partie se ressemble beaucoup. On passe son temps à nettoyer (ou tracer) des niveaux en teintes de gris assez tristes et répétitifs. Les ennemis n’ont pas vraiment d’intelligence et eux aussi sont en nombre très limité. Le bestiaire se développer au fur et à mesure des parties et de l’augmentation de la difficulté, mais il faudra bine des heures de bourrinage intensif et à répétition pour voir quelques-unes de ces rares nouveautés.

Coté base, c’est aussi le strict minimum. Ça à l’allure d’un Fallout Shelter mais sans aucune profondeur. On doit là aussi enchaîner les Game Over pour débloquer de nouvelles salles à construire, venant améliorer nos personnages, nos armes et autres statistiques du jeu. C’est laborieux et avant tout, vraiment pas amusant au bout d’une heure de jeu. Et en ce laps de temps, on n’a même pas vu 20% de ce que peut proposer le titre en termes de bestiaire, d’armement et de salles à construire. Mais qui aura le courage de tout dévoiler, tant le gameplay ne change jamais ? Le pire étant clairement le seul environnement de jeu disponible, triste et décevant, qui ne relance pas du tout l’intérêt. Pire : le jeu est trop simple et du coup, le Game Over ne montre pas assez vite sa fatalité et l’offre de rejouabilité intéressant qu’il propose.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.