World to the West

World to the West

Après leur petit succès avec Teslagrad, sortie fin 2013, les petit gars de Rain Games ont pris leur temps pour nous délivrer un nouveau jeu. Plutôt que de faire une suite bête et méchante aux aventures du jeune teslamancien (personne capable de jouer avec l’électricité Tesla), le studio a préféré changer complètement la donne. Si World to the West est bien la suite directe de Teslagrad, les mécaniques de jeu
/
The Surge

The Surge

S’il y a une chose qui nous énerve à la rédaction, c’est de voir des “Dark Souls” partout. Une barre d’endurance dans le jeu ? C’est du Dark Souls. Une difficulté un peu trop élevée ? C’est du Dark Souls. Une roulade pour esquiver ? C’est du Dark Soul. Nous, on dit stop ! Sauf que voilà, les allemands Deck 13 arrivent avec… un Dark Souls qui a couché avec
/
Scanner Sombre

Scanner Sombre

Si vous suivez la scène indépendante de près, vous devez savoir qu’Introversion Software est un des piliers de cette branche du jeu vidéo, en activité depuis près de vingt ans. Très accès stratégie sous diverses formes, allant du hacking avec Uplink, à la bagarre humaine (Darwinia, Multiwinia) et atomique (Defcon), le studio était au bord de la faillite juste avant leur plus gros succès à l’heure actuelle : Prison Architect.
/
The Sexy Brutale

The Sexy Brutale

Depuis le second âge d’or du jeu vidéo, c’est à dire l’époque 8 bits, les jeux de société ont toujours été adaptés sur nos écrans. Mais c’est avec l’arrivé des devices tactiles et particulièrement les tablettes que ces derniers sont arrivés en masses, souvent sans toucher la magie qu’apporte un vrai jeu de table et leurs lancés de dés. Plutôt que de reprendre bêtement les règles d’un jeu de société
/
Milkmaid of the Milky Way

Milkmaid of the Milky Way

Il y a un truc un peu dingue avec les jeux vidéo : ils nous permettent de vivre des aventures extraordinaires pour nous sortir de notre quotidien habituel, où le moindre prétexte permet de justifier tout et n’importe quoi sans que cela nous dérange.
/
Torment : Tides of Numenera - Le jeu du culte.

Torment : Tides of Numenera – Le jeu du culte.

Si la religion a toujours été présente dans les jeux vidéo, elle a très souvent fait office de décors. Allant du premier Assassins Creed, se déroulant pendant les croisades mais s’intéressant trop peu à l’aspect religieux, en passant par quasi tous les Final Fantasy, où très souvent la religion n’est qu’un prétexte pour acquérir de super pouvoirs (FF X) ou bien trouver un super méchant à abattre (FF XIII).
/
For The King

For The King

Il était une fois, il y a fort longtemps, un royaume lointain où seul régnait le soleil, la prospérité et la joie de vivre. Enfin ça c’était jusqu’à ce qu’un très vilain magicien tue le roi. Heureusement, la reine, tout aussi bienveillante que le défunt roi fit appel à tous les anciens héros du royaume pour venir à bout de la menace que représentait le magicien.
/
Alwa's Awakening

Alwa’s Awakening

Il n’y a pas à dire, les joueurs sont d’énormes nostalgiques sentimentaux qui chérissent les jeux ou consoles de leur jeunesse avec un amour sincère et véritable. Et quand ces amoureux du jeu vidéo d’antan grandissent et qu’ils deviennent à leur tour développeurs de jeu vidéo, ils n’ont qu’un souhait : celui de (re)créer un jeu qui répond à leur nostalgie, pour revivre la magie de l’époque 8 bits.
/
Linelight

Linelight

Qui a dit que les graphismes étaient une nécessité absolue dans le jeu vidéo ? Sûrement pas le studio My Dog Zorro qui a poussé le concept encore plus loin que Mike Bithell et son Thomas Was Alone. Encore plus dingue, Linelight a pour ambition d’être un puzzle game… relaxant.
/
Knee Deep

Knee Deep

Après une sortie passée totalement inaperçue sur PC, mi 2015, Knee Deep des américains Prologue Games débarque fraîchement sur consoles de salon. Le jeu se présente comme une pièce de théâtre, mettant en scène une enquête policière au fin fond des Etats Unis. C'est une idée rarement utilisée. Bienvenue dans la ville de Knee Deep.
/
Dark Train

Dark Train

Ce qui est génial avec les jeux de train, c’est qu’on peut honteusement prendre comme référence la ponctualité de la SNCF pour justifier notre retard sur le test de Dark Train. Si le titre se rapproche plus d’une œuvre artistique, il n’en n’oublie pas pour autant l’aspect interactif propre au medium qu’est le jeu vidéo. Est-ce que le pari fou qu’a pris Paperash de faire un jeu vidéo en papier
/
Candle

Candle

Durant les dernières années, parmi les pays européen qui ont bien profité du boom des campagnes de financement participatif (kickstarter), les studios espagnols s’en sont plutôt bien sortis, avec Dead Synchronicity, Paradise Lost, Crossing Soul ou le titre qui nous intéresse aujourd’hui, Candle. La plupart de ces projets ont eu une telle aura qu’ils ont trouvé pour la plupart un éditeur, dont un certain Deadalic, spécialiste des jeux d’aventure et
/
Small Radios Big Televisions

Small Radios Big Televisions

Si depuis son annonce, Small Radios Big Televisions a réussi à susciter un certain intérêt, le premier titre de Fire Face Corporation est resté bien avare sur son gameplay. Il aura suffi de 20 minutes de jeu pour comprendre qu’il est différent, et par conséquent la critique le sera toute autant pour la simple raison qu’après les deux heures nécessaire pour boucler cette expérience, nous ne sommes pas sur d’avoir
/
Paris Games Week 2016 - Le I des Indies

Paris Games Week 2016 – Le I des Indies

C’est la grande messe du jeu vidéo, ou comment perdre foi dans cette industrie… La Paris Game Week reste pourtant un rendez-vous important du jeu vidéo.  Loin des halls surabondés d’adolescents criants « le X de XBOX » où autre slogan promotionnel afin d’espérer gagner un goodies qui lui rempliera les yeux d’étoiles, se cache dans le coin d’un hall obscur et loin de tout quelques centaines de mètres carrés réservés aux
/
Farabel

Farabel

Dans toute leurs productions, Frogames a toujours proposé un gimmick un peu spécial, une idée farfelue. Farabel ne déroge pas à la règle et pour cause, le jeu vous propose de commencer par la fin ! Idée plutôt osée étant donné que cela complique énormément la tâche dans la narration, comme nous l’explique Christophe Canon, unique développeur du jeu, dans l’interview qu’il nous a concédé il y a de ça quelques jours.
/
Pankapu

Pankapu

Ce mois de septembre 2016 est riche en sortie de jeu made in France, dont le dernier représentant est Pankapu du studio nordiste Too Kind Studio. Avant d’arriver sur nos PC, on peut dire que le studio a bien préparé son terrain. Passé par le Square Enix Collective, puis par Kickstarter (avec un financement réussi), Pankapu arrive sur nos machines, ou tout du moins, sa première partie.
/
Owlboy - (Win)

Owlboy – (Win)

Neuf ans ! Neuf longues années que D-PAD Studio nous fait saliver devant les pixels d’Owlboy. On n’y croyait plus jusqu’à ce qu’ils annoncent leur présence à la PAX West 2016 avec une démo jouable. Évidemment, nous nous sommes empressés de la récupérer. C’est la peur au bout des doigts que nous lançons cette démo, peur de revivre une déception telle que Duke Nukem Forever. Heureusement, Owlboy ne propose que de
/
Yesterday Origins - (Win, Mac, Linux, PS4, One)

Yesterday Origins – (Win, Mac, Linux, PS4, One)

Le point and click est un genre très figé dans le temps, qui peine énormément à évoluer. Jeu à narration et à réflexion, le besoin de modifier ses mécaniques de jeu n’a jamais été une priorité. Pourtant, de temps en temps, certains studios prennent le risque d’apporter un gros vent de fraîcheur pour venir dépoussiérer le genre. S’il y a bien un studio que l’on n’attendait pas sur ce terrain
/