Red Invasion : Tower Defense

J’ai déjà vu cette couverture quelque part ! Non vraiment, je suis persuadé d’avoir déjà vu cette police très soviétique, cette fille au bazooka habillée de rouge, ces canons pointés vers le monde… Ah, mais oui, c’est Alerte Rouge 3 !

Plagiat total ?
C’est énervant. Non sérieusement, qu’on aime un jeu, qu’on veuille le mettre en avant, aucun problème. Mais Red Invasion vole plein de choses au titre de Westwood/EA. Ces graphismes tout d’abord, très cubiques et un peu “jouets”, mettant face à face des unités bleues ou rouges. Sa pochette, n’en parlons même pas. Son trailer ? Il est composée d’une sorte de sous-remake de la célèbre Hell March du grand jeu de stratégie. Faites donc la comparaison avec l’Opening d’Alerte Rouge 3… Mais même en jeu, on retrouve pas mal d’éléments : la voix de “construction” par exemple, typiquement identique. Mais parce qu’il faut bien tester les jeux indépendants qui ont du potentiel, même quand leur marketing est un peu pitoyable, parlons de ce Tower-Defense.
Tower Defense ? Ah oui, c’est bien la seule chose qui n’est pas volée d’Alerte Rouge : le style de jeu. On reprend les mêmes bases de constructions sauf qu’ici, il s’agit de construire des tourelles face à des vagues ennemis sortants de hangars bleus. Vous jouez les rouges, évidemment, et devez protéger votre base. Les unités ennemies ne peuvent circuler que sur la route, il ne vous reste donc plus qu’à poser vos tourelles sur la terre ferme aux alentours. Plusieurs tourelles sont au rendez-vous : mitraillette, antiaérienne, canon, gatling, etc.
Classique. Très classique.
Passée la mise en scène qui, étrangement, nous rappelle un certain jeu (vous l’ai-je déjà dit ?), Red Invasion est tout de même très peu original. Il y a bien la façon de générer des revenus qui change un peu du classique Tower Defense, avec des tourelles “d’énergie” récoltant des ressources et devant être récoltées à chaque fois. Ces tourelles génèrent plus rapidement d’argent lorsque des ennemis sont tués dans leurs champs de vision. Ensuite, il suffit de récolter l’argent, augmenter ses autres tourelles, en créer d’autres, bref… C’est du déjà vu.
Reste que c’est vraiment joli pour un jeu à 1 € et que surtout, la durée de vie est très intéressante. Trois mondes (ne changeant que dans leur type de terrains) proposent une quinzaine de missions chacun. Les terminer ne sera pas facile surtout qu’un système de progression très “iOS” est au rendez-vous avec trois étoiles à gagner par mission : une pour l’avoir finie et les deux autres, en objectifs secondaires (économiser de l’argent par exemple). La difficulté est aussi au rendez-vous et promet donc de bonnes heures de jeu.
Verdict ? C’est sympathique, mais l’aspect “copie éhonté” ennuie vraiment. Dans le sens où on se dit qu’il n’y avait vraiment pas besoin de ça. Alors certes le jeu est un Tower Defense très quelconque, mais il est amusant ! Dans ces conditions, pourquoi lui coller une interface et une ambiance entièrement plagiée sur un titre commercial ? C’est décevant.

Laisser un commentaire