Unmechanical

Il y a des jeux comme ça qui se font encenser dès leur sortie sans qu’à première vue ils aient grand chose de plus que les autres. Mais alors pourquoi ? Comment ? Il doit bien y avoir une raison ! Surtout qu’à part une sortie sur Steam (Et une prochaine sortie sur iOS) le titre n’a pas non plus été surexposé. Alors profitons du fait que ce soit un jeu d’énigmes pour mener notre enquête !

C’est beaaaau !

Premier élément à noter, il n’y qu’à regarder ces graphismes pour comprendre déjà qu’on va avoir droit à du lourd. En même temps Unreal Engine oblige, de ce côté le jeu en ferait pâlir pas mal même parmi ceux à gros budgets. Mais qui dis grosses qualités graphique, dit grosses machines pour le faire tourner, c’est pas non plus faramineux, mais moi par exemple j’ai dû utiliser un autre PC que le mien pour ce test ! (Oui, c’est un vétéran, mais quand même). Et le moteur physique est très bon par moment (Les déplacement du robot, les objets, le décor, etc.) et parfois plutôt étrange (Tout ce qui concerne de l’eau par exemple, parfois y faire tomber quelque chose ne fera rien, mais parfois ça la fera monter de 3 mètres pour résoudre l’énigme), mais de ce qu’on en retiendra, c’est qu’il est quand même vachement bien foutu, et que ça aide vraiment pour les énigmes à résoudre.

Et puis ce petit robot, comment pouvez-vous  ne pas tomber amoureux de sa petite bouille grise ? Non mais réellement, ce morceau de ferraille est très attachant, je ne saurais même pas dire pourquoi, après tout ça n’a l’air que d’une petite patate en fer, avec une hélice sur la tête et un “visage” sans émotions, mais pourtant on s’y accroche à ce petit. Si bien que, le manque d’histoire et la claustrophobie aidant, on se retrouve à se mettre dans sa peau pour résoudre les énigmes. Enfin, je suis un peu dur en parlant de manque d’histoire, on voit bien qu’au début on se promenait avec nos amis robots, avant de nous faire aspirer seul dans cet endroit, et de chercher à sen sortir. Aussi on voit pas mal d’actions en arrière plan pour comprendre entre autre qu’il se passe des choses assez moches dans cet endroit… Mais oui, aucun dialogue, une simple micro scène d’introduction avant de commencer l’aventure, et puis on est lâchés dans la nature.

J’exige un mode difficile !

Aussi intéressantes soient-elles, les énigmes n’en restent pas moins plutôt simples dans l’ensemble, bien sûr beaucoup vous prendront un petit moment avant de comprendre et de pouvoir les résoudre, un petit temps de réflexion avant de savoir quoi faire, mais rien qui vous plantera plusieurs heures. On trouve toujours la solution assez logiquement, ou alors on s’insulte soi-même de tous les noms pour ne pas l’avoir trouvé plus tôt. C’est comme pour le chemin à suivre, il est totalement linéaire mais puisqu’on ne suit aucune histoire on s’arrête parfois pour se demander quoi faire ensuite.

Là où le jeu, même sans être extraordinaire dans ses énigmes et ces dernières étant même souvent assez simples, a un gros avantage sur le reste du genre, c’est dans sa gestion de la physique et la simplicité du gameplay. Après tout, tout ce qu’on fait c’est de voler par ci par là, et d’utiliser notre rayon pour utiliser des leviers, soulever des charges, ou tout simplement utiliser notre personnage pour appuyer sur des boutons, et pourtant c’est terriblement efficace ! Autre point qui saute très vite aux yeux, l’ambiance est juste sublime (La bande son aidant énormément), même si là où certain avancent que “les fans de LIMBO adoreront”, je répondrais que non, pas forcement, et inversement les gens ayant détesté LIMBO, pourront aimer Unmechanical (Oui oui, même ce rédacteur super difficile qu’est Ripper), car même dans l’ambiance, le point sur lequel LIMBO jouait presque tout, ils ont très peu en commun et Unmechanical a beaucoup d’autres atouts !

Un plaisir intense mais terriblement court.

Quand on s’amuse vraiment on ne voit pas le temps passer, mais est-ce qu’on peut appliquer ça à un jeu de réflexion ? Je ne saurais pas y répondre, mais c’est un peu ce qu’on ressent devant Unmechanical, on avance, on prend plaisir, on enchaîne une à une les énigmes, et puis on se retrouve là à finir le jeu, on regarde l’heure, ça faisait environ 3 heures qu’on jouait, et oui, c’est déjà la fin, on en redemande mais non, c’est bien fini. Alors oui, si l’expérience de jeu vaut réellement le coup, que le jeu soit court n’est pas forcement un problème, et le nombre d’excellents jeux indés très courts est lui aussi très grand, mais à la fin d’Unmechanical on ressent une certaine frustration. Non, on ne sent pas arnaqué, ce n’est pas non plus de la colère, mais tout simplement qu’on en voulait davantage…

Mais bien sûr si c’est une chose qui ne vous dérange pas et surtout à ce prix, vous pouvez foncer les yeux fermés sur Unmechanical ! Est-ce que ce sera l’un de ces jeux dont on se souviendra encore dans plusieurs années et qu’on citera comme exemple du jeu indépendant ? Je serais tenté de répondre que oui, car l’expérience en vaut vraiment le coup, et je pense qu’on se doit d’y toucher au moins une fois : pendant notre partie on est réellement plongé dedans, on fait le jeu d’une traite sans se poser de question, on est complètement imprégné du jeu. Mais après ça, une fois fini, qu’est ce qu’on en retient ? Pas grand chose, puisque les énigmes n’avaient rien de mémorable ou de révolutionnaire et surtout, le manque d’histoire qui pouvait être un plus PENDANT la partie fait qu’on n’a pas de réel souvenirs scénaristiques de ce qui faisait le jeu…

Laisser un commentaire